Domhan
Dans un univers féerique, des personnages aux destins héroïques naissent du bout d’une plume guidée par l’imagination. Cherchant un moyen de réaliser leurs rêves les plus fous au gré d’aventures et de rencontres, magiciens, guerriers ou bandits partent pour un voyage qui changera leur destinée. Ils devront faire preuve de force et de courage, d’ingéniosité et de talent pour trouver la porte qui les guidera jusqu'à l’objet de leur convoitise. Aux quatre coins d'un monde aussi magnifique, qu’hostile, rempli d’êtres et de créatures de légende, le combat ne fait que commencer…
Alors écris ta propre histoire, incarne ton héros et pars à l’aventure dans le passionnant univers magique de Domhan !

Domhan

Ce forum est un lieu de Rôle-Play et d'évasion créé par un cercle d'amis.
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrer

Partagez | .
 

 Journal de voyage - Des mots, des souvenirs, des couleurs et du vent...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Journal de voyage - Des mots, des souvenirs, des couleurs et du vent...   Sam 29 Aoû 2015 - 3:01

90ème jour – Île de Chem, clairière au rocher.

L'aube vient à poindre. Après une nuit de sommeil entrecoupé de longues minutes de guet, je ne suis toujours pas plus avancée dans mon enquête. Les pierres sont restées minérales, statiques, inhabitées. La mousse verdit toujours ses flancs, la vapeur monte toujours paresseusement de la cavité enfouie. Pas la moindre étincelle de changement. Cela me contrarie. Je sais que Géode m'a coincée ici pour que je découvre ce fichu tas de cailloux inertes. Je sais qu'il voulait que je mette le doigt cette source de puissance incroyable. Je sais qu'il veut que je trouve l'explication de ce mystère. Mais que puis-je faire tant que personne ne se montre ? Je rumine, enveloppée dans une couverture, le dos calé à la pierre. Je n'ai pas tenté de me cacher d'une quelconque façon. A quoi bon, au vue de l'omniscience présumée de la conscience invisible ?

Je pioche à intervalles réguliers des morceaux de mie de pain dans une miche enroulée d'un linge. Cela creuse comme un tunnel, une habitude infantile et machinale que j'hérite des nombreux repas dans l'attente. Les dîners en famille en étaient. Silences gênés, phrases préparées, réprimandes occasionnelles, banalités, intérêts surjoués… En tant qu'enfant, vous ne comprenez simplement pas que cela peut être autrement. Que chez certains, un repas est synonyme de convivialité, et n'est pas seulement le moment où l'on se nourrit. Une fois l'âge de la naïveté passé, on comprend que non, cette ambiance pesante n'est pas normale. Que la famille n'est ni soudée, ni avenante. Les participants des repas quotidiens se connaissent à peine. Je ne suis pour mon père qu'une donnée politique et économique, décevante qui plus est, qui comptera dans l'avenir et le maintien de la baronnie d'Haoreo, tandis que ma mère est inexistante. Une femme que je ne vois jamais que de loin, au visage distant. Un personnage avec lequel je partage mes repas mais qui n'ouvre la bouche que pour y déposer le contenu d'une fourchette. Alors entre les plats, je creusais le pain en une galerie éphémère.

Je me demande soudain si Géode sait quelque chose de mes parents ? S'il est capable de me donner des réponses ? Des indices ? N'importe quoi qui pourrait m'éclairer sur la froideur dont ils ont fait preuve à mon égard, moi, leur enfant unique ?

Ces questions vagabondes doivent résonner trop fort pour le veilleur de ce lieu. Une sensation de malaise m'enveloppe tandis que je sens quelque chose effleurer mon esprit. Si je ferme les yeux sur le monde physique, je suis presque sûre de les rouvrir sur une immensité orange se concentrant autour de ma personne. Tétanisée, je reste à l'affut. La présence semble s'enrouler autour de moi. Il est difficile de décrire cette impression. Tout ce que je sais, c'est que nous sommes étroitement proches… Alors que la tension est à son comble, la présence paraît couler à travers la fine frontière de mon âme et une voix grave et profonde, vibrante et insondable murmure alors très posément à l'intérieur de moi-même :

"Voilà bien longtemps pour l'ère humaine que personne n'avait rendu visite à Alaco. Sa quiétude fut brève pour lui, mais Alaco sait que le royaume des hommes est un monde impatient. Alaco attend des nouvelles de ce monde, et la jeune fille à l'esprit ardent est en quête. Peut-être pourront-ils parler."

