Domhan
Dans un univers féerique, des personnages aux destins héroïques naissent du bout d’une plume guidée par l’imagination. Cherchant un moyen de réaliser leurs rêves les plus fous au gré d’aventures et de rencontres, magiciens, guerriers ou bandits partent pour un voyage qui changera leur destinée. Ils devront faire preuve de force et de courage, d’ingéniosité et de talent pour trouver la porte qui les guidera jusqu'à l’objet de leur convoitise. Aux quatre coins d'un monde aussi magnifique, qu’hostile, rempli d’êtres et de créatures de légende, le combat ne fait que commencer…
Alors écris ta propre histoire, incarne ton héros et pars à l’aventure dans le passionnant univers magique de Domhan !

Domhan

Ce forum est un lieu de Rôle-Play et d'évasion créé par un cercle d'amis.
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrer

Partagez | .
 

 Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Jeu 4 Avr 2013 - 10:56

On commence le rp de la guerre contre Emeris ici, c'est le rp qui découle directement de l'arrivée de Dimna.

_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.


Dernière édition par Ergaïl d'Orzaal le Ven 3 Jan 2014 - 18:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Ven 5 Avr 2013 - 19:32

- Emeris, Emeris ... Ha ! Emeris !
Le Duc cherchait dans son bureau les dernières missives de la semaine. Il lui semblait que dans les reçus diplomatiques il avait reçu quelque chose. Missive à laquelle il n'avait pas accordé plus d'importance que cela, ce pays ne l’intéressant pas plus que ça.
- Le meurtre du Roi ...
Lisant la brève missive, envoyer par le nouveau dignitaire à la tête de l'actuel royaume d'Emeris, il s'aperçut que ce dernier venait juste d'être nommé ! En apparence, rien de moins qu'un meurtre de l'ancien roi par sa fille !
- Tout ceci cache quelque chose ... comment une jeune femme peut-elle tuer son père. D'après les rumeurs c'était bien la seule personne avec laquelle la Princesse ne criait pas ... De plus, il était connu de tous les dirigeants actuels qu'Emeris était un royaume avec des successions ... particulières ... Très intrigant tout cela, réfléchit-il
Il apparaissait clairement pour le Duc que la jeune femme était un maillon essentiel dans cette sordide histoire. Il fouina un peu plus dans ses archives. C'est à ce moment, Lucyll entrant dans son bureau. Le visage peint d'un air sévère, elle aussi cette princesse l'avait probablement intriguée. Sans aucune tergiversations, elle alla droit au but, suivant son instinct :
- Je n'aime pas cette fille, tu as quoi sur elle dans les archives ?
- C'est effectivement la fille de l'actuel roi. Sa mère semble morte depuis un moment, mais son père est d'après cette missive mort depuis peu. Ce n'est pas une coïncidence.
- C'est ce que je pense, approuva Lucyll
- N'oublions pas que Emeris est un lieu ou la diplomatie est aussi courante que le poison. Ils font même de l'esclavagisme pour leurs mines de diamants.
- Quel est le rôle de la fille ?
- Elle aurait tué son père avec du poison il y a moins d'une semaine. Dit-il fataliste
- Les nouvelles vont vite, s'étonna la jeune femme
- Trop, c'est mauvais signe, renchérit le Duc d'un air sombre
- Tu pense à la même chose que moi?
- Oui, on la garde sous notre protection pour le moment. Pour nous, elle est innocente jusqu'à preuve du contraire.
- Je n'aime pas ça mais oui, concéda t-elle
Le silence s'installa quelques secondes et Ergaïl prit la parole de nouveau :
- D'après ses blessures, elle c'est sortie d'un mauvais pas.
- Traquée ? Supposa t-elle
- Assurément.
- Préparons nous à la riposte donc, quand ils saurons qu'elle est là, nous aurons droit à un joli déploiement de force.
- Oui allons préparer les habitants à cela.
- Tu n'es pas plus soucieux ? S'étonna Lucyll
- Emeris est connu pour sa fortune. Ce ne sont pour beaucoup que des soldats d'apparats. Ils ne vivent pas dans des contrées dangereuses et leurs voisins sont des marchands et non pas des pillards. Il n'y a que leurs magiciens qui pourraient d'après moi nous inquiéter. Mais ne sous-estimons pas le menace quand même.
- Je m'occupe du manoir et toi des villageois ? Demanda t-elle
- Exactement, cependant il ne s'agit que de se tenir prêt nous aurons le temps de voir le siège venir !
- Tu les as déjà contactés ?
- Oui. Assura t-il


_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org

Messages : 562
Date d'inscription : 29/06/2012
Localisation : Hmmfqwaaa? *sors d'une boîte à cookies*
Humeur : Gambade joyeusement tel un poney

Caractéristiques du personnage
Race: Loup-Garou
Magie:
Profession: Princesse (déchue) Dévoreuse de cookies et couturière à ses heures perdues...

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Sam 6 Avr 2013 - 19:59

Dimna parcourut rapidement la chambre des yeux, encore un peu endormie. Elle était installée sur un grand lit, et quand elle souleva la couverture qui la recouvrait elle s’aperçut que des bandages enserraient ses blessures qui la faisaient moins souffrir depuis la veille. Le soleil matinal se déversait dans la pièce. Elle se leva prudemment, fit quelques pas, et sortit dans un couloir sur lequel donnaient de nombreuses portes que Dimna n'osa pas ouvrir. Elle marcha jusqu'à un escalier en colimaçon, qu'elle descendit à pas de loup, ses pieds nus ne faisant aucun bruit sur les marches de bois. Elle se demandait si elle devait s'éclipser discrètement du Manoir, maintenant qu'elle était reposée et ses blessures soignées, ou s'il lui fallait trouver un habitant, et prendre un petit-déjeuner bienvenu.
Elle arriva au rez-de-chaussé dans le vaste hall dans lequel elle était entrée la veille. Des pas se firent entendre dans l'escalier, mettant un terme aux tergiversions de la princesse qui se retourna pour découvrir le nouvel arrivant. C'était l'homme en haut-de-forme qu'elle avait entrevu en arrivant au Manoir. Il portait dans ses bras trois fioles, vides pour deux d'entre elles, remplie d'un liquide bleuté bouillonnant pour la troisième. Il eut l'air surpris de la voir, et s'arrêta.
- Enchanté demoiselle, vous avez passé une bonne nuit ? demanda-t-il.
- Excellente, j'ai... je souhaitais... peut-être... heu... mangé un peu ? répondit Dimna en rougissant légèrement, se demandant quelle attitude adopter.
- Assurément ! La cuisine est juste à droite, je ne vous accompagne pas je dois retourner à mes expériences...
Il jeta un regard inquiet à la fiole qui semblait prête à exploser, en proie à de fortes secousses crées par les bulles du liquide devenu presque noir, et s'éloigna. Dimna le remercia et s'avança jusqu'à la porte indiquée. Une odeur délicieuse de pain chaud et de chocolat lui parvint et, achevant ainsi ses dernières réticences, elle entra. La cuisine était vaste et bien tenue, mais la princesse s'y intéressa à peine en découvrant de grandes carafes de chocolat chaud, de lait et de jus d'orange, des confitures en tout genre, une théière, du pain frais, et de petits muffins disposés en cercle dans une assiette. Et attablé devant ce fastueux petit déjeuner une jeune femme brune aux yeux bleus, qui l'observait d'un regard perçant tout en croquant un gâteau.

_________________
- Qu'est ce que tu veux être quand tu seras grand ?
- Heureux!
- Tu n'as pas compris la question...
- Vous n'avez pas compris la vie.


Dernière édition par Dimna d'Emeris le Jeu 18 Sep 2014 - 20:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Lun 8 Avr 2013 - 22:53


- Oyez, oyez !
Ergaïl se trouvait sur la place principale, debout sur une caisse en bois il attendait que chacun s'approche. Il leva la main pour que les habitants interrompent leurs discussions.
- Mes amis, mes camarades et mes compagnons, une fois de plus une guerre semble se profiler à l'horizon.
Quelques murmures dans l'assemblée traduisirent l'émoi de chacun.
- Nous savons tous comment elle a fini la dernière fois. Chacun d'entre nous a perdu des proches, des amis comme de la famille. Je ne permettrait pas que cela se reproduise.
Il fit une pause et son regard tomba sur trois enfants qui jouaient dans un coin, faisant mine de ne pas se soucier de l'attroupement. Il les connaissaient tous trois. Tout comme chacun des visages de cette brave assemblée. Ils l'avaient soutenu, il les avaient sauvés chacun plusieurs fois et ils lui avaient tous rendu la pareille. Avaient bataillés ensemble, en oubliant qui était gradé et que ne l'était pas.
- Vous êtes tous aguerris au combat, pourtant si la conque sonne ou si vous percevez le moindre danger, réfugiez-vous tous au manoir en prenant le chemin habituel. C'est notre véritable place forte ! Là-bas, en cas de problème, nous pourrons faire front ensemble, et je vous promet qu'aucun de nous ne succombera.
C'était, et chacun le savait un vœu pieux. Cependant il fit acte et chacun voulut le croire. Chacun savait aussi que chacune des blessures qui seront infligées à Orzaal seront rendues au centuple.

Plus tard, le Duc retrouva Üdjinn dans son herboristerie. C'était un lieu magnifique où de nombreuses plantes poussaient en pots. Elle se trouvait très proche de la bibliothèque. Comme cette dernière, l'herboristerie possédait un toit de verrière et aucun mur. Ceci n'était à la base pas pour les plantes mais la talentueuse herboriste qui était totalement ... claustrophobe ! A tel point quelle avait plus empoisonné que soigné les premiers patients du manoir quand elle officiait sous un toit classique. Et donc depuis, le verre avait été utilisé pour de nombreuses pièces. Permettant à l'Herboriste comme à certaines de ses sœurs Dryades d'être plus ... Sociales et moins meurtrières ?
Bref, c'était un lieu magnifiquement orienté pour profiter d'un bon ensoleillement que de grandes plantes ombraient pour les patients. Contre toute la longueur du mur adjacent à la bibliothèque une immense étagère ployait sous des quantités astronomiques de bocaux et autres racornis plus ou moins étranges, soigneusement organisés et étiquetés. Une planche de travail se trouvait au milieu avec le Grand Livre d'Herboristerie (Quoi, elles sont pas belles les majuscules? Regardez mieux : 1.00x0.70x0.30m c'est justifié non ?) et surtout, une table pour soigner les plus gravement blessés. Sans s'attarder sur l'histoire extraordinaire de ce livre, le jeune Duc alla directement rejoindre l'Herboriste, très réservée, sur la table des herbes. Probablement en train de confectionner un quelconque cataplasme. Entendant ses pas, elle suspendit son geste et se retourna.





_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Jeu 11 Avr 2013 - 10:42

-Approche donc, mon frère. C'est donc notre prochaine bataille qui t'amène ici? Permets-moi de te féliciter de tes talents d'orateur; tu as su parler d'une guerre en approche à tout le village sans leur dire qui était notre ennemi! Ils te font tellement confiance qu'ils se battraient pour toi jusqu'au bout du monde si il le fallait.
-Notre ennemi actuel est en fait une armée d' Eméris, envoyée pour retrouver la princesse que l'on héberge actuellement. En fouillant mes missives j'ai retrouvé une lettre informant que le roi d' Eméris a été assassiné... Par sa fille.
Le visage de la dryade prit un air perplexe; ses sourcils se froncèrent.
-Celle qui se retrouve chez nous maintenant? Je crois qu'elle va nous devoir quelques explications... De plus, les blessures qu'elle avait lors de son arrivée auraient dû être bien plus graves que cela si elle avait été poursuivie. Voilà ce que ça veut dire: Soit elle très agile et a eu beaucoup de chance, soit elle est bien plus forte que sa frêle stature semble nous le montrer. Je pencherais pour la deuxième solution. En tout cas, elle couve quelque chose. Ne t'inquiètes pas, je la surveillerais de loin si nécessaire.
-Quand à nos ennemis...
-Eh bien, j'ai mes habituelles plantes de soins, le coupa Üdjinn qui savait parfaitement à quoi son frère pensait, et bien évidemment je te recommande ces quelques herbes de combat.
Elle lui tendit un bouquet composé de diverses plantes séchées et un petit bocal de baies rouges et noires.
Herbes du dragon entre autres, ainsi que des explosifs végétaux, reconnut le jeune homme. Du dégât de zone en somme, pas mal en cas d'envahissement incontrôlé de soldats!
-Merci. Et sinon...
-Je pense qu'on devrait faire une première ligne de résistance au niveau des remparts et on prendrait en embuscade ceux qui réussiraient à entrer au niveau du deuxième rempart de la bibliothèque; ils seraient acculés contre le mur que de toute façon ils auraient du mal à détruire. Mais, c'est mon point de vue. Tu fais comme tu veux.
-Très bien. J'y penserais, dit-il en maudissant intérieurement le lien qui, unissant les frères et sœurs, les faisait toujours penser aux mêmes idées au même moment. Il sortit sur un claquement de cape longue, puis un bruissement du rideau de perles de bois et de plantes qui faisait office de porte d'entrée.
Üdjinn sortit par la fenêtre pour rejoindre son herboristerie personnelle en souriant d'un air goguenard. Elle adorait titiller son frère. Ne m'en veux pas va, c'est de bonne guerre!


Dernière édition par Üdjinn d'Orzaal le Jeu 11 Avr 2013 - 10:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 1611
Date d'inscription : 22/03/2012
Localisation : Le jour dans un lit. La nuit, juste derrière toi...
Humeur : Tellement de travail....(*o*)

Caractéristiques du personnage
Race: Sang-Mêlé
Magie: Non magicien
Profession: Assassin, mercenaire

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Ven 12 Avr 2013 - 20:17

Amy n’avait pas dormis de la nuit et avait donc décidé, tôt dans la matinée, d’aller prendre un petit déjeuné préparé avec soin par la cuisinière et qui s‘étonna d’ailleurs de la voir à cette heure de la journée. C’est alors qu’une jeune femme rousse et au corps recouvert de bandages entra dans la pièce et ne fit même plus attention à ce qui l’entourait. La brune eu un air étonné pendant quelques secondes mais la nouvelle venue la remarqua pas, son attention étant retenue par les mets alléchants posés sur la table.
On pouvait alors sentir une légère tension s’installer dans la pièce, Dimna fixait intensément les appétissant gâteau de la cuisinière, alors qu’Amy ne quittait pas des yeux cette jeune femme, tout en mangeant son gâteau, loucher sur ce qui était SON petit déjeuné. La cuisinière sortit de la réserve et fit alors son entrée dans la cuisine, remarqua la princesse et souri.
_ Ah ! Vous êtes réveillée mademoiselle, vous avez faim ? Asseyez-vous, je vais vous préparer votre petit déjeuné. Est-ce que vous souhaitez manger qu’elle chose de particulier ?
La concernée hocha négativement la tête et se contenta de se joindre à la table à toute vitesse, les yeux toujours rivés sur la nourriture. La brune quant à elle, continuait de manger comme si de rien était et un silence pesant s’installa dans la pièce.
« Alors c’est elle, la fille qui est arrivé hier soir ? Pensa Amy. On n’est pas mal barré tient ! »
La cuisinière arriva avec une tasse vide et la déposa devant Dimna qui prit immédiatement un air innocent et la remercia en saisissant un muffin aux fruits, puis deux, puis trois…et remarqua finalement Amy buvant son chocolat chaud encore fumant.
« Je rêve où elle est en train de bouffer MON encas ! »
_ Vous n’êtes…pas très bavarde vous savez ? Tenta maladroitement la blessée. Amy posa son bol et lui répondit en souriant.
_ Désolé ! Je n’ai pas très bien dormit cette nuit, alors je suis un petit peu de mauvaise humeur. Moi c’est Amy Wicardomma, enchantée.
_ Je me nomme Dimna. Répondit la jeune femme. Dimna d’Emeris.
_ C’est vrai que vous êtes une vraie princesse ? Demanda Amy avec enthousiasme.
Son interlocutrice afficha une soudaine mine blafarde en se demandant s’il n’était pas plus prudent de ne rien dire et finit par ajouter un « Oui » quasiment inaudible.
Suite à quelques secondes de silence gêné, Amy se leva en remerciant la cuisinière, en souhaitant un bon petit déjeuné à Dimna et en se dirigeant vers la porte.
_ Bien je vous laisse j’ai du travail ! conclut-elle avant de refermer la porte et de se retrouver dans le couloir.
« Il faut qu’on parle à Ergaïl…tout de suite ! »
« Oui, je sais. »
Arriver devant la porte du bureau du Duc, Amy croisa Thadd’ bougonnant, les cheveux et le visage humidifiés, légèrement barbouillés de noir et tenant un sac de toile en mauvais état dont emmenait un léger bruit de verre cassé.
_ Ergaïl ? Oui, je l’ai vu il y a quelques instants et il se dirigeait apparemment vers l’herboristerie. Mais euh, comment se fait-il que vous soyez debout de si bonne heure, Miss Wicardomma ?
Amy observa attentivement le couloir dans l’espoir de n’y voir venir personne, puis elle prit le professeur par le bras et dans un cri de protestation, elle ouvrit le bureau et l’entraina à l’intérieur.
_ Mais enfin qu’est ce qui ce passe, qu’est-ce qui vous prend ?
Suite à une petite vérification d’usage, constituant à vérifier qu’il n’y avait bien personne dans le bureau, Amy se tourna vers Thaddeus, sortit une feuille pliée en quatre de sa poche et la tendit vers le professeur en ajoutant :
_ La nuit dernière, j’ai reçu la visite d’un collègue, il était venue afin de me transmettre les nouveaux ordres de missions et les nouvelles mises à prix circulant dans la région et j’ai été surprise quand j’ai vu celle-ci.
D’un air perplexe, Thaddeux déplia soigneusement la feuille et l’examina, puis il afficha tout à coup un regard effrayé et en resta bouche bée au point d’en faire tomber son sac en toile sur le sol.
_ Mais….mais ç’est effroyable, il faut tout de suite allez prévenir les autres !



_________________

Votre conscience est comme une plaie : le sang y coule à flot. Vous croyez que sauver un homme plus vertueux que vous changera quoi que ce soit ? Ce n’est là que vulgaire sensiblerie !
Vous n’êtes qu’une fillette en prière. C’est pathétique ! Vous mentez et tuez, au service de menteurs et de tueurs. Vous prétendez être différente, obéir à votre propre code, dans le but de racheter ces horreurs…mais elles font parties de vous. Elles ne disparaîtront jamais...


Loki, Dieu de la discorde


Dernière édition par Amy Wicardomma le Sam 13 Avr 2013 - 0:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 35
Date d'inscription : 26/05/2012
Localisation : Dans sa chambre... en train de s'occuper de ses plantes
Humeur : D'une humeur joyeuse

Caractéristiques du personnage
Race:
Magie: Non magicien
Profession:

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Ven 12 Avr 2013 - 20:30

L'endroit du manoir où je passe le plus clair de mon temps est la chambre que l'on m'a attribué car je m'y sens vraiment bien. C'est un endroit très lumineux et seulement meublé d'un bureau, qui se trouve en face de la fenêtre, et d'un lit. De nombreuses plantes y ont aussi leur place car je tiens quand même à garder un lien avec la nature.
Après m'être reposé pendant tout le début d'après midi, le besoin de sortir se fit sentir. Je décida alors de partir à la recherche d'Ergaïl pour lui demander quelle est la raison de l'agitation des Orzaaliens que je perçoit dans l'air depuis quelques jours.
En traversant le manoir pour aller dans l'herboristerie, car j'étais sûre de trouver Ergaïl là-bas, je croisa Lucyll qui s'arrêta pour me dire bonjour :

- Salut Chloé ! Alors, tu t'adaptes bien à la vie au manoir ?
- Oui, très bien, cela fait fait seulement trois mois que je suis ici mais je me sens déjà comme chez moi. Tout le monde est vraiment adorable.
- C'est normal, on prends toujours bien soin de nos petits nouveaux. