Domhan
Dans un univers féerique, des personnages aux destins héroïques naissent du bout d’une plume guidée par l’imagination. Cherchant un moyen de réaliser leurs rêves les plus fous au gré d’aventures et de rencontres, magiciens, guerriers ou bandits partent pour un voyage qui changera leur destinée. Ils devront faire preuve de force et de courage, d’ingéniosité et de talent pour trouver la porte qui les guidera jusqu'à l’objet de leur convoitise. Aux quatre coins d'un monde aussi magnifique, qu’hostile, rempli d’êtres et de créatures de légende, le combat ne fait que commencer…
Alors écris ta propre histoire, incarne ton héros et pars à l’aventure dans le passionnant univers magique de Domhan !

Domhan

Ce forum est un lieu de Rôle-Play et d'évasion créé par un cercle d'amis.
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrer

Partagez | .
 

 Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Sam 22 Mar 2014 - 13:02

Ils arrivèrent rapidement à la chambre de Delsadar par une entrée dérobée.
-Quand je dis que cette Citadelle n'est pas sûre ... soupira Ergaïl
L'ancien souverain était sûr son lit, inconscient. Le Duc observa les bandages.
-La flèche est entrée profondément dans son torse sans toucher d'organe visiblement, ce n'est vraiment pas de chance pour Soë mais parfaitement exploitable pour nous.
-Dit-moi Ergaïl, demanda innocemment Amy, pourquoi Soë ne ce débarrasse pas simplement de Delsadar. Ça serait plus simple pour elle non ? La Reine est bien plus forte que son père, elle l'a déjà vaincu. Et puis au pire elle pourrait le faire assassiner.
-Premièrement, ce n'est pas dans la mentalité Vampyrs de s'assassiner. Les conflits d'intérêts sont déjà peu communs. Mais en plus la moindre animosité peut-être tranchée au fil de l'épée, littéralement, les assassinats sont donc souvent inutiles. Heureusement sinon les Vampyrs seraient encore moins nombreux !
Il regarda si Delsadar se réveillait puis reprit :
Les Vampyrs ne se jugent entre eux que par la force. Être capitaine parce que son prédécesseur est mort ne donne aucun prestige, aucune gloire ni aucune crédibilité. Il faut des actes.
-Je sais bien mais .. Soë a tout ça non ? Elle l'a déjà vaincu !
-Oui mais elle ne le fera pas assassiner par principe et parce que même si elle n'est pas suspectée, cela entacherait sa réputation.

Pendant ce temps, Lucyll inspectait la chambre. C'était une pièce de grande taille aux meubles finement ouvragés, jolis bien qu'un peut trop clinquants au goût de la magicienne. Ça paraissait surnaturel que quelqu'un comme cela ai bon goût et n'ai pas des statues à son effigie ou d'autres preuve d'une folie des grandeurs. N'était-ce pas l'attribut de tous les tyrans ?
-Mais elle pourrait le provoquer en Duel, continua la tueuse.
-Directement non, il lui faudrait une raison légitime. Qu'il ait bafoué son honneur et même si c'était le cas, provoquer un Duel contre quelqu'un qu'elle à déjà vaincu pour le tuer ne serait pas bon pour sa réputation. Surtout son père !
-J'imagine que comme le disais Esérys : « A vaincre sans périls, on triomphe sans gloire » soupira Lucyll. Bref ! On n'est pas là pour papoter Ergaïl je présume ?
-Non, j'ai des vieux comptes à rendre de la part de certaines personnes.
-Ha oui ? Qui ça ? Demanda Amy, tout à coup sérieuse.
-Rien de moins que l'intégralité de la famille Tyralen et une partie de cette Citadelle. Ce type a fait beaucoup de mal. Il est temps de détruire son influence. Une fois sa grâce levée la Reine n'aura aucun mal à unifier la Citadelle. Car pour le moment Delsadar a encore trop de partisans. Amy, tu peux me prêter ta Ricine et son antidote ?

-Raaaah ... j'ai mis des jours à convaincre Udjinn de m'en faire ! Tu me donne quoi en échange ?
Néanmoins, elle accepta et lui tandis deux fioles.
-Tu vas faire quoi ?! s'exclama Lucyll.
-Faire tomber bêtement un grand Tyran.
-J'imagine que c'est une bonne chose ...
-Tu es la première à lui tirer dessus rigola Ergaïl et je ne vais pas le tuer.
-Ah ? C'est Thad' qui va être content ironisa Amy.
Le Duc ouvrit la fiole et la versa sur les bandages.
-Et ça, ça ne va pas le tuer ? Rigola t-elle
-Si, mais seulement s'il refuse notre proposition.
- ... notre ... ? Tiqua la tueuse.
-Euh ... il est inconscient, il risque d'avoir du mal à te répondre, observa intelligemment Lucyll.
-J'espère que ça ne vous gène pas que je fasse chanter un Tyran avec plus de cent cinquante ans de règne sanglant et ainsi rendre le monde meilleur et rendre justice à quelques peuplades ? Lança Ergaïl.
-Exposé comme ça, on peut difficilement de dire non je pense soupira la magicienne.
Soudainement une furie rousse apparue :
- MAIS QU'EST-CE QUE C'EST ENCORE QUE CE BORDEL ?? QUAND JE SUIS BLESSEE VOUS POUVEZ PAS VEILLER SUR MOI COMME TOUT LE MONDE ??!!
- Je réveil l'ancien monarque pourquoi ?

Sur ce Ergaïl donna une monumentale et retentissante claque à Delsadar.

_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.


Dernière édition par Ergaïl d'Orzaal le Ven 25 Avr 2014 - 23:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Ven 25 Avr 2014 - 19:18


L’adrénaline retombant, une nervosité oppressante s’empare peu à peu de moi. Ergaïl est en train de jouer ma vie en faisant chanter un tyran. Sans doute cela arrangera-t-il beaucoup de choses au sein de la Citadelle, apaisant des tensions et des rancœurs vielles de plusieurs dizaines d’années, mais les problèmes sous-jacents que présente le fait de duper l’un des politiciens les plus féroces de son ère me semblent plus à craindre encore. Certes, j’ai effectivement tiré sur Delsadar, mais si ma flèche a manqué son cœur, ce n’est pas par erreur ou par manque d’habileté : je voulais sauver Ambre, pas abattre un Roi.

Le poison se répand dans les veines du monarque déchu. Dans quelques heures, la ricine commencera son œuvre, apportant la mort dans les quelques jours qui suivront. Cette substance est relativement rare dans ces contrées. Si Ergaïl refuse de lui confier son antidote, alors Delsadar mourra. Les Vampyrs ne parviendront jamais à identifier le poison et à élaborer ou se procurer son antidote suffisamment rapidement pour le sauver. L’empoisonnement ne fait pas partie de la culture des Vampyrs. Ils n’y recourent pour ainsi dire jamais, y faire face sera donc trop inhabituel pour qu’ils puissent contrer les effets néfastes de la ricine sans aide. Le Duc achète ma rédemption avec une fiole. Je ne sais pas si je dois être rassurée par l’ingéniosité d’Ergaïl : tant de choses peuvent dégénérer dans ce plan !

La gifle retentit dans un claquement sec. Les yeux du tyran s’ouvrent comme une torche s’enflamme. La confrontation peut débuter.

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 732
Date d'inscription : 22/03/2012
Localisation : Ailleurs que devant mon bureau!
Humeur : Crevé et débordé!

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Non magicien
Profession: Homme de science et vagabond.

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Ven 25 Avr 2014 - 23:28

« Et si je ne me suis pas trompé ….

Thaddeus renversa délicatement le contenu de la fiole qu'il venait de préparer sur la plaque d'acier et, instantanément, celui ci se changea en volutes d'une fumée épaisse et bleutée. La reine battit des mains, émerveillée comme une enfant.

-Fantastique ! commenta-t-elle. Montrez m'en encore un !

-J'ai peur, votre grâce, d'avoir épuisé tout mes tours de parloir ! Le reste des expériences que je pourrais réaliser s'avéreraient dangereuses pour le sol et les murs !

Thaddeus rit. Il avait d'abord été intimidé par Soë, mais la science était son domaine, et il était maintenant plus ou moins en confiance.
Il vit le regard de la reine changer légèrement, comme si une lumière ténue s'était allumée derrière ses grands yeux en amande.

-Le genre d'expériences que vous avez réalisé dans l'arène ?
demanda-t-elle sur un ton badin.

Thaddeus ne répondit pas. Il sentait la question venir.

-Vous savez, professeur, continua la reine, un vampyr sur cinquante seulement maîtrise la magie, alors que pour la plupart des autres races, ce nombre est d'un sur dix, voire un sur cinq....

Elle s'approchait de plus en plus, repoussant Thaddeus vers le fond de la pièce, l'écrasant non de sa taille, mais de son aura de puissance.

-C'est un cruel handicap que nous ont là infligé les dieux... Mais il est compensable !

Thaddeus ne pouvait plus reculer, bloqué par le mur derrière lui. Elle approcha les lèvres de son oreille.

-Je peux vous offrir plus d'or que vous n'en rêvez, Thaddeus Dreadstone... Je peux vous rendre riche, puissant ! Apprenez mo...

-NON !! coupa violemment le professeur.

Il s'écarta vivement.

-Non, je ne peux pas. Je ne vendrai d'armes à personne !

Il tremblait comme une feuille. Comme un réflexe, il prit en main l'amulette d'Isaya dans sa poche. La reine semblait indifférente. Elle sourit légèrement.

-Tous les hommes ont un prix, monsieur Dreadstone...

-Ces secrets sont trop dangereux pour être partagés, majesté. Je regrette...je n'ai pas de prix.

-Oh si, vous en avez un, comme tout le monde. Et lorsque je l'aurai trouvé, vous me donnerez tout ce que je désire...

Leur « courtoise » conversation fut interrompue par une princesse rousse qui faillit arracher la porte à ses gonds en l'ouvrant. En la voyant, Thaddeus eut un large sourire.

-Princesse ! Vous...

Il fut interrompu à nouveau.

-THADDEUS DREADSTONE ! Qu'est ce qui se passe ici ?!

Le professeur déglutit. Il lança un coup d’œil vers la reine, qui lui fit un signe de tête, l'incitant à tout raconter à sa camarade.
Il fit donc un rapport de son propre combat et de celui d'Ambre, insistant sur l'accident politique causé par Lucyll, les négociations d'Ergaïl, et le fait qu'il était tout sauf d'accord avec leurs méthodes.

-Attends, ils sont partis voir Delsadar ? demanda Dimna. Pour quoi faire ?

-Je n'en sais rien, répondit Thaddeus, mais je désapprouve.

Sans rien dire de plus, et sans un regard pour la reine Soë, elle s'en fut par la même porte qu'Ergaïl quelques minutes plus tôt, et la claqua sans ménagement.

Il y eut un moment de flottement, après quoi Thaddeus mit un genoux à terre et ,s'excusa auprès de la reine pour le comportement déplorable de ses compagnons. Ils ne respectaient, selon lui, aucun code moral, social, d'honneur ou de politesse. Cela était en fait à relativiser, car bien peu de gens avaient sa totale approbation tant il s'imposait lui même de contraintes.
La reine rit.

-Vous n'avez pas à vous excuser pour eux, professeur. Ici, nous considérons que les actions de chacun sont de sa propre responsabilité uniquement !

Après une pause, elle ajouta :

-Et puis...je suis curieuse de voir ce qu'ils comptent faire à mon père...

_________________
nyancat  Attention à ce que vous dîtes sur le chat!  nyancat 


Dernière édition par Thaddeus Dreadstone le Dim 22 Juin 2014 - 23:46, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Sam 24 Mai 2014 - 23:36

Le monarque se réveilla en sursaut, sa respiration se fit plus saccadée qu'avant. Signe que sa blessure était douloureuse. Pourtant le Duc n'en avait cure.
-Bonjour Delsadar.
Son ton était doux, comme si il venait de réveiller un enfant. S'en était inquiétant.
-Vous nous avez joué un mauvais tour de plus très cher. Moi qui pensais devoir vous rendre la monnaie de votre pièce uniquement pour votre ignominie d'il y a douze ans. Vous savez, ce moment où vous avez livrez le mari et les enfants de votre fille à une mort certaine ?
Le monarque toussota puis prit l'air de celui qui avait fait ce qu'il devait faire.
-Ergaïl ! Toi qui est aujourd'hui un dirigeant, tu devrais comprendre que c'était une nécessité !
-NON !!!
Le duc avait rugit, passant d'un faux-air d'amabilité à une rage des plus violentes
-Vous n'aviez pas besoin de faire ça !! Vous n'aviez pas à sacrifier le bonheur de votre fille !! Qu'est qui vous donnait ce droit !! Votre Citadelle ?! Vos préceptes idiots peut-être ?!
-Je ne pouvais pas tolérer qu'une sang-mêlé puise un jour parvenir au trône. Comment pourrait t-on penser que ça ne soit plus des Vampyrs qui gouvernent les Vampyrs. Et comment ma fille pouvait-elle préfèrer un humain à ceux de sa race. Ils sont tellement faibles, comment peut-elle les préférer ?!
Il était sérieux, ce n'était pas simplement les idées d'un illuminé mais celle d'une personne ayant réfléchit mûrement.
-Probablement car ils n'ont pas un cœur de glace comme le votre !! Siffla Ergaïl.
Cet échange avait épuisé Delsadar, la respiration sifflante il peinait soutenir la véhémence de ses propres convictions. Lucyll douta soudainement qu'il ne soit pas mourant. Et si la Reine se trompait ? Il y eu un silence puis Ergaïl repris d'un air aimable :
-Tout cela n'a pas d'importance cependant car nous ne sommes pas là pour ça. La flèche qui vous a heureusement interrompue dans votre tâche vous a grièvement blessé. Si cette blessure ne devrait pas mettre vos jour en péril votre sang véhicule des quantités de poison auquel vous ne pouvez pas survivre. Heureusement nous avons l'antidote.
Le Suzerain, loin de perdre son sang froid planta son regard dans les yeux de Lucyll sans rien dire. Le jeune femme soutint sans défaillir, presque avec fierté, tout en ayant ses mains moites crispées sur le tissus de son pantalon.
-Tu mens, cette femme n'empoisonne pas ses flèches.
Le duc, qui marchait tranquillement autour du lit répondit :
-Je n'ai jamais dit ça.
Il y eut à nouveau un silence trahissant l'incompréhension du roi.
-Donne moi l'antidote, demanda Delsadar aussi calmement que possible.
-C'est moi qui vous ai empoisonné.

Il y eût un nouveau silence qu'Ergaïl rompit après quelques secondes, toujours avec ce ton faussement aimable :
-Ce poison vous tuera en moins d'un jour. Vous avez donc le choix. Soit vous nous dénoncez, dans ce cas je lâche la fiole que j'ai juste là, elle contient l'antidote et éclatera au sol sonnant votre mort imminente. Mais je suppose que vous aurez tout le loisir de nous torturer comme bon vous semble, ainsi que l'éternité de la mort pour vous amuser de cette situation peu de temps après.
Le Duc tournait autour du lit tel un prédateur.
-Sinon vous acceptez d'utiliser votre dernière permission en temps qu'ancien souverain pour donner les pleins pouvoirs à votre fille. Une fois cela fait je vous soignerais.

_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org

Messages : 732
Date d'inscription : 22/03/2012
Localisation : Ailleurs que devant mon bureau!
Humeur : Crevé et débordé!

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Non magicien
Profession: Homme de science et vagabond.

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Lun 23 Juin 2014 - 2:27

Avant de lire le texte:
 

Les vampyrs ont le sang aussi chaud que sont froides les contrées où ils demeurent. C'est pourquoi ils continuaient, dans les gradins, à clamer leur mécontentement et leur soif de vengeance. Beaucoup étaient encore partisans de Delsadar, et même ceux qui ne l'étaient pas estimaient qu'interrompre un duel était une faute grave. Certains n'envisageaient même pas de laisser un duel aux orzaaliens...

Le silence ne vint pas instantanément. Il se répandit, comme une vague, lente, douce, à travers la foule. Les uns après les autres levaient les yeux vers le balcon royal, offrant des regards tantôt admiratifs, tantôt interrogateurs, tantôt rassurés. Une silhouette d'un temps passé, d'un régime révolu, venait d'y faire sa première apparition depuis bien longtemps. Bien que la circonférence de son ventre ait depuis augmenté, les larges épaules de Delsadar et sa barbe taillée en rectangle respiraient toujours l'autorité, et ses yeux savaient réclamer le silence aussi efficacement que sa force savait l'imposer.


-Mes amis... commença-t-il.

Il se retourna vers l'intérieur de la loge, depuis laquelle l'observaient quelques Orzaaliens, ainsi que Soé, sa propre fille. Des amis? En avait il vraiment? Se retournant vers son peuple, il serra les poings. Et il fut alors intrigué par une sensation qu'il ressentait pour la première fois. Il rouvrit ses mains, et les contempla. L'espace d'un instant, il caressa plusieurs siècles de cal, souvenirs de son entraînement, séquelles de maintes batailles. Il parcourut les crevasses, les cicatrices. Il admira les ongles rongées par des nuits d'angoisse et de réflexion, brisés par les coups répétés. Ni son père, ni son grand père n'avait pareilles mains. Les leurs étaient lisses, douces, à force de paresse et de luxure. Ces mains avaient mené les vampyrs à la place qu'ils occupaient aujourd'hui. Non, pas mené. Elles les avaient hissé! Soulevé de toutes leurs forces! Comment pouvait on leur demander de lâcher prise? Qui pourrait oser priver ces mains de leur unique but? Il avait toujours fait ce qu'il fallait, même lorsque c'était dur. Même lorsque ça allait contre l'idée communément admise du "bien". Même lorsque cela signifiait en condamner certains pour le bien d'un plus grand nombre. Ce qu'il fallait...

Mais que fallait-il aujourd'hui?

Il se retourna une seconde fois vers sa fille, et planta ses yeux dans les siens. Il n'y lut ni peine, ni remords. Il n'y lut ni colère, ni haine. Il n'y lut ni joie, ni satisfaction. Il y vit toute la froideur et la fermeté dont lui même aurait fait preuve à sa place. Mais il y lut aussi une chose nouvelle : de la compassion. Soé était sa fille, mais que partageaient-ils? Quand lui suivait les anciens codes à la lettre, elle s'entourait d'étrangers. Quand lui étendait leur territoire, elle se contentait d'accords et de pactes. Mais ils avaient une chose en commun...

Le peuple. Ils travaillaient pour le peuple.

Soé était la relève. Elle était ce dont le peuple avait besoin. Pas lui. Plus maintenant. Cette sensation... Comme une intense fatigue..


-Mes amis, reprit-il, il est temps. Il est grand temps...que je m'en aille.

L'incompréhension dans la foule était totale. Pourquoi le monarque ne réclamait il pas vengeance? Pourquoi n'ordonnait il pas une exécution?

-S'il vous plaît, silence. J'ai été... J'ai été idiot... J'ai été aveuglé par mon orgueil, par ma colère. Par le poids de mes erreurs passées. Je...voudrais...vous demander pardon pour cela. A vous... A mes filles... Et à ma petite fille.

Les mots étaient durs à prononcer. Sa bouche refusait de laisser sortir ce que disait son coeur. Une voix en lui hurlait qu'il avait tort de dire cela, qu'il n'avait rien à se reprocher, tandis qu'une autre, plus forte encore, l'exhortait à continuer.

-Ici et maintenant, devant vous tous qui m'écoutez, j'utilise ma dernière faveur!! Par le pouvoir des anciennes lois, à partir d'aujourd'hui et jusqu’à ce qu'elle ou la mort en décide autrement, ma fille, Soé, sera votre unique reine légitime, et vous devrez lui obéir en tout. Ainsi est ma volonté!

Il avait crié ces mots, tant il devait faire d'effort pour les faire sortir. Il avait la respiration saccadée, et avait, sans même s'en rendre compte, agrippé à pleine main le rebord de la balustrade.

-De plus, poursuivit-il, je vous le demande en mémoire de moi : ne cherchez pas vengeance auprès des Orzaaliens. Ils ont fait.... ce qu'il fallait.

Il n'attendit pas la réaction de son auditoire. Joie, peine, colère, il ne voulait pas savoir. Il vint rapidement à la rencontre d'Ergaïl, signa et cacheta le document qu'il lui tendait. Puis, il se tourna vers sa fille, et délicatement, la prit par les épaules. Il déposa un baiser sur son front et dit :

-Sois une meilleure reine que je fus un père.

A nouveau, il se retrouva face à Ergaïl. Le duc lui tenait cette fois un petit flacon de cristal, qui contenait un liquide bleuté. Il le tendit à Delsadar, et lui dit avec un sourire narquois :

-La fiole en une fois. Avec tous mes voeux de bonheur!

Le seigneur vampyr lui prit la fiole avec hargne. Ses traits étaients marqués par la colère, le mépris, et, bien que légèrement plus petit, sa stature et son aura donnaient l'impression qu'il toisait le duc.

-Tu ne comprends pas. Tu ne comprendras jamais. Et ton nom sera longtemps oublié que l'on chantera encore mes exploits. Tu n'es rien.

Et sur ce, il sortit, et ferma la porte derrière lui. Le vieux roi ne sut jamais qu'après son départ, les vampyrs commencèrent à applaudir. Ils acclamèrent Delsadar, ils scandèrent son nom. Un rugissement plus fort que les avalanches parcourut les gradins pour le dernier discours d'un véritable monument. Soé s'avança sur le balcon, adulée par un peuple qui était désormais sien. Elle annonça la reprise du cours normal des événements. Une larme unique, brillante comme une perle, glissa sur son visage.

***


Delsadar contemplait le liquide bleu. Oui, il était temps... Il comprenait maintenant.
Il contempla devant lui l'immensité neigeuse du plateau des égarés. Le monarque avait toujours eu un pressentiment pour ce genre de choses. Cette sensation qu'il avait ressenti plus tôt, était le prémisse d'une mort approchante, mais qui n'avait rien à voir avec le poison... Il jeta la fiole dans la neige, et commença à marcher.

_________________
nyancat  Attention à ce que vous dîtes sur le chat!  nyancat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Lun 30 Juin 2014 - 0:00

Une larme. Une perle salée, cristalline, brillant brièvement dans un éclat de tristesse, comme le témoignage d'un regret irrémédiable, comme l'expression du profond soulagement d'être allégée d'une peine insurmontable, comme un hommage à l'être aimé, comme une offrande à son peuple enfin sien, comme une concession à cette faiblesse qu'est le sentiment, comme un symbole de solitude dans la détresse, comme l'émotion d'une idole dans l'allégresse, comme une joie inespérée, comme un chagrin insondable, comme une force infinie, comme une plaie qui jamais ne guérit, elle coule, glissant sur la peau immaculée, suivant la courbe de la joue, scintillant imperceptiblement dans le creux d'une pommette. Rien n'arrêtera sa course avant qu'elle ne quitte, dans une dernière arabesque, le menton d'albâtre, se détachant puis chutant dans le néant. Soë pleure mais cette larme est unique, comme un cadeau d'une valeur inestimable au présent. Est-ce que l'histoire se souviendra de ce détail ? Dira-t-on aux générations futures : "le jour où Delsadar quitta ce monde, Soë se tint droite et l'on ne vit qu'une larme à la signification titanesque descendre le long de son visage, signant ainsi le véritable début de son règne après ce qui fut l'aube de sa souveraineté." ?

Je ressens un immense respect pour cet être qui était prisonnier de ses lois un instant plus tôt. Ainsi, il arrive à la grande reine des Vampyrs d'exprimer, même avec retenu, même avec humilité, même avec pudeur, l'expression de ses sentiments. Il existe des moments, comme celui-ci, où rien ne se cache, où des souverains s'offrent, à découvert. Je reprends confiance en ce peuple fier et froid. Peut-être n'est-il pas aussi inhumains qu'il le laisse paraître.

J'écoute d'une oreille absente le discours que Soë proclame à la foule en liesse, savourant cet instant que je sais historique, en passe d'entrer dans la légende. Lorsque la reine se retourne vers nous pour nous congédier et nous enjoindre de retourner dans notre tribune, je m'incline.

"Votre père vient de quitter la scène du pouvoir avec noblesse et panache. Malgré notre divergence de pensée et de culture, veuillez agréer de mon plus profond respect pour ce geste inoubliable qui honorera votre famille. Ce fut un beau et grand discours que celui qu'il vient de nous donner.
- Mon père fut un grand roi.
"

Ce fut tout.

Les Orzaaliens regagnent leurs sièges tandis que les Vampyrs, transportés, ne nous prêtant pas la moindre attention, n'ont à présent plus d'yeux que pour cette femme au maintien altier. Le silence mettra longtemps avant de retomber sur l'arène. Lorsque que je m'assois enfin, toute l'adrénaline est tombée. Je ramène mes genoux vers moi, enfermés dans mes bras, et y plonge mon visage pour recommencer à respirer sans penser à chaque inspiration qu'elle sera peut-être la dernière. Ne reste plus que cette sensation d'être passée au plus près du pire, tout en ayant vécu l'inégalable.


_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Ven 25 Juil 2014 - 0:06

Quand les Orzaaliens eurent rejoint leur tribune et que la clameur des Vampyrs envers leur Reine faiblissait, les souverains Graer et Ajannil apparurent à la tribune royal. Après quelques secondes d'entretien silencieux avec la Reine, Izzet prit la parole :

-Chers membres de l'alliance, malgré tout ces événements le Statut Quo perdure ! Il a été impossible de trancher par le vote ou par des combats singuliers. Nous allons donc départager les candidats par une autre méthode : Une lutte par équipe. Il s'agira de bien plus qu'un combat. Nous laissons trois jours aux combattants pour panser leurs blessures.

Le Magistrat Graer intervint à son tour :

-Tout comme les combats précédant nous matérialiseront une arène spécifique, les règles seront expliquées au moment venu. Pour des raisons évidentes Ambre Hitcleaf et son grand père ne participeront pas à cette lutte.

Chacun discuta avec tous de tout cela puis peu à peu l'arène se vida. Lorsque les trois souverains quittèrent la loge de Soë les Orzaaliens abandonnèrent la leur pour aller voir l'état de Ambre. Une dryade de la délégation de Dame Selendia et une vampyre c'étaient alliées pour veiller sur elle. Sa blessure était grave mais elle guérirait, en attendant elle devait se reposer et rester à l'infirmerie. Dimna pour sa part boitait mais serait sans doute remise dans trois jours grâce aux talents des Dryades. Tout les autres n'avaient que des blessures qui semblaient bénignes en comparaison.

Ils regagnèrent leur suite pour discuter de toutes les possibilités en concluant rapidement qu'ils ne pouvaient préparer aucune stratégie fixe, n'ayant pas connaissance des règles de l'épreuve. Cependant durant ces trois jours ils s’entraînèrent plus que jamais à luter ensemble. Ce fut trois jours d'exercice intensif. Puis le moment tant attendu vint et tous furent convoqués dans l'arène, qui se retrouva bondé comme la dernière fois. Ambre dont l'état c'était grandement améliorée, fut invitée, à la surprise générale, à s'asseoir aux cotés de sa tante, dans la loge royal.

Les autres Orzaaliens furent à peine arrivé dans la leur qu'on leur ordonna de se placer dans l'arène. L'équipe ennemie fit de même et ils se retrouvèrent face à face à se jauger, séparé d'une trentaine de mètres. L'arène n'avait pas encore été façonné contrairement à d'habitude. Les combattants attendaient qu'on énonce les règles. Ce fut là qu'Izzet entra à son tour dans l'arène de sa voix de stentor il clama :

-Notre but est de départager deux camps qui se sont montrés déterminés et combatifs.

Il observa l'assemblée.

-L'alliance est plus forte que jamais et j'ai bon espoir qu'elle permette à nos peuples de traverser toutes les épreuves que le futur nous réserve. Ceci n'a pas été une lutte de pouvoir à mes yeux, mais une délibération des plus houleuses pour savoir qui tiendra nos espoirs et notre avenir entre ces mains.

Il fit une pause pour saluer tous les souverains un à un.

-Il était donc de notre devoir de vous fournir la plus grandiose et impressionnante façon de nous montrer lesquels sont les plus à même de remplir un rôle aussi capital ! Aujourd'hui, nous vous proposons …

Il fit une pause, tenant en haleine son auditoire, avant de s'exclamer :

-UNE BATAILLE NAVALE !

Soudain, des planches apparurent sous les pieds des deux camps, manquant de les faire tomber. Des poutres de bois sortirent du sol pour se lier ensemble dans un craquement de tout les diables. C'était deux robustes voiliers qui se formaient sous les yeux émerveillés de la foule. Les combattants tentèrent au mieux de ne pas vaciller. Jusqu'au moment ou l'eau arriva. Un ras de marrée surgit de nul par dans un vacarme assourdissant pour remplir l'arène en les secouant comme deux coquilles de noix sur l'océan. Les flots rugissaient, grondaient, tourbillonnaient. Ils tombèrent tous au planché de leur bateaux respectifs.

Puis tout se calma pour laisser place à un lac en pleine arène. Les guerriers n'en croyaient pas leurs yeux.
Izzet était sourit de fierté, cette collaboration entre lui et son confrère graer, quelle mise en scène ! Il s'arracha à sa contemplation puis, marchant sur l'eau au milieu des navires il indiqua :

Chaque équipe dispose d'une pierre précieuse. Le porteur est libre de faire ce qu'il veut de la pierre, excepté de la couler ou de la sortie de l'arène. La première équipe qui s'empare de la pierre adverse a gagné. Les Orzaaliens ont une émeraude, les vampyrs un diamant. Vous avez cinq minutes pour élaborer votre stratégie.

_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.


Dernière édition par Ergaïl d'Orzaal le Ven 25 Juil 2014 - 23:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Sam 26 Juil 2014 - 1:02

Nous nous rassemblons en cercle. Au centre, la main de Dimna qui tient la pierre d'un vert translucide.

"Les amis, c'est le moment de jouer tactique." fait-elle de son air ironique inimitable.

Je réfléchis un moment puis expose :

"Faisons le compte, ils sont cinq : Gunry Keil, le colosse qu'Amy a vaincu, il a la force pour lui et sera dangereux en corps à corps, Séverin Sorv'Dan, le guerrier anti-magicien que j'ai affronté, même constat mais intouchable par magie, Erlaïvor qui est enchanteur et se sert d'illusion et de tirs incandescents, attaque à distance donc, Lyubov Dragomiroff, as des armes, encore du corps à corps mais plus mobile, plus imprévisible et aux armes plus variées, et bien sûr Elmensië leur élément clef. Nous avons l'avantage de posséder plus d'armes à distance : Dimna tu as ton arc, moi aussi, Erg' et moi sommes magiciens, Amy tu as tes dagues et Thadd' tes fioles qui nous donnent des dégâts de terrains également. Nous pouvons donc plus facilement repousser leur abordage : je vous rappelle qu'ils ne savent pas nager, ce sont des Vampyrs. Nous pouvons chacun nous défendre également au corps à corps.

- Nous avons cependant moins de force dans nos attaques.
souligne Ergaïl, Vous l'avez bien vu, ce sont des soldats. Nous pouvons les battre si nous sommes audacieux et surprenants, pas avec des techniques de combats classiques. Et Elmensië est bien plus puissante que nous tous réunis.

- Pour l'instant il faut décider qui sera le porteur de la pierre.
coupe la princesse

- Je pense qu'on devrait la donner à Amy. Au corps à corps, vous êtes toutes les deux nos meilleurs éléments, mais toi Dimna, tu as besoin de te transformer pour ça et tu risques de perdre la pierre. Par contre il faut bluffer. Si Amy reste derrière sans rien faire…

- QUOI ?! Il n'en est pas quest…

- … ce qui est inenvisageable de toute manière, les autres sauront tout de suite. Je pense qu'ils s'attaqueront plus à Ergaïl. Avec son titre de chef et leur code d'honneur, ils penseront sans doute que c'est lui qui a pris la responsabilité de la chose.
"

Ergaïl confirme en opinant de la tête.

"Elmensië aura forcément la pierre. Si on suit leur logique, elle est la mieux placée pour la défendre et fait partie de la famille royale. C'est d'ailleurs l'adversaire dont il faudra se débarrasser en premier.

- Il va falloir conquérir leur bateau. Et nous ne pouvons pas simplement faire couler le leur ; non seulement on perdrait leur pierre, mais en plus ils investiraient le nôtre, et ça deviendrait compliqué…
"

Je médite quelques instants. Notre petit cercle s'est resserré, nos épaules se touchent.

"Il faut jouer notre avantage. Ils sont forts, mais individualistes ; c'est la loi des Vampyrs, la loi du plus fort. Nous sommes au-delà de ça : nous sommes une équipe. Attaquons par groupe de deux et trois en coordonnant nos avancées. Déterminons des partenaires et ne nous séparons plus d'eux jusqu'à la fin, tout en calquant notre objectif sur l'autre groupe. Ils sont habitués à combattre pour l'honneur. Nous devons être complémentaires et unis pour vaincre. En parfaite synergie pour les prendre par surprise par des styles combinés complètement différents. Que proposez-vous ?"

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 562
Date d'inscription : 29/06/2012
Localisation : Hmmfqwaaa? *sors d'une boîte à cookies*
Humeur : Gambade joyeusement tel un poney

Caractéristiques du personnage
Race: Loup-Garou
Magie:
Profession: Princesse (déchue) Dévoreuse de cookies et couturière à ses heures perdues...

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Lun 28 Juil 2014 - 15:37

Dimna inspira. Son cerveau tournait à toute vitesse, elle avait pourtant l'impression que ça n'allait pas assez vite pour compenser les cinq minutes décisives qui s'écoulaient.

- J'ai peut-être une ébauche de tactique, déclara-t-elle aux autres. Mais je ne suis pas sûre, dîtes-moi ce que vous en pensez...

Nous devons prendre leur navire d'assaut avant qu'ils n'en fassent autant. Il faudra rapprocher notre bateau suffisamment du leur, pendant ce temps Lucyll et moi pourrions leur tirer dessus, simplement pour donner le change et les empêcher de vous attaquer pendant que vous manœuvrez. Lucyll peut se protéger des ripostes grâce à sa magie et moi-même je suis très résistante tant qu'il ne s'agit pas d'argent. Qui a des connaissances en navigation ici?

Quand nous serons suffisamment proche, le premier groupe abordera leur navire tandis que le deuxième le couvrira. Amy est évidemment dans le premier groupe, Thaddeus également et moi. Ergaïl et Lucyll nous couvrirons avec leur magie et les flèches de Lucyll. De plus si Ergaïl reste sur le bateau dans un premier temps, cela confortera les Vampyrs dans la certitude que c'est lui qui garde l'émeraude. D'ailleurs Amy, où comptes-tu mettre la pierre?

Ergaïl, Lucyll, je pense que vous êtes les mieux placés pour prendre le diamant à Elmensië. Vous nous rejoindrez sur le pont lorsque le combat sera bien engagé. Faîtes alors usage de vos talents pour lui arracher la pierre coûte que coûte, Thaddeus, Amy et moi sommes capables de nous occuper des autres, j'en suis certaine!

Dimna s'interrompit, observa ses compagnons.

- Mon plan a sans aucun doute ses failles. Mais je ne doute pas que nous allons remporter. Qu'en pensez-vous?

_________________
- Qu'est ce que tu veux être quand tu seras grand ?
- Heureux!
- Tu n'as pas compris la question...
- Vous n'avez pas compris la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1611
Date d'inscription : 22/03/2012
Localisation : Le jour dans un lit. La nuit, juste derrière toi...
Humeur : Tellement de travail....(*o*)

Caractéristiques du personnage
Race: Sang-Mêlé
Magie: Non magicien
Profession: Assassin, mercenaire

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Lun 28 Juil 2014 - 16:41

D'ailleurs, Amy, où comptes-tu mettre la pierre ?

C'était une bonne question à laquelle Amy pouvait répondre sans problème. On lui avait appris à faire disparaître les objets précieux, les rendant inaccessibles aux autres, tout en les gardant sur soi. Ce tour était imbattable.

La jeune femme attendit la fin de l'exposé de la princesse pour répliquer :

_ Ton plan me convient, du moment que je ne reste pas derrière à rien faire. La tueuse lança un sourire mesquin à Lucyll. Donne-moi la pierre Dimna, je vais la planquer tout de suite.

Amy se saisit de l'émeraude qu'elle plaça dans sa paume, ses reflets scintillaient à la lumière du soleil : elle était vraiment jolie et devait valoir un sacré paquet d'argent.

_ Hé Hop !

Sans que personne n'eut le temps de réagir, Amy porta sa main sa bouche et goba la pierre cul sec. Cachée ainsi dans son estomac, la pierre sera inaccessible, à moins de lui ouvrir les tripes. Ces maudits vampyrs ne sauront jamais où elle se trouve.

_________________

Votre conscience est comme une plaie : le sang y coule à flot. Vous croyez que sauver un homme plus vertueux que vous changera quoi que ce soit ? Ce n’est là que vulgaire sensiblerie !
Vous n’êtes qu’une fillette en prière. C’est pathétique ! Vous mentez et tuez, au service de menteurs et de tueurs. Vous prétendez être différente, obéir à votre propre code, dans le but de racheter ces horreurs…mais elles font parties de vous. Elles ne disparaîtront jamais...


Loki, Dieu de la discorde


Dernière édition par Amy Wicardomma le Lun 27 Avr 2015 - 20:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 732
Date d'inscription : 22/03/2012
Localisation : Ailleurs que devant mon bureau!
Humeur : Crevé et débordé!

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Non magicien
Profession: Homme de science et vagabond.

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Lun 4 Aoû 2014 - 1:19

-Tribord! TRI-BORD! A DROITE!!

Je me suis découvert ce jour là une phobie du bateau.... Quand Ergaïl était aux commandes! Les vampyrs, sans nous laisser de répit, avaient attaqué juste après qu'Amy ait avalé la pierre, manquant presque de la faire s'étrangler. Erlaïvor nous lançait des traits de feu magique, et tentait d'embraser les voiles magiques qui propulsaient notre embarcation. Lyubov avait saisi un arc, et de façon plus....meurtrière, tentait de toucher directement le Duc. Ses essais étaient rendus infructueux par le barrage bien peu conventionnel du Duc, qui avait été le plus rapide à réagir pour se saisir du gouvernail.

L'équipage nordique fonçait vers nous à pleine vitesse, tandis que nous essayions de rester loin d'eux aussi longtemps que possible afin de profiter de notre avantage à distance. Malheureusement, les dégâts sur la voilure se faisaient de plus en plus importants, et les Vampyrs gagnaient du terrain. Nous ralentissions dangereusement, ils allaient nous avoir à leur merci... Comment... Comment les aborder sans qu'ils ne nous abordent... Il aurait fallu prendre leur navire de vitesse ou alors...

-Ergaïl! Garde le cap! Reste à tribord d'eux! Lucyll, avec moi sur la proue!

Même quand on est pas le chef, si les choses sont dîtes d'une manière péremptoire et assurée, les gens ont tendance à suivre. Lucyll, comme les autres, avait compris que j'avait une idée derrière la tête. Elle me suivit d'un pas rapide vers la proue.

-Okay, vous connaissez un sort de glace? Attendez attendez, je vous explique : on peut pas les semer. On peut pas faire un demi tour assez rapide pour les éviter. Alors on va freiner. .... MAIS BIEN SÛR QUE JE SUIS CONSCIENT QU'IL N'Y A PAS DE FREINS SUR UN BATEAU!! Ecoutez, dès qu'ils sont presque à portée d'abordage, à mon signal, vous congelez l'eau devant le navire. Ça devrait nous freiner assez rapidement pour qu'ils nous passent à côté sans nous toucher. Et nous qui seront préparés, on pourra les aborder.

Audacieux et surprenants.... Ils allaient en avoir, de l'audace et de la surprise! J'expliquai la situation à mes deux camarades qui sauteraient avec moi, puis nous nous plaçâmes sur le flanc bâbord, prêts à sauter.

-Amy?

-Ouais?

-Qu'est ce qui se passera si vous tombez à l'eau? Avec la pierre j'entends?

Elle répliqua, révélant ses dents légèrement pointues en un sourire d'anticipation.

-J'en sais foutrement rien. Mais je compte pas essayer!

Leur navire approchait, juste derrière nous. Je pouvais voir nos adversaires, armes au clair, prêts à en découdre. Mais pas prêts pour nous. Pas prêts pour...

-LUCYLL MAINTENANT!!

_________________
nyancat  Attention à ce que vous dîtes sur le chat!  nyancat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Ven 15 Aoû 2014 - 2:00

Thaddeus me donne le signal. Un frisson de stress me dévale l'échine. L'idée du professeur est géniale et… j'ai franchement peur de ne pas être à la hauteur et de tout faire rater. Je dois arrêter un bateau en pleine course. Ahem… Nan mais vous n'avez pas entendu ? Je dois arrêter un bateau en pleine course ! Je vais devoir écouler beaucoup d'énergie d'un coup étant donnée la masse que je dois stopper en plein élan. J'ai vidé une part conséquente de mes réserves lors du duel contre Séverin, je me doute que même entièrement reconstituées pendant mes trois jours d'entrainement, chaque impulsion sera précieuse. Mais l'initiative du scientifique est tellement déterminante pour le reste du combat que ce sacrifice est nécessaire, sans le moindre doute. La surprise. Il faut créer la surprise. Quand Thaddeus hurle mon prénom comme un cri de guerre lancé à l'ennemi, debout à la proue je n'hésite pas. Je lance à Ergaïl, sans me retourner vers lui, les yeux rivés sur les embruns qui éclaboussent l'étrave : "Couvre moi !"

D'un geste souple je tends les mains vers l'eau, écartant les bras comme pour enlacer le vent. Puis inspirant à plein poumons, je concentre toute ma puissance dans deux syllabes : "Nixë." Un jet argenté surgit de mes paumes ouvertes et frappe la surface avec violence. Un terrible doute m'assaille pendant une petite seconde puis je vois une blancheur glaciale figer peu à peu les flots. J'intensifie la pression. L'eau gelée se brise devant l'écrasante avancée du bateau, ne parvenant pas à l'arrêter. Je durcis encore le flux. Cette fois ce sont les planches de bois de la coque qui émettent des craquements. Le sang bat à mes tempes, je ne peux pas augmenter encore l'intensité du sortilège sans avoir à en subir des conséquences. Doute. Réflexion. Inspiration. Certitude. J'accélère.

Avec brutalité le bateau s'immobilise d'un coup d'un seul, projetant au sol tous ceux qui ne se tenaient à rien. L'arrêt est tellement anormal et soudain, bravant les lois de la logique, que le bateau de nos adversaires a tout juste le temps de s'écarter pour éviter la collision, continuant sur sa lancée en longeant notre navire. Thaddeus lance l'assaut, suivit par ses deux camarades, réussissant son pari.

L'action n'a pas pris plus de dix secondes. Une coque de glace enserre le bateau comme un écrin. Je me retourne vers Ergaïl. Je sais que comme lors de tout effort magique, mes yeux ont changé de couleur, intensifiant le noisette habituel en un orange incandescent. Mes oreilles tintent étrangement, ma vision est légèrement floue en périphérie. Mais je suis debout et je marche sans tituber. La fatigue ne m'est pas encore tombée dessus donc mes artefacts sont encore capables de m'assurer de l'énergie. Bien, je vais pouvoir continuer le combat, et c'est tant mieux, on a besoin de moi. Je rejoins le Duc.

"Leur bateau doit effectuer une nouvelle manœuvre pour pouvoir aborder le nôtre, ce qui laisse du temps pour commencer les combats sur le leur. C'est toi leur cible, tu es le porteur présumé. Ils vont vouloir atteindre notre navire de toutes les façons et se concentreront là-dessus pour briller aux yeux du peuple, ce qui veut dire qu'ils ne se préoccuperont pas les uns des autres et ne lutteront pas ensemble. L'avantage dégagé par Thadd est énorme !"

Il hoche la tête puis tend la main vers mon visage, inquiet. J'y passe les doigts et les ramène rougis. Un petit filet de sang s'écoule de mon oreille droite, descendant sur ma joue et gouttant au menton. Je secoue la tête.

"Aucune importance, beaucoup d'énergie sur un laps de temps trop court, trop d'intensité, c'est tout. Amplement surmontable, j'ai de la réserve. Lâche la barre, on doit assurer leurs arrières."

De notre pont, nous observons nos amis s'élancer sur les planches ennemis, restant groupés dans une parfaite synergie. Ergaïl commence à bombarder les Vampyrs de ses orbes tandis que j'arme mon arc. Nous devons les soutenir. Dans un coin de mon esprit une pensée insidieuse me chuchote secrètement : j'espère seulement que le prix que tu viens de payer ne sera pas celui qui te manquera lorsque nous serons face à Elmensië.

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Jeu 20 Nov 2014 - 13:41

Sur le pont, alignés contre le bastingage les Vampyrs attendaient leur heure, prêt à en découdre. Liubov Dragomirof harcelait les Orzaaliens à distance, soutenue par Erlaïvor, en attendant de pouvoir les assaillir. Gunry Keil, le chevalier, manœuvrait à la barre.  C’était lui qui avait pris le commandement de ce groupe d’élite. Pourtant, l’une d’entre eux ne lui obéirait jamais.

Elmensïe la Reine déchue était en haut du grand mât et faisait comme bon lui semblait. Chacun le savait à la Citadelle, elle ne répondait qu’aux ordres de sa sœur et ceux qui essayaient de s’imposer à elle étaient écrasés et déshonorés en duel. Gunry lui avait donc confié la pierre et ne demandait pas plus de soutien de sa part. Il n’avait pas besoin d’elle pour prendre sa revanche.

Ils avaient loupé leur première tentative d’abordage et amorçaient leur virage quand la riposte Orzaalienne s’organisa. Le voilier Vampyr fut à son tour pris d’assaut par les flèches et la magie. Ergaïl et Lucyll lançaient l’offensive à distance et obligèrent l’archère et l’enchanteur ainsi que leurs confrères à s’abriter. Les orbes et les traits sifflaient furieusement sur les Vampyrs, ce qui permit à la Princesse, à la Tueuse et au Scientifique de nager discrètement jusqu’à leur bateau. Ce dernier avait ralenti, faute de pilote. Tous les trois étaient de très bons nageurs, même si Thaddeus se laissait distancer par Amy et Dimna sous sa forme de loup. Deux-cents mètres séparaient les deux caravelles. Indifférente et hors des tirs, Elmensïe observait.

Tandis que les nageurs touchaient la coque du navire ennemi, Ergaïl qui faisait pleuvoir sa magie dessus reçut une flèche ajustée par Lyubov, en plein torse. En entendant le sifflement, Lucyll se tourna vers le Duc et écarquilla les yeux de stupeur. Il tomba à genoux, ébranlé, puis saisit la hampe de la flèche avant de la tordre pour la briser. Les tribunes de l’arène félicitèrent l’archère en scandant son nom.

- C’est pour des traits comme ça que je ne sors jamais sans quelques pièces d’armure !

Soulagée, Lucyll l’aida à se relever et ils se mirent à l’abris. Les autres étaient arrivés, ils n’avaient plus besoin de les couvrir. C’était parfait pour les Orzaaliens, les Vampyrs pensaient avoir abattu le Duc et s’enhardirent à l’idée de mener l’assaut. Chacun d’eux redoublait d’effort. Mais l’abordage allait les cueillir au moment où ils s’y attendaient le moins. Les trois Orzaaliens escaladèrent silencieusement la coque pour renverser la tendance du combat. Amy naturellement meilleure en escalade fut la première arrivée niveau du bastingage. Ses deux compagnons d’arme se placèrent en embuscade à cinq mètres d’elle, quelques secondes plus tard. Ils préparèrent crocs et fioles pour réagir dès que la Tueuse interviendrait.
Alors, d’une traction puissante Amy se leva au bord du bateau saisit Erlaïvor l’enchanteur par le col et sans lui laisser le temps de réfléchir, le balança par-dessus bord.

- VA BLOUBLOUTEEER !!!! Hurla la Tueuse

C’était le signal ! La princesse et le chimiste sautèrent sur le pont. Dimna sortit ses griffes prête à en découdre.

- THADDEUS A TOI ! Hurlèrent les filles en même temps.

A ce moment, d’un geste théatral le scientifique ouvrit ses deux pans de manteau, dévoilant avec un grand sourire quantité de fioles. Il bomba le torse, fier, en prit deux rondes puis les éclata sur sol d'un grand mouvement. On entendit deux « POUF » et soudain le bateau fut étouffé dans une gangue de fumée tellement épaisse qu'il faisait comme nuit sur le pont.

- Mesdemoiselles, il n’y a rien de plus fort qu’une garou et une tueuse dans l’obscurité !

Satisfait de lui il s'offrit le luxe de se lisser la moustache.
Puis l’enfer s’abattît sur les Vampyrs.

_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org

Messages : 1611
Date d'inscription : 22/03/2012
Localisation : Le jour dans un lit. La nuit, juste derrière toi...
Humeur : Tellement de travail....(*o*)

Caractéristiques du personnage
Race: Sang-Mêlé
Magie: Non magicien
Profession: Assassin, mercenaire

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Lun 24 Nov 2014 - 12:04

***


Le duel final entre les Orzaaliens et les Vampyrs de la citadelle venait de débuter, mais au cœur de la citadelle, l'ambiance était autre...


Plus l'on s'enfonçait dans les entrailles du palais Vampyrs et plus les limites des couloirs sombres et poussiéreux du château s'estompaient. Ce labyrinthe, dont les murs étaient couverts de velours, de tableaux et de tapisseries, pouvait égarer n'importe qu'elle personne assez insensée pour s'y aventurer seule.

Pourtant, cet homme connaissait parfaitement chaque recoin de cette immense bâtisse et savait très bien où il se rendait. Malgré l'obscurité qui grandissait au rythme de son pas pressé, il savait très bien qu'au prochain croisement, il devait prendre à droite. Il se retrouverait ainsi devant une porte en bois abîmée découvrant sur un escalier menant vers les entrailles de la Terre.

Et il savait ce qu'il y aurait au bout de cet escalier en pierre sculpté, couvert de moisissures et de toiles d'araignée.

Comme prévu, il se retrouva devant la porte, l'ouvrit dans un léger grincement, et emprunta les escaliers.

À la dernière marche, se trouvait une autre porte, entrouverte, par lequel on distinguait un faible rai de lumière.

Il entra.

Le halo flamboyant des torches révélait son teint de marbre. Ses cheveux, aussi noirs que l'encre, avait été ramené sur son épaule droite et s'écoulaient en fine cascade le long de sa veste.

Se tenait devant lui, dans une pièce étroite et oubliée par le temps, deux hommes armés dont l'un forçait un troisième homme à s'asseoir sur une caisse en bois. Ses habits en lambeau et son visage tuméfié témoignaient d'un épisode passé violent et douloureux.

L'homme porta sa main à la poche de sa veste et en sortit un morceau de tissus blanc immaculé. Il s'adressa ensuite à ses subordonnés.

_ Laissez-nous je vous prie.

Les gardes s'employèrent à ces paroles sans piper mot et sortir de la pièce dans un silence angoissant.

_ Regardez-moi ça. C'est pitoyable. Continua-t-il, comme s'il parlait tout seul. Sur trois de mes hommes, deux ne sont plus de ce monde et un, relégué au statut de prisonnier, est en passe de l'être. La tâche que je vous avais confiée était pourtant simple.

L'interlocuteur bafouillait. Pris d'une frénésie tremblante, il tenta de s'expliquer.
_ Cela faisait plusieurs jours que nous n'avions rien mangé.... Et ces garces savaient se battre. Nous n'avions pas prévu qu-

_ Espèce d'imbécile ! Hurla-t-il en giflant son interlocuteur tellement fort, qu'il se fit projeter au sol sous le coup du choc. La caisse de bois se renversa avec fracas.

L'homme passa rapidement sa langue sur ses canines finement aiguisées et leva explicitement un sourcil pour afficher son mécontentement.

_ Vous avez échoué face à deux femelles qui plus est ! Votre incapacité à me servir ne me plaît guère et votre incompétence ruine le bon déroulement de mon plan.

_ Pitié Monseigneur... Je ferais tout ce que vous me demanderez ! Implora le prisonnier en se tenant la joue, le visage défiguré par la douleur.

_ La pitié fonctionne certainement avec cette sotte de Soé, mais pas avec moi. De plus, cela fait un moment que je ne me suis pas rassasié... Les mets se font rare au château ces temps-ci. Un rictus malsain déforma les lèvres du vampyr. À moins que vous ayez une quelconque information importante à me fournir.

Il empoigna le prisonnier violemment par sa gorge, avant de le redresser, son dos heurta de pleins fouets les pierres tranchantes et glacées du mur le plus proche.

_ Je vous avais pourtant offert cette misérable humaine sur un plateau...

_ E-Elle n'était pas humaine mon seigneur. Son sang avait un goût qui n'avait rien d'humain et nous n'avions pas prévu que l'autre utiliserait de la magie...

_ Vous a-t-elle révélé de comment elle était entrée dans la citadelle sans attirer l'attention ?

Plus le Vampyr parlait et plus il resserrait son emprise sur la gorge de sa proie, qui répondit presque dans un murmure.

_ N-Non mon seigneur. Nous avions prévu de la faire chanter, mais cette garce de magicienne est intervenue. Et maintenant-

_ Maintenant ces pleutres du Conseil savent que les Crocs Vrais ont investis la cité. Le coupa l'homme. Je ne vais pas pouvoir tenir le conseiller à l'écart éternellement et vous n'avez trouvé rien de mieux à faire que de compromettre notre objectif final !

Le prisonnier étouffait sous la main ferme et déterminée du Vampyr, ses mains cherchant à le repousser pour retrouver ne serait-ce qu'une infime quantité d'oxygène.

_ Pitié... Ne... Me manger pas...

_ Sombre crétin ! Pesta le Vampyr avant de relâcher son emprise sur sa victime, le faisant tomber au sol. Ton sang souillé par la bêtise ne m'intéresse pas.

Puis il tourna les talons, nettoyant sa main avec l'aide de son mouchoir, qu'il remit dans sa poche une fois le travail achevé.

_ Ces humains et leurs magiciens ont semé la discorde dans nos projets. La seule et unique bonne nouvelle dans toute cette pagaille, c'est le départ prématuré de Delsadar.

Le Vampyr s'en retourna vers la porte de sortie, sans prendre garde aux baragouinements de remerciement de son prisonnier.

Fermant la porte derrière lui, il croisa ses hommes de main dans les escaliers.

_ Je ne veux pas d'incapable à mon service. Tuez-le.

Ainsi fût fait, le vampyr aux canines aiguisées remonta les marches avec légèreté.

J'ai des proies bien plus appétissantes en vue désormais...

_________________

Votre conscience est comme une plaie : le sang y coule à flot. Vous croyez que sauver un homme plus vertueux que vous changera quoi que ce soit ? Ce n’est là que vulgaire sensiblerie !
Vous n’êtes qu’une fillette en prière. C’est pathétique ! Vous mentez et tuez, au service de menteurs et de tueurs. Vous prétendez être différente, obéir à votre propre code, dans le but de racheter ces horreurs…mais elles font parties de vous. Elles ne disparaîtront jamais...


Loki, Dieu de la discorde


Dernière édition par Amy Wicardomma le Lun 27 Avr 2015 - 20:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Dim 14 Déc 2014 - 1:33

Le bateau adverse est à présent densément envahi d'une fumée noirâtre. Les spectateurs s'agitent dans les gradins, mécontents de ne pouvoir admirer le spectacle. Les commentaires vont bon train et le présentateur dont la voix magiquement amplifiée par un enchantement quelconque s'en donne à cœur joie pour stimuler les suppositions. Accroupis derrière le bastingage, nous entendons les cris d'excitations des tribunes. Parmi la foule, nous apercevons les visages, tous passionnés par le combat spectaculaire qui se déroule sous leurs yeux. Il est certain que, quelle qu'en soit l'issue, ce moment restera à jamais dans les mémoires.

L'action pleine d'imprévisibilité de Thadd' nous laisse un temps de répit. Erlaïvor est à présent hors d'état de nuire ce qui réduit considérablement leur avantage magique. Gunry va certainement délaisser la barre afin d'aller se battre, tandis que Liubov, aveugle, ne peut désormais plus nous attaquer tant qu'elle n'aura pas abordé notre propre bateau. Séverin les soutiendra certainement tous les deux pour protéger leur pont, mais ses qualités anti-mage ferait de lui l'allié idéal d'Elmensië si elle se décidait à nous affronter pendant que ses compatriotes assument l'assaut des nôtres. Néanmoins, l'individualisme des Vampyrs rend cette possibilité improbable. Séverin préfèrera se couvrir de gloire en vainquant ses ennemis dans le noir plutôt que d'aider une honnie pour battre deux humains qu'il considère peut-être comme faibles et blessés.

Nous attendons comme les autres, le souffle court. J'ai passé un bras sous l'épaule d'Ergaïl comme pour le soutenir pour maintenir l'illusion de sa blessure feinte. Nous non plus nous n'apercevons rien à travers l'écran de fumée. Soudain, une silhouette mince et élancée surgit de ce nuage. Avec grâce, elle bondit et s'abat sur notre pont. Saut d'adrénaline. Je lève les yeux sur le visage de notre assaillant.


_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Dim 25 Jan 2015 - 22:33

Une ombre vive jaillit de la fumée pour se poser comme un rapace nocturne sur le pont. Cette flamboyante chevelure rousse ne laissait aucun doute et Elmensië se redressa dans toute sa majesté. Vêtue d’un grand kimono blanc flottant et ondulant à chacune de ses foulées souples, ses mouvements étaient emprunts de grâce. Son visage, lui, était teinté de tristesse.  Je n’avais pas prévu de la combattre seul avec Lucyll, je pensais que nous allions d’abord éliminer tous les autres adversaires pour essayer de la combattre à cinq. C’était impossible à deux de vaincre.  Elle s’avança vers nous jusqu’à qu’il ne reste que cinq mètres nous séparant puis me demanda :

- As-tu assez récupéré pour m’affronter une seconde fois ou veux-tu abandonner et me donner la pierre ?

- Lorsque j’étais enfant, je n’avais pas le temps de récupérer si ?


Elle sourit et à une vitesse foudroyante elle lança sa première attaque, un coup de pied fouetté visant ma tête que j’esquivais à grande peine, directement suivit d’un coup transversal avec le tranchant de sa main je parai avec mon avant bras. Je sentis une secousse terrible comme si mes os se tassaient.

La philosophie de mon maitre était la suivante : quelque soit le combat,  poing pour poing, fer ou fer, sort pour sort. En un mot, elle ne sortira pas son sabre tant que nous n’utiliserons pas nos armes. Heureusement pour nous, car armée de magie et d’un sabre elle était invaincue à ma connaissance. Lucyll derrière moi attendait une ouverture tandis que je luttais pour la lui offrir. Les coups s’enchainaient et je parvenais à grand peine à parer ou esquiver. Je sentis une vive douleur avant même de réalisé qu’un uppercut m’avait atteint sur le flanc. En quelques secondes, l’affrontement semblait déjà n’avoir qu’une issue possible. Malgré ça je gardais la tête froide et un esprit calculateur, c’était le seul moyen de tenir. Nous ne pouvions pas vaincre, mais peut-être résister assez longtemps pour que les autres arrivent en renfort.
Je faillis tomber après un coup de pied à impact fouetté visant ma trachée, mouvement tuant souvent une personne dans l’instant. Je tentai à mon tour un mouvement similaire dans en visant le torse. Elmensië para sans peine et s’apprêtai à frapper avec l’avant-bras mon arcade  quand soudain je vis une brèche. Je me fendis sur le coté pour laisser de justesse le coup passer et Lucyll eût une  opportunité. Dans la petite fenêtre de tir que je lui laissai elle lança sa magie qui gela adroitement la hanche de mon maître. C’était la première fois que je voyais Elmensië touchée ! Peut-être avions nous une chance ? C’était un mélange d’exploit et de miracle. Je n’en revenais pas et cela m’exaltais.

La Vampyr aux cheveux de feu recula d’une dizaine de mètres et nous fîmes de même. C’était extraordinaire d’avoir pu l’handicaper un peu, ses mouvements seraient moins véloces.
Pendant cette trêve tacite de courte durée on pu voir la pierre léviter quelques dizaines de mètres au dessus d’elle, inatteignable. Je regardai l’autre bateau pour voir si nous pouvions espérer recevoir du renfort bientôt mais l’épaisse fumée empêchait tout pronostique. Pour conserver notre avantage j’interrompis cette pause et je bondis sur Elmensië ne lui laissant pas plus de temps pour réfléchir. « Ne jamais laisser aux meilleurs tacticiens le temps de réfléchir pour rebondir ! »
Mais comme escompté elle déploya sa magie. Son aura décolora la lumière elle-même qui ne pouvait soutenir une telle puissance et en deux salves de magie je fus en difficulté, acculé contre la rambarde bâbord du bateau. C’est à ce moment que Lucyll intervint et bombarda avec précision notre ennemi. La Vampyr para avec virtuosité mais cette distraction me permit de l’approcher et de lui saisir le poignet droit avec force et comme durant notre duel on se retrouva au corps à corps enchainé l’un à l’autre. Elle attrapa à son tour mon poignet et j’eus l’impression d’être serré par un étau. J’avais décidé d’affronter Elmensië au corps à corps, ce qui était suicidaire. Un risque modéré donc si on considérait que sa spécialité était le combat à distance. Heureusement Lucyll était là pour me prêter main forte !

_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Dim 22 Fév 2015 - 2:23

Vous êtes-vous déjà battu contre vous-même ? Pas au sens "contre ses limites" mais au sens "votre double est votre adversaire" ? Moi jamais. C'est pourtant l'impression que je traverse en me confrontant à Elmensië. Comment peut-on réagir aussi vite ? Comment peut-on savoir aussi précisément les intentions de l'être en face de vous ? Comment peut-on intercepter avec une telle fluidité chaque attaque, chaque amorce de mouvement ? Comment peut-on si ce n'est en se battant contre quelqu'un qui n'est autre que votre propre miroir ? La Vampyre se déplace et frappe avec une grâce et une facilité déconcertante. Une danseuse aux figures violentes. Un art de la mouvance poussé à son extrême et sublimant sa brutalité. C'est avec une fascination et une crainte non-dissimulée que j'observe l'échange entre Ergaïl et son maître, scrutant l'instant propice. Lorsque mon sortilège atteint sa cible, créant une gangue de glace autour de sa hanche, j'en suis interloquée. Il est donc possible de toucher un tel adversaire ? Ergaïl et moi échangeons un bref regard, galvanisés par cette victoire.

Le combat s'intensifie. J'aimerais bien savoir comment se passe l'autre partie du duel sur le pont voisin, mais rien ne filtre à travers l'écran opaque de Thaddeus. J'ai une petite pensée vaguement contrariée à l'encontre de mes camarades qui ne montrent absolument aucun signe de leur avancement. Aucune aide n'est à espérer de ce côté j'en ai bien peur. Nous devrons nous débrouiller sans eux.
Spoiler:
 

Nous tentons de nous coordonner Ergaïl et moi. La puissance développée par Elmensië est telle que l'air vibre à chaque salve de magie. Mes tirs sont chirurgicaux et ininterrompus. Chaque petite orbe d'énergie est dirigée vers un point précis, cherchant à déséquilibrer la combattante. Celle-ci cille à peine et se débarrasse d'Ergaïl en quelques attaques que je peine à contrebalancer. C'est alors que le Duc choisit de nouveau le corps à corps pour contrer ce titan. Les doigts du maître et de l'élève emprisonnent peu à peu l'autre dans des prises complexes. Alors qu'ils paraissent presque enlacés, je peux voir qu'Ergaïl perd l'avantage. Ils sont trop étroitement liés pour que je puisse tenter quoi que ce soit. Les séparer est dangereux, et ne frapper qu'Elmensië, impossible.

Une idée saugrenue me vient alors à l'esprit. Elle va sans doute me couter le reste de ma force magique. Après cela, je ne pourrai plus rien tenter. Mais ça vaut le coup, je le sais. Si je suis assez rapide, cela nous offrira même probablement la victoire. C'est tellement risqué et tellement dingue… Je repense à ma flèche dans le torse du Roi Delsadar. La mort est déjà passée trop près de moi pour que je puisse prétendre craindre le risque face à des enjeux qui en valent la peine. Je cligne des yeux, expire… puis fuis à l'autre bout du pont sous le regard interloqué des deux lutteurs. Au pied du mât, je m'accroupis prestement, tire un poignard de ma botte et commence à graver des runes dans le bois. Je mobilise ensuite toute mon énergie et celle contenue dans mes réserves. Je vais tout claquer, c'est quasiment certain. Sur le sol, dans des caractères magiques dont j'ai le secret, j'ai écrit "Atalantëa luntë". Une prophétie de destruction. Je m'agrippe ensuite au mât, l'enserrant dans mes bras.

Je tremble de tous mes membres, consciente du choc monstrueux que je vais devoir encaisser. Tétanisée, je doute de parvenir à sauter le pas. Mon cœur frappe sur mes côtes, prisonnier de la cage thoracique d'une inconsciente. Un coup d'œil aux duellistes me décide : Elmensië a réussi à glisser ses doigts autour de la gorge d'Ergaïl pour le faire capituler. Je desserre les dents. "Atalta venë."

Les runes s'illuminent.
Mon pouls s'accélère violemment.
Mon souffle s'emballe quand je prends conscience du prix à payer.
Et la coque du bateau se dissout en quelques secondes.

.oOo.

Les vampyrs ont rarement l'occasion d'admirer des démonstrations magiques d'ampleur. Chacun se régalait du spectacle qu'offraient ces explosions multicolores et dévastatrices inhabituelles. Mais plusieurs d'entre eux se levèrent pour mieux voir ce qui se produisit sous leurs yeux. On aurait dit que l'on avait subitement accéléré le temps et que le pont du navire Orzaalien avait vieillit de centaines d'années en l'espace de trois battements de cils. Le bois se désagrégea sous les pieds des champions et il ne resta que l'eau, la chute qui les en séparait, et les deux mâts qui s'effondraient avec eux dans une gerbe d'éclaboussures.

.oOo.

Mes yeux me brûlent, ainsi que l'air dans ma gorge, le sang dans mes veines. Le sortilège aspire mon énergie comme une éponge de l'eau. J'ai l'impression d'être vidée, saignée à vif. Ma vision est bordée de rouge. Mes iris flamboient d'un orange incandescent. J'ai la satisfaction intense de voir Elmensië et Ergaïl plonger dans l'eau de l'arène comme deux pierres soudées l'une à l'autre. Les bras crispés autour du mât, je sens ma conscience vaciller. Je n'entends plus rien. Quelqu'un a coupé le son, stoppant net un cri de détresse que j'ai peut-être poussé. Confusion. Le monde est trouble et grenat. Lâcher-prise. Je glisse le long du bois.

Noir.

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Sam 14 Mar 2015 - 13:20

Vous savez dans un combat, il y a des sons que l'on redoute, certains qui semblent familiers et d'autres qui sont tout à fait insolites. Entendre des explosions, des crânes fracassés, le chocs des armes, des cris ou la résonance des poings d'Elmensië contre mon dos, tout cela est très habituel. Banal. Fréquent. Ordinaire.
Entendre un bateau fait de lourds madriers se disloquer en kaplas dans un "CRAAAAC" monstrueux c'est effrayant. Mais ouïr "PLOUF" c'est toujours surprenant. On reste bêtement étonné devant l'incongruité de la situation, alors inconcevable pour notre esprit. C'est exactement la réflexion qui traversa le mien à cet instant où je m'entendis tomber dans l'eau avec la grâce et l'élégance d'un menhir.


~õÕõ~


Une demi-seconde plus tard c'est la température glaciale de l'eau traversant mes vêtements qui me fit sortir de mon ahurissement. En coulant je percutai un objet qui se trouvait être un bloc de glace. Je tenais toujours Elmensië par le poignet et j'en profitais pour la remonter. En quelques brasses je perçais la surface pour voir le reste du bateau couler dans son entier. La Vampyre serrait mon bras comme dans un étaux pour ne pas me lâcher, ses yeux paniqués regardaient en tout sens et sa respiration saccadée lui faisait boire la tasse. Tout le monde sait que les Vampyrs ne savent pas nager et la Princesse de la Citadelle n'y faisait pas exception. Avez vous déjà vu la réaction épouvantée d'un chat qui tombe dans l'eau ? Et bien Elmensië faisait la même tête, en plus de la frayeur extrême de se noyer.
Je nageai donc pour deux parmi les débris de bois et de glace en cherchant Lucyll des yeux. L'eau tourbillonnait légèrement à cause du naufrage du bateau. La glace et le bois se percutais doucement dans un chaos tranquille. Alors je vis ma compagne sur l'une des rares pièces intacte du navire, et ce fut alors mon tour de paniquer en la voyant inconsciente, glissant lentement du mât vers l'eau trouble. Nous n'étions qu'à une dizaine de mètres d'elle quand elle sombra sous mes yeux.

~õÕõ~

Mon cœur loupa un battement, horrifié je lâchai Elmensïe sur une planche pour nager le plus vite possible. C'est dans ces moments qu'il ne faut pas d'armure ! En à peine cinq secondes qui me parurent une éternité j'arrivai près du mât et je plongeai. Je nageais vers le fond mais je n'y voyais rien, l'eau était trouble des sciures de bois et je n'apercevais même pas le bout de mon bras. Quelque part Lucyll se noyait et je ne la trouvais pas. Elle pouvait aussi bien être aussi bien à coté de moi qu'en dessous ou au dessus. Ou était le dessus d'ailleurs ? Je fouillais l'eau de mes mains avides et paniquées qui ne trouvaient que de l'eau. Tout était noir, froid et incertain.
Soudain, je trouvai une main que je happa avec empressement. Dans un instant de lucidité impressionnant je l’attirais vers moi pour vérifier qu'il ne s'agissait pas d'un Vampyr précédemment tombé à l'eau dont je me moquais alors comme de mon premier bâton. Puis je remonta vers la surface que je supposais dans cette direction.

_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org

Messages : 562
Date d'inscription : 29/06/2012
Localisation : Hmmfqwaaa? *sors d'une boîte à cookies*
Humeur : Gambade joyeusement tel un poney

Caractéristiques du personnage
Race: Loup-Garou
Magie:
Profession: Princesse (déchue) Dévoreuse de cookies et couturière à ses heures perdues...

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Ven 17 Avr 2015 - 15:56

La fumée était dense, l’obscurité complète.  Ou presque. Dans l’obscurité deux paires d’yeux étincelèrent, celle jaune de Dimna et rouge d’Amy. Dimna jeta un bref regard vers Thaddeus, mais celui-ci ne voit plus rien et bien qu’il soit aux aguets, son sabre tendu devant lui, il ne sera sans doute plus capable de les aider. Il en a déjà fait énormément. La fumée leur donne un avantage considérable à Amy et elle. Elle ignorait combien de temps l’obscurité serait maintenue. Il n’y avait pas de temps à perdre.

Le loup-garou se glissa sur le pont sans un bruit, cherchant à reconnaître une odeur parmi toutes celles qui flottaient.  Le silence était étrange, pas totale mais comme si tout était assourdi par la fumée. Même les hurlements dans les gradins paraissaient ténus, lointains. L’ambiance était oppressante.

Soudain, Dimna se figea, un instinct surnaturel la fit faire volte-face d’un bond pour apercevoir une silhouette sombre et massive à quelques mètres. Elle reconnût aussitôt la forme de l’énorme claymore dans ses mains. Séverin Sorv’Dan. Dimna retroussa ses babines en une sorte de sourire monstrueux et ravi. Les défenses anti-magie qu’il avait utilisées contre Lucyll ne lui seraient d’aucune utilité face à un énorme loup, seule la force jouerait. Il s’approchait d’une démarche lente et Dimna comprit vite que ce n’était pas par calcul mais par méfiance. Il n’était absolument pas certain de sa position et s’il sentait sûrement sa présence, il ne l’avait pas repéré. Le loup-garou se déplaça sans un bruit sur la droite, filant sur le côté sans perdre de vu le guerrier.

Au même instant, un hurlement de rage retentit, et le bruit d’armes s’entrechoquant violemment résonna. Amy avait également trouvé un adversaire. Dimna profita de l’instant de stupeur de Séverin Sorv’Dan pour s’élancer. Au moment où ses crocs allaient se refermer sur sa gorge, le Vampyr roula au sol à une vitesse stupéfiante. Ses réflexes surhumains le sauvèrent et le claymore décrivit un large cercle autour de lui, obligeant le loup-garou à s’éloigner d’un bond en arrière. Séverin Sorv’Dan regardait de tous côtés, mais il ne pouvait discerner que des mouvements dans l’environnement opaque et la bête restait parfaitement immobile, plaquée au sol en attente du moment propice à une nouvelle attaque. Le guerrier avait beau être un vampyr puissant et surentraîné, à cet instant il était avant tout une proie aveugle, aux aguets, avec un loup lui tournant autour et l’observant de ses yeux luisants et sarcastiques.

Cette pensée lui fit monter une sorte de joie euphorique. La bête gronda, le guerrier envoya immédiatement un grand coup en direction du bruit mais elle avait déjà fait un bond de côté. Elle se glissa au sol et ses énormes mâchoires se refermèrent implacablement sur la jambe du Vampyr qui poussa un hurlement. L’arme s’abattit et trancha la chair dans l’épaule du loup qui relâcha sa prise et battit en retraite en grognant. Dimna ne put retenir un rictus en découvrant que la blessure se refermait déjà, la lame de cet imbécile n’était pas en argent.  Son euphorie augmenta encore et elle se jeta sur lui à nouveau. Séverin Sorv’Dan s’était sans doute attendu à un moment de répit vu la blessure qu’il lui avait porté. Il fut plaqué au sol par la masse gigantesque de la bête et son claymore glissa sur le pont. Il réussit à porter un coup violent dans le thorax du monstre et à se dégager d’une roulade en direction de son arme, mais le loup-garou le saisit par le pied et le ramena d’une brusque secousse à sa merci.  Il esquiva trois coup, et le mordit au cou à quelques centimètres de la jugulaire, lui arrachant en même temps une partie de son plastron, tandis que Séverin Sorv’Dan se débattait en hurlant de rage et de douleur. Sans relâcher sa prise, le loup-garou le traîna sur le pont vers la limite où la fumée devenait moins dense, laissant une traînée de sang de Vampyr sur le bois, et arrivée sur le bord, sans prêter attention aux hurlements de sa proie, elle le jeta par-dessus le bastingage.

Au même instant un bruit démentiel retentit. Le loup se hissa sur ses deux pattes, juste à temps pour voir, juste en face, le bateau où se battent Lucyll, Ergaïl et Elmensië… disparaître. Tout simplement. La coque se dissout comme rongée en une fraction de secondes et tout ce qui se trouvait dessus tombe à l’eau. Passé l’instant de stupeur, Dimna aperçut Ergaïl déposant Elmensië l’air paniqué sur un vestige du navire flottant et plonger vers Lucyll en un mouvement frénétique tandis que celle-ci sombrait, inconsciente. Le loup-garou sauta du pont sans hésiter et plongea dans l’eau à présent trouble et agitée. Son premier geste fut d’aller vers Lucyll, mais Ergaïl était avec elle et surtout, Elmensië était seule et avait toujours la pierre. La pierre. Il fallait qu’elle la récupère avant qu’Elmensië ai le temps de se remettre du choc. Il fallait qu’elle profite de la situation, de la faiblesse d’Elmensïe, sans doute la seule : l’eau.

Dimna nagea vers Elmensië, hagarde et terrifiée par le vacillement de la planche sur laquelle elle était, et par l’eau qui ne cessait de venir tremper ses jambes. Le loup-garou bondit sans pitié sur le radeau de fortune qui sous le poids du monstre chavira aussitôt, entraînant la Vampyre qui poussa un cri. Le loup-garou saisit Elmensië par un bras pour la maintenir sous l’eau, ignorant son regard terrorisé et ses mouvements frénétiques, et s’empara de la pierre qui s’échappait d’un pan de son kimono. La pierre, enfin ! Dimna remonta à la surface avec Elmensïe, serrant entre ses mâchoires le symbole de la victoire d’Orzaal.

_________________
- Qu'est ce que tu veux être quand tu seras grand ?
- Heureux!
- Tu n'as pas compris la question...
- Vous n'avez pas compris la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1611
Date d'inscription : 22/03/2012
Localisation : Le jour dans un lit. La nuit, juste derrière toi...
Humeur : Tellement de travail....(*o*)

Caractéristiques du personnage
Race: Sang-Mêlé
Magie: Non magicien
Profession: Assassin, mercenaire

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Lun 20 Avr 2015 - 1:13

L'obscurité. Douce obscurité.

Amy était tellement excitée qu'elle s'autorisa un petit rire sournois. Le pont du navire était devenu un terrain de chasse et les vampyrs : les proies. La fumée s'étendait par-delà les bastingages d'un mètre. Le professeur Dreadstone avait fait des merveilles.

La tueuse se remémora l'emplacement des ennemis, se déplaçant furtivement sur le bois tel un serpent, approchant de sa première cible. Elle avait décidé de mettre hors d'état de nuire celle qui bombardait le navire orzaalien à distance : Lyubov Dragomirof.

Après quelques pas, Amy distingua de légers tapotements étouffés dans la fumée. Des bruits de pas. Comprendre que ce n'était ni Dimna, ni Thaddeus n'était pas très compliqué, l'une s'était transformée en loup, quand l'autre ne bougeait pas d'un pouce à l'arrière. Et même s'ils venaient à se déplacer, le son émit de leurs pas permettait immédiatement de les identifier.

La vampyr faisait preuve d'une grande méfiance. Amy s'approcha encore de quelques mètres pour enfin apercevoir une silhouette dans cette purée de pois. Elle était vraiment proche.

« Je t'ai trouvé. » Pensa-t-elle malicieusement, en sortant instantanément sa dague de son fourreau.

D'un geste vif et rapide, la tueuse attaqua la guerrière en visant son flan. La pointe de la lame trancha une sangle en cuir avant de terminer sa course dans ce qui ne ressemblait en rien à de la chair.
La fumée rendait difficile la visibilité, mais Amy était assez proche de sa cible pour s'apercevoir qu'elle avait attaqué une planche de bois sertie de tissu et de quelques pièces d'armure : elle s'était fait avoir comme une débutante.

Un hurlement de rage retentit au-dessus de la tueuse et elle eut juste le temps de se retourner. Sa dague ramenée devant son visage la protégea de la lame tranchante d'une épée. Elle pût alors discerner le visage de Lyubov rempli d'assurance à quelques centimètres derrière l'épée.

« Merde... Cette pétasse m'attendait ! Elle se cachait dans les haubans ! » Ragea la tueuse en sentant une goutte de sueur perler sur son front. Amy n'était pas dans une position des plus à l'aise, et elle commençait à sentir la terrible pression de l'épée sur son poignet.

_ Je ne pensais pas que ce subterfuge allait fonctionner aussi facilement. Les humains sont-ils tous aussi stupides ? Affirma la guerrière qui avait l'air d'être particulièrement fière de son piège.
_ Tu vas voir qui sera la plus stupide ici quand je t'aurais bien refait le portrait. Tu vas tellement déguster que tu vas en oublier tes origines Vampyrs ! Répliqua Amy.

C'est à cet instant qu'un bruit fulgurant, incroyable retentit et cela semblait venir du deuxième navire. Lyubov et Amy tournèrent en même temps la tête en direction du boucan, mais la tueuse se reprit suffisamment vite pour profiter du moment d'inattention de son adversaire.
Elle se libéra de la pression de la lame de Lyubov d'une glissade sur le côté, la laissant se planter brutalement dans les planches du pont. La tueuse disparue ainsi dans les ténèbres du brouillard. Répliquant d'un coup pied brutal dans son dos dépourvu d'armure. Son stratagème avait beau avoir fonctionné, Lyubov avait retiré certain morceaux d'armures... Et cela allait lui coûter cher.

Amy s'amusait presque à disparaitre après chaque attaque, frappant toujours plus vite, à des endroits différents : d'abord, les genoux, puis la tête, le ventre, les chevilles, la gorge, le cœur... Les attaques fusaient de toute part comme une tornade de lame invisible au cœur du brouillard.
Grâce à son formidable instinct, la guerrière vampyr parait les premiers assauts avec facilité, mais Amy accéléra la cadence, frappant toujours plus vite, visant toujours plus juste, jusqu'à ne plus sentir le bois sous ses pieds. C'est alors qu'elle fonça sur Lyubov en tendant son bras pour lui prendre la gorge et la balancer par-dessus bord. Celle-ci, même désorientée, se projeta avec sa lame de justesse, qui se planta dans le bras de son assaillante.

Mais cela n'arrêta pas la tueuse qui, ignorant la douleur, réussi à passer la vampyr par-dessus le bastingage. Dans le mouvement l'épée continua sa course jusqu'à l'épaule d'Amy qui ne put s'empêcher d'emmètre un petit gémissement de douleur.
A ce même moment, à travers le brouillard qui commençait à se dissiper, la tueuse aperçue au loin l'épave du seconde navire.

_ Mais... Mais c'est quoi ce bordel ?! Souffla-t-elle, les yeux écarquillés de surprise.

Il ne restait plus que des débris flottants du navire orzaalien et Amy pouvait apercevoir au loin Ergaïl et Lucyll sortir la tête de l'eau ensemble et un loup-garou sortant la gueule de l'eau avec entre ses dents le but de leurs affrontements.

Le son d'une cloche retentit de toute part dans l'arène.

Le visage de la tueuse était illuminé d'un sourire radieux.

Ils avaient gagné.

_________________

Votre conscience est comme une plaie : le sang y coule à flot. Vous croyez que sauver un homme plus vertueux que vous changera quoi que ce soit ? Ce n’est là que vulgaire sensiblerie !
Vous n’êtes qu’une fillette en prière. C’est pathétique ! Vous mentez et tuez, au service de menteurs et de tueurs. Vous prétendez être différente, obéir à votre propre code, dans le but de racheter ces horreurs…mais elles font parties de vous. Elles ne disparaîtront jamais...


Loki, Dieu de la discorde


Dernière édition par Amy Wicardomma le Lun 27 Avr 2015 - 20:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Jeu 23 Avr 2015 - 3:07

Si j'avais été consciente, j'aurais pu voir Dimna remonter à la surface, l'eau glacée givrant sa fourrure soyeuse, les crocs serrés sur le diamant, symbole de la défaite de la Citadelle face aux Orzaaliens, sa gueule de loup-garou crispée dans un sourire canin féroce et victorieux. J'aurais pu voir Amy pousser un cri triomphant et lever les poings vers le ciel, l'un de ses bras ruisselant de sang. J'aurais pu voir quatre Vampyrs paniqués repêchés par les juges de la joute, tous rassemblés dans leur honte d'avoir perdu, trempés et transis. J'aurais pu voir Gunry Keil, dernier combattant de la Citadelle encore debout, hurler sa rage et jeter son arme qui se planta dans le pont avec un bruit mat. J'aurais pu voir Thaddeus se lisser la moustache, un doux sourire aux lèvres, abaissant légèrement la tête comme pour saluer un public admiratif, la main à hauteur du front pour attraper entre le pouce et l'index un chapeau qui n'était pas là. J'aurais pu voir Soë, livide, se lever et commencer très lentement à applaudir, ses mains claquant avec une régularité lancinante. J'aurais pu voir la foule hésiter avant de la suivre à contrecœur, honorant les vainqueurs et acceptant l'issue de ce combat qu'ils avaient espérée autre. J'aurais pu voir la délégation dryadique accueillir cette victoire avec une joie non-dissimulée, les autres membres du Conseil hocher la tête, définitivement convaincus, Ambre, faible et vacillante nous admirer depuis les tribunes.

Mais je n'ai rien vu de tout cela. Mon monde n'était que noirceur, silence et glace. L'eau avait nettoyé mon visage du sang qui s'y était écoulé. Quand tout le monde a rejoint la rive, Ergaïl me portait. Après un bref discours de la Reine Vampyre, notre délégation est remontée à ses appartements et on m'a couchée après m'avoir délestée de mon armure. Il n'y avait rien d'autre à faire, je n'avais plus en moi une seule once d'énergie. Il m'a fallu quelques heures pour enfin rouvrir les yeux. Ma vision était toujours rougie et flou, les son assourdis. Ce fut pour découvrir Ergaïl assis sur le lit.

J'entrouvre les lèvres et murmure : "On a gagné ?". Je ne m'entends pas parler. Mais le Duc si. "Dimna a arraché la pierre à Elmensië alors qu'elle luttait contre sa phobie de l'eau." répond-il à voix haute. Ses paroles sont curieusement étouffées mais je comprends et souris. "Alors ça valait le coup." Je prends quelques secondes avant de reprendre dans un souffle :

"Tout le monde va bien ?
- Oui. Amy est un peu amochée mais tu la connais, elle s'en remettra et racontera à qui veut l'entendre que Liubov était un chaton maladroit qui a amplement mérité son plongeon.
"

Je ris doucement, m'arrête, tousse, laisse un peu de rouge sur mes doigts.

"J'y suis allée un peu fort cette fois je crois…" fais-je dans un sourire pitoyable. Je reconnais aux vibrations de mes tympans la marque d'une déchirure bénigne qui devrait se refermer sous peu, avec un peu d'aide. Les petites veines éclatées sur le pourtour du blanc de l'œil doivent me donner un regard fiévreux et sanguin. J'ai encore extrêmement froid et probablement les lèvres bleuies, mais malgré tout, je ne regrette rien. Nous avons gagné, gagné un combat, gagné la considération du Conseil, gagné le droit d'enseigner notre culture et notre savoir, tout gagné en somme. Demain, ou dans les jours à venir, nous reviendrons chez nous, fiers de notre victoire et de tout ce qu'elle représente. J'attrape la main incroyablement chaude d'Ergaïl de mes doigts glacés et malhabiles : "Je suis contente pour toi. Je sais que c'était important. Et toi ? Est-ce que tu es satisfait ?".


_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Ven 24 Avr 2015 - 14:31

Je n’étais pas trop inquiet pour Lucyll. Mais je me fichais complètement des applaudissements que les Vampyrs faisaient à contrecœur. Malgré toute sa prestance je me moquais du discours de Soë. Je n’avais qu’une envie, c'était de panser les blessures des miens. Lucyll dans les bras je m’éclipsais donc juste à la fin de la dernière tirade, en saluant la Reine, à la limite de la politesse. En quelques minutes j’arrivais aux chambres de notre délégation. Pas besoin d’être guérisseur pour voir que ma compagne était simplement complètement épuisée, à bout de force. Alors je l’allongeais, lui retirais son armure pour la coucher et la mettre sous deux épaisses couvertures bien chaude.

Rapidement tout les Orzaaliens rentrèrent dans leur chambre. Tout le monde avait besoin de récupérer. De toute façon le protocole obligeait que l’on reste quelques jours pour officialiser notre victoire. Une fois que le souffle de Lucyll se fut apaisé je fis un rapide tour des appartements de chacun pour m’assurer que tout le monde allait bien, seule Dimna ne dormait pas :

- Tu vas bien ?

- Juste quelques égratignures, mais j’en connais qui oseront pas se frotter à nous de sitôt !

- Je confirme dis avec un sourire complice. Je retourne surveiller l’état de Lucyll, te surmène pas.

- Compris chef ! rigola t-elle


Je la laissai donc dans sa chambre et pris un précis de botanique nordique qui trainait sur une table du séjour pour m’en retourner au chevet de Lucyll. Elle se réveilla, encore fatiguée, deux heures plus tard.

« On a gagné ? Demanda t-elle d’une voix faible.

- Dimna a arraché la pierre à Elmensië alors qu'elle luttait contre sa phobie de l'eau. »


Ca me fait mal de la voir aussi exténuée. Epuisée, elle reprit son souffle avant de demander :

"Tout le monde va bien ?

- Oui. Amy est un peu amochée mais tu la connais, elle s'en remettra et racontera à qui veut l'entendre que Liubov était un chaton maladroit qui a amplement mérité son plongeon."

Je la voyais déjà affabuler à la taverne. "C’est impossible d’avoir un assassin aussi bavard !" Me dis-je avec un sourire. Lucyll rigolait avec difficulté, récoltant une légère écume vermillon.

"J'y suis allée un peu fort cette fois je crois…"

C’était un euphémisme, elle s’était vidé de la moindre parcelle d’énergie juste après un sort déjà éprouvant. De la folie diraient certains.

"Je suis contente pour toi. Je sais que c'était important. Et toi ? Est-ce que tu es satisfait ?".

Comment répondre que j’avais eu peur pour eux à chaque instant ? A quel point je lui étais reconnaissante d’avoir sauvé Ambre durant les duels. Comment dire que nous pouvions maintenant rendre sa mère à Ambre et que nous allions pouvoir apprendre à des enfants qui seraient les futurs dirigeants à être plus justes que leurs prédécesseurs. L’émotion m’empèchais de dire tout ça, alors je pris Lucyll dans les bras :

- Je suis incroyablement heureux.

_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org

Messages : 1611
Date d'inscription : 22/03/2012
Localisation : Le jour dans un lit. La nuit, juste derrière toi...
Humeur : Tellement de travail....(*o*)

Caractéristiques du personnage
Race: Sang-Mêlé
Magie: Non magicien
Profession: Assassin, mercenaire

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Ven 24 Avr 2015 - 17:05

La chambre était d'un calme presque insupportable comparé aux événements encore tout récents de la matinée. Allongée dans un lit et enveloppée dans sa chaude couverture, Amy passait frénétiquement sa main sur son bras bandé. Même si les Orzaaliens avaient gagnée, cette victoire lui laissait un arrière-goût amer. Elle repensait à son combat contre Lyubov et elle en était malade.

Comment avait-elle pu se faire avoir comme ça ? Son ennemie s'était jouée d'elle comme une novice. Elle aurait dû prévoir un coup pareil ! Elle aurait dû anticiper ! Empêcher que cela se produise ! Il y a quelques années de ça, elle aurait fait couler ce maudit bateau à elle seule ! Est-ce que ces qualités d'assassin disparaissaient ? Elle s'était entrainé pendant des jours pour se préparer ! ... Est-ce qu'elle perdait sa force ?
Amy se retourna dans son lit, en signe de protestation, comme pour chasser cette horrible pensée. C'est alors qu'elle entendit la porte de sa chambre s'ouvrir. Sans bouger, la tueuse se prépara à saisir sa dague cachée sous son oreiller, mais elle entendit la porte se refermer presque aussitôt. Elle perçut enfin des bruits de pas et reconnu la démarche d'Ergaïl. Sans doute était-il venu pour vérifier l'état de ses troupes.
Peut-lui importait, ce que voulait Amy maintenant : c'était une bonne chope d'alcool fort... Ou plutôt une bonne vingtaine. Elle voulait se saouler entourée d'ivrognes, elle voulait oublier la douleur, ne plus penser à rien. Elle ne voulait plus penser.

La lumière du soleil qui traversait la fenêtre, disparaissait peu à peu, cachée par des nuages menaçants qui annonçaient de la pluie dans les prochaines heures. Après deux heures à dériver entre réveil et sommeil, la tueuse décida qu'il était grand temps de se lever.
Elle s'exécuta donc, se mit sur ses pieds avant de se vêtir chaudement. Enfin, elle passa un gilet de fourrure sur son dos en évitant de faire des mouvements trop brusques avec son bras blessé. Elle n'allait pas rester dans ce palais et comptait bien se rendre au village vampyr, trouver une taverne vampyre et de boire jusqu'à plus soif de l'alcool vampyr !

Ne voulant pas être dérangée, la tueuse sortit de sa chambre en prenant garde à ce que personne ne la remarque. Pas question de tomber sur des gens qui pourraient venir lui rappeler le combat de la matinée.
Elle parcourra rapidement les quelques couloirs qui la séparaient de l'extérieur. Mise à part deux domestiques au détour d'un couloir et trop occupés pour se préoccuper d'elle, l'Orzaalienne n'avait croisé heureusement personne.

En ouvrant une porte de service donnant sur l'extérieur, Amy sentit un léger frisson remonter sa colonne vertébrale. Elle n'avait jamais supporté le froid et celui-ci battait des records en négativité. Elle avait vraiment besoin d'un remontant.
Amy se hâta de trouver ce qu'il lui fallait, et c'est après une bonne dizaine de minutes à marcher dans l'air glacial de la montagne, qu'elle trouva son bonheur dans une taverne près de la place publique.

_________________

Votre conscience est comme une plaie : le sang y coule à flot. Vous croyez que sauver un homme plus vertueux que vous changera quoi que ce soit ? Ce n’est là que vulgaire sensiblerie !
Vous n’êtes qu’une fillette en prière. C’est pathétique ! Vous mentez et tuez, au service de menteurs et de tueurs. Vous prétendez être différente, obéir à votre propre code, dans le but de racheter ces horreurs…mais elles font parties de vous. Elles ne disparaîtront jamais...


Loki, Dieu de la discorde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1611
Date d'inscription : 22/03/2012
Localisation : Le jour dans un lit. La nuit, juste derrière toi...
Humeur : Tellement de travail....(*o*)

Caractéristiques du personnage
Race: Sang-Mêlé
Magie: Non magicien
Profession: Assassin, mercenaire

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Sam 23 Mai 2015 - 0:00

« La Dent Creuse »

C’est qui était écrit sur l’enseigne en bois de la taverne. Une dent, avec la partie supérieure manquante et les racines apparentes, y était représentée. Malgré l’usure du bois, nous pouvions distinguer de la mousse de bière qui en débordait.

En pénétrant dans la salle, Amy distingua le parfum suave et enivrant de l’hydromel. Elle appréhendait les habitudes des vampyrs et leurs goûts en matière d’alcool, mais ses inquiétudes avaient, à présent, complètement disparues.
La salle où se restaurait la clientèle n’avait rien à voir avec la taverne d’Orzaal. Très haute de plafond, une mezzanine aménagée et accessible par un petit escalier en bois, surplombait un bar imposant où y était présentée une impressionnante variété de boisson.
Après les épreuves de la matinée, les vampyrs avaient apparemment décidé de prendre d’assaut les tavernes de la ville, afin d’oublier leur défaite pendant quelques heures. Amy s’avança donc vers le bar, se frayant un passage entre les tables bondées et remarqua du coin de l’œil les regards remplis de reproche et d’amertume de certains clients.

Le silence fut presque total une fois qu’elle avait atteint le bar. Le vampyr, que l’on pouvait supposer être le patron de la taverne, s’avança vers elle, mais il n’eut pas le temps d’ouvrir la bouche, que la tueuse prit un siège libre et jeta deux pièces d’or sur le comptoir.
_ Donnez-moi ce que vous avez de plus fort, patron. Je meurs de soif.

Son interlocuteur, un homme bourru, à la moustache imposante et vêtu d’un tablier taché de vin, afficha une moue contrariée. Il répondit d’un ton agacé.

_ L’établissement est fermé. Nous n’acceptons plus de clients pour la journée.

Amy se retourna pour affronter à nouveau le regard des clients de la taverne, entassés parfois à huit autour d’une table qui devait n’en contenir que la moitié. Ils ne la quittaient pas des yeux. L’air était chargé de tension.

La tueuse fit face au bar de nouveau et répondit à son tour avec un soupçon d’énervement dans la voix.

_ Votre attitude de mauvais joueurs, j’en ai rien à cirer. Je ne repartirais pas d’ici sans avoir vidé votre stock de gnôle.

Les poils de la moustache du barman se hérissèrent, Amy avait réussi à se faire un nouvel ami chez ce peuple nordique. Il frappa du point si fort sur son bar, que la vaisselle et le bois émirent un fracas de protestation.

_ Et bien vous allez devoir trouver une autre taverne ! Celle-ci est fermée !

« Laissez Logan. C’est moi qui l’ai invité. »

Spoiler:
 

_________________

Votre conscience est comme une plaie : le sang y coule à flot. Vous croyez que sauver un homme plus vertueux que vous changera quoi que ce soit ? Ce n’est là que vulgaire sensiblerie !
Vous n’êtes qu’une fillette en prière. C’est pathétique ! Vous mentez et tuez, au service de menteurs et de tueurs. Vous prétendez être différente, obéir à votre propre code, dans le but de racheter ces horreurs…mais elles font parties de vous. Elles ne disparaîtront jamais...


Loki, Dieu de la discorde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   Mar 9 Juin 2015 - 13:39

La soirée s'écoule dans le calme le plus serein. Nous mangeons dans nos appartements, les codes de la cour étant à mettre de côté pour un temps pour nous permettre de souffler. Je sors de la chambre à l'heure du dîner, un peu chancelante mais néanmoins capable de tenir debout. J'ai une faim de loup (n'en déplaise à Dimna) et pourrais manger n'importe quoi pourvu que ce soit riche et nourrissant pour que je recouvre mon énergie. Tout le monde est assis autour de la grande table basse à côté d'un charriot plein de victuailles qu'un serviteur a du apporter plus tôt. Dimna est en train de tendre son assiette, un sourire carnassier sur le visage, tandis que Thaddeus découpe une grande tranche de viande saignante dans un cuissot de chevreuil nappé d'une sauce caramélisée. Je jurerais que ses dents s'allongent légèrement. Je les rejoins et observe l'absence d'Amy. La tueuse est partie faire un tour me répond-on, son humeur maussade après la victoire en avait surpris plus d'un mais, la jeune femme ne discutant que rarement de ses sentiments profonds, on l'avait laissée tranquille. La connaissant, elle passerait sans doute la nuit entière dehors, ses habitudes nocturnes la poussant à goûter l'air frais au lieu de dormir comme tout à chacun. En cette soirée de défaite de nos hôtes, l'entreprise a quelque chose d'un peu risqué, mais je ne doute pas que ses exploits dans l'arène dissuaderont les aventureux qui se risqueraient à l'importuner.

Le repas est paisible, nous discutons de ce que notre victoire implique et Ergaïl nous expose ses projets avec passion. Thaddeus écoute attentivement comme à son habitude. L'autorité des Dryades n'est pas toujours pour lui plaire mais la perspective d'enseigner semble néanmoins éveiller chez lui un enthousiasme discret. Dimna élabore déjà notre attitude de demain afin d'exposer nos demandes au Conseil. Nous débattons de certaines politesses que nous nous devons ou non de présenter de telle ou telle manière, des garanties à demander, de l'officialisation à signer… Ambre est plutôt silencieuse. Elle semble juste soulagée que tout cela soit enfin fini, même si la question de sa mère reste toujours en suspend. Un thé vient parfaire un repas copieux et nous allons tous nous coucher dans une atmosphère de gaîté sereine. Le lendemain, chacun s'apprête pour le Conseil qui nous attend à onze heures. Amy n'est pas rentrée. Ergaïl s'en inquiète mais le temps presse, nous ne pouvons nous permettre de chercher dans quel endroit farfelu elle a pu dormir. Nous laissons quelques consignes dans la suite à son intention puis nous prenons le chemin de la salle du Conseil. Vêtus d'atours formels aux couleurs d'Orzaal, notre délégation se présente devant les portes, toujours aussi imposantes et métalliques. "Le Duc d'Orzaal et sa délégation." annonce le garde en nous ouvrant le chemin.


_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Conseil des six. [Blésiarde 1302]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» [CONSEIL] Nains
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Charte du Conseil Comtal du Maine: Abrogée
» UN CEP CHAMPWEL ? LE NOUVEAU CONSEIL ELECTORAL DE PREVAL
» Quand le Conseil de presse du Québec pressure un journaliste haitien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domhan :: Fauteuils près de la cheminée - RP :: Territoire des Tullus, plateau des Vampyrs et forêt glacée des Valkyries-