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Journal de voyage - Des mots, des souvenirs, des couleurs et du vent...   Jeu 18 Fév 2016 - 3:10

90ème jour – Île de Chem, clairière au rocher.

Je reste tétanisée. La grandeur, la sagesse. Le primitif, le primordial. L'insondable, la sérénité. Tout ce qui se dégage de cette voix est sans commune mesure. Insaisissable. Comme retenir le vent dans ses cheveux, la vague par une muraille, l'oiseau dans une cage. Délicatesse, liberté, puissance. J'ai l'impression d'avoir l'insigne honneur de pouvoir dialoguer avec l'un des maîtres absolus de ce monde. Un pilier de savoir et de pouvoir. Je n'ai jamais entendu… non, ressenti une telle voix, un tel timbre. Subjuguée, je ne m'attarde qu'à peine sur le fait que mon interlocuteur s'est glissé dans ma tête comme une goutte d'eau dans une fissure.

"Alaco perçoit une grande agitation dans l'esprit de la jeune fille. La jeunesse est la mère de toutes les découvertes et il en est une pour elle. Mais il n'y a pas de peur. Simplement de l'émerveillement."

Je ne sais que répondre. Ce doux déferlement me laisse parfaitement sans voix. Les sons du monde semblent s'être atténués par respect devant l'immensité qui les submerge.

"Alaco est intrigué par le silence de l'esprit de la jeune humaine. Il ne connaît d'habitude que le murmure bruissant des pensées contenues mais que l'on perçoit quand même si l'on y prête l'oreille. Pourtant la mince barrière qui les protège est fragile, fragile, comme celle de tous les Hommes. Il suffirait d'un souffle pour la renverser… Les Hommes ne sont-ils pas conscients de cette faiblesse ? La jeune fille cherche-t-elle le néant pour se fondre dans les ombres plutôt que d'exposer son esprit au monde ?"

Je ne sais pas vraiment comment répondre. Pas vraiment. Mais je me laisse porter par mon inspiration. Avec la sensation de redécouvrir quelque chose d'évident et d'essentiel.

"En cherchant l'ours dans la montagne, je ne m'attendais guère à parler avec la montagne. Qui est Alaco ?
- Alaco est le vent. Il est le feu et la terre. Alaco est la mémoire d'un monde qui veut bien se raconter. Alaco apprend. Il est maître et élève. Oreille et conteur. Alaco sait. Alaco ignore. Alaco est beaucoup de choses à la fois. Mais les hommes appellent Alaco "dragon".
"

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Journal de voyage - Des mots, des souvenirs, des couleurs et du vent...   Mer 6 Avr 2016 - 1:43

90ème jour – Île de Chem, clairière au rocher.

Lorsque les contes de votre enfance prennent vie, il n'est plus guère le temps de poser la moindre question sur la logique de ce qui vous arrive.

"Bonjour à toi Alaco. Pour ma part on m'appelle Lucyll. Lucyll Freespirit.
- La jeune humaine fait cadeau de son nom. Esprit Libre, voilà qui est inhabituel… Rares sont ceux qui peuvent se targuer d'une telle chose… Alaco connaît maints et maints rois qui se sont prétendus libres alors même que cette simple affirmation les enchaînait. Qu'est-ce que la liberté jeune humaine ?
- C'est une chose en laquelle je crois. Libre de penser. Libre de parler. Libre de voyager.
- Esclave du monde et de ses limites ? Esclave de son ignorance ? Esclave de sa propre pensée ?
- Le monde a-t-il des limites et pourrait-on jamais les atteindre ? Y a-t-il un savoir au monde qu'il soit impossible d'acquérir ? L'esprit n'est-il pas comme une œuvre qui se travaille et évolue sans cesse ? La liberté n'est pas ce qu'il est possible de faire mais ce qu'il est possible d'entreprendre.
- Ton esprit est une pierre brute que tu n'as pas finie de polir, humaine, mais son éclat est intéressant. Alaco se réjouit de la sagacité qui s'en dégage.
"

Je flotte dans une immensité orangée. Mon regard accroche de vagues silhouettes scintillant dans le monde énergétique sans parvenir à supplanter l'aura titanesque. Les sons de la clairière me parviennent à peine, comme si mon éloignement du monde physique émoussait mes sens. Il n'y a que la perception abstraite de cette vie qui bruisse, recouverte de la chaude présence du souverain des lieux, que je ne peux décrire autrement que par ressentis.

"Alaco est curieux du monde de dehors car Alaco sommeille ici depuis des lunes et seuls les êtres qui viennent à sa rencontre peuvent le lui raconter. Raconterais-tu, jeune humaine ?
- Comme tu le soulignes, je suis jeune, et j'ai peu de choses à dire… Mon voyage est pour l'instant tout juste entamé, et je serais bien en peine de te décrire le monde, celui-là même que je veux découvrir.
- Alaco aime les images de la terre que les hommes parcourent, mais là n'est pas la seule chose que tu peux offrir à Alaco. Les hommes sont pleins de sensations étranges, de sentiments nouveaux, de souvenirs uniques… Alaco écoute. Alaco reçoit. Alaco savoure. Et Alaco se souviendra.
"

Je réfléchis un instant, comprenant de quoi l'étrange hôte de l'île a soif.

"Et toi Alaco ? Qu'as-tu à offrir aux hommes qui te content le monde ?"

Et je perçois très précisément la sensation d'un sourire.

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Journal de voyage - Des mots, des souvenirs, des couleurs et du vent...   Mer 6 Avr 2016 - 2:23

90ème jour – Île de Chem, clairière au rocher.

"Les humains sont souvent ainsi. Non contents de donner ils achètent.
- Je n'achète pas Alaco, je découvre. Je suis curieuse, et si les hommes t'ont conté de nombreuses choses, alors tu es un trésor de savoir et d'histoires qu'il serait dommage que j'ignore alors que tu peux le partager.
- Curieuse. Alaco comprend. Alaco s'attriste quand un voyageur passe sans raconter. Mais la jeune humaine ne peut lui demander de raconter… sauf si la jeune humaine peut écouter des centaines d'années durant.
"

Je ris en imaginant la chose : rester ici à écouter la mémoire d'un dragon se raconter dans la mienne… Comme ça. Sans rien attendre de plus de la vie. J'essaye un instant de décider si je pourrais souhaiter cela. Mais avant d'avoir tout à fait réussi ne serait-ce qu'à visualiser quelques jours passés ainsi, Alaco reprend.

"Esprit Libre, puis-je t'offrir autre chose qu'un millier d'autres vies se déroulant dans ta pensée ? Je ne suis qu'esprit et mémoire…
- Je ne sais Alaco. Peut-être devrais-je simplement raconter et te laisser le soin de choisir une vie qui t'as plu ?
- Peut-être ai-je bien quelque chose…
le ton du dragon s'est fait pensif, comme s'il réfléchissait à tout autre chose, mais tout d'abord, donne ce que tu as à donner."

Et alors que je crois devoir simplement raconter comme on raconte une histoire, en énonçant des phrases et en peignant des images, le monde énergétique se dérobe à ma vue et tout devient noir.


_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Journal de voyage - Des mots, des souvenirs, des couleurs et du vent...   Jeu 7 Avr 2016 - 2:15

Premier souvenir

"Echec et mat." Le doigt sur la pièce ne tremble pas. Pourtant il est bien posé là, sur la fine arête, gardant le contact avec le bois. Il ne se retire que de longues secondes plus tard, quand l'œil aiguisé a fini d'inspecter le plateau, vérifiant tous les paramètres, à l'affut d'hypothétiques erreurs à commettre. Le Baron a gagné. Comme toujours. Il fixe son missionnaire avec un sourire discret mais triomphant, un brin moqueur. Charvel considère le damier un instant avant d'acquiescer. "On dirait bien." Il se lève et serre la main de mon père qui repousse lui-aussi sa chaise. "La tournée sera donc pour moi, une fois de plus ! Bien, sur ce, je m'en vais lever les impôts." Il sort du salon, m'ayant à peine remarquée, tapie que je suis dans l'ombre du rideau qui entoure la porte.

C'est avec un regard bravache que je me dirige vers la table. Le Baron me considère de sa haute taille. Son regard brun pailleté de roux serait semblable au mien s'il n'y avait pas cette sorte d'agressivité permanente en son sein. Comme si une braise y rougeoyait continuellement, passive mais non moins brûlante. Ses cheveux noirs striés d'auburn tirés en arrière, lissés à la cire, affinent son visage dont les traits fins restent fermés. Je lui ressemble, la dureté en moins. Sans doute le fixé-je avec la même lueur de défi.

J'ai neuf ans.

Je m'avance vers la table, m'assois sur la chaise légèrement trop haute pour moi et commence à replacer les pièces sur l'échiquier. Mes pieds ne touchent pas le sol. Il me regarde faire, les paupières plissées, semblant réfléchir, puis rejoins la partie. Il me laisse les blancs. Je dois tendre longuement le bras pour déplacer les pions, cela me donne un air légèrement pataud. J'avance celui placé devant ma tour de deux cases. Mon père, celui devant son roi. J'avance donc ma tour dans le petit couloir que j'ai formé. Le Baron sort la reine. Satisfaite, je dégage symétriquement ma deuxième tour en avançant un autre pion. Le fou noir sort. Je vais glisser ma deuxième tour sur l'allée. J'ai maintenant une ligne verrouillée par deux pièces fortes, une position avantageuse et difficile à obtenir. Je m'étonne de ne pas subir d'attaque pour contrer une mise en place aussi puissante. La reine noire traverse soudain l'échiquier, abattant un pion blanc au passage. "Echec et mat."

Je reste un instant stupéfaite devant cette défaite surgie de nulle part. Quatre petits coups de rien du tout et voilà que tout est déjà fini ? Mon père se lève et quitte la pièce sans un regard.

La vision se brouille. Noir.

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Journal de voyage - Des mots, des souvenirs, des couleurs et du vent...   Jeu 7 Avr 2016 - 14:46

Deuxième souvenir

Il pleut. Je m'ennuie dans ma chambre. Le professeur de sciences du peuple m'a encore punie. Je suis consignée ici pour le reste de la journée, à regarder l'eau glisser sur ma vitre dans un long et triste goutte à goutte. Je ricane amèrement. "Comment pouvez-vous encore me demander à quoi servent les taxes alors que vous êtes censée apprendre la façon dont on les prélève et la façon dont les Baronnies d'Estebor les répartissent ? Vous êtes un comble de mauvaise volonté ! Vous me lassez, sortez !" imité-je d'une voix contrefaite.

J'ai treize ans.

Je me détache de la fenêtre, marche d'un pas trainant au hasard dans la pièce. Les livres de bonne éducation sont alignés sur mon étagère. Les coffres renferment mes vêtements, presque tous formels si on exclut les tenues d'escrime. Le lit à baldaquin attend que je m'effondre sur ses épaisses couvertures, ce que je fais après avoir évalué mes maigres possibilités. On frappe. Je me redresse intriguée et vais ouvrir : c'est un des domestiques du manoir qui porte un paquet comme un plateau à desserts. A sa posture, on dirait qu'une pyramide de choix à la crème demande toute son attention. "Pour vous mademoiselle. Pour vos leçons." Je soupire et attrape le paquet avant que le valet ne se retrouve victime d'une crampe à force de rester aussi droit, le tenant à plat sur la paume de ses mains gantées, ses coudes pliés parfaitement à angle droit. Marmonnant un "merci", je referme la porte. Agacée je jette négligemment le colis emballé de parchemin fermé d'une ficelle sur mon lit. Je tourne en rond quelques minutes. Puis en reviens à la solution des couvertures moelleuses. Ce n'est qu'après avoir observé le plafond un bon moment que je me décide à finalement ouvrir le paquet.

Je n'en reviens pas. C'est un petit nécessaire à aquarelle : deux pinceaux et des pigments, enfermés dans un petit coffret de bois. Un sourire vient éclairer mon visage. Un petit mot accompagne le trésor : "Il me semble qu'il manquait de la couleur pour que les dessins soient parfaits." Toute heureuse, je me verse un verre d'eau au pichet, vais à la console au coin de ma chambre et fouille dans un des tiroirs. J'en sors des feuillets où s'étalent des croquis de toute sorte : animaux, personnages, objets, … tous les éléments contés par Raphaëlo remplissent mes parchemins de traits fins, tracés avec minutie. Je m'installe et commence.

La vision se brouille. Noir.


_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Journal de voyage - Des mots, des souvenirs, des couleurs et du vent...   Lun 18 Avr 2016 - 0:40

Troisième souvenir

"Non j'ai pas envie de jouer avec toi ! Ton papa c'est le Baron, et le Baron il dit toujours que ses gens doivent rester à leur place !"

J'ai six ans.

"Et ça veut dire quoi rester à leur place d'abord ? Qu'ils restent chez eux tout le temps ?
- Je sais pas, mais ma mère elle sait, voilà ! Et elle a dit que pour moi ça voulait dire que je devais pas m'éloigner de papa quand il allait soigner les chevaux du Baron, et que je devais lui demander avant d'aller jouer. Et aussi de parler à des personnes. Et du coup je peux pas jouer avec toi vu que j'ai pas le droit d'être là à te parler. En plus. Na.
- Bah pourquoi t'as pas fait ce que ta maman a dit alors ? Pourquoi là tu peux pas désobéir alors qu'avant oui ?
"

Le gamin semble soudain pris en faute, comme un voleur qui se proclame innocent à qui on montre que le butin dépasse de sa poche. Son flamboyant discours a finalement une faille imprévue… Je le vois qui cherche une idée pour se défendre, sans succès.

"T'as l'air malin hein maintenant ? Parce que si ta maman je lui dis, elle va pas être contente !"

Je mets mes mains sur les hanches. Les grandes personnes font ça aussi quand elles avancent un argument important.

"De toute façon, mon papa c'est le Baron, du coup c'est le chef ?"

Le garçonnet hoche la tête en signe d'approbation.

"Et du coup ça veut dire que moi aussi je suis un peu le chef non ?"

Là, le môme hésite un peu. Sentant un risque de réflexion trop poussée se profiler, j'enchaîne de ma grosse voix importante de grande personne de six ans.

"Alors viens jouer avec moi !"

Je vois bien que le petit garçon n'est pas très à l'aise. Il a sans doute raison, il se fera probablement gronder à cause de moi puisque c'est pas vrai que c'est moi qui suis la chef. Mais l'occasion est trop belle. Un nartz s'est faufilé dans un trou sous la grosse racine de l'arbre du parc. Il me faut un complice pour l'attraper.

"Allez viens ! T'as pas envie de caresser un nartz ? Il a l'air tout doux ! Je m'appelle Lucyll, et toi ?
- Victor. Tu as vraiment un nartz à toi ?
- Non. Mais presque !
"

Je l'entraine jusqu'au terrier au fond duquel on aperçoit la boule de poils. Oubliées les consignes de la mère de Victor et du Baron. Nous jouons longtemps, agitant divers objets devant le trou dans l'espoir que la bestiole, intriguée, sortira. Quand vient l'heure au forgeron de repartir une fois les fers des chevaux ajustés, nous sommes en pleine élaboration d'une sorte de canne à pèche à base de brindilles. C'est là qu'il nous trouve, à quatre pattes dans l'herbe, les genoux verdis, ma robe et son pantalon maculés de terre.

"Victor ? Victor ! Ben alors ! Je te cherche moi ! Qu'est-ce que tu fiches donc ? Tiens ? Tu t'es trouvée une copine pour jouer ? C'est qui ? Bonjour demoiselle !"

Son sourire se délite quand je tourne mon visage vers lui pour répondre à son bonjour, et qu'il y reconnaît les traits de la fille du Baron. Je perds aussi le mien. Qu'est-ce qu'il y a ? J'ai encore mal fait quelque chose ?

"Victor. On s'en va."

Il a presqu'un regard de peur. Il fourre la menotte de son fils dans sa main immense et tourne les talons. Le garçonnet agite la main dans un "au revoir" déçu. Victor n'a plus jamais accompagné son père ferrer les chevaux.

La vision se brouille. Noir.

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Journal de voyage - Des mots, des souvenirs, des couleurs et du vent...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Journal de voyage - Des mots, des souvenirs, des couleurs et du vent...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

 Sujets similaires

-
» DÉMYSTIFIER
» Les gens du voyage
» Sinistre farce éléctorale dans les Caraibes selon le journal Humanite.fr
» Voyage de Bougainville
» L'histoire en quatre mots

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domhan :: Salles d'études - Débats :: Histoires et contes de fées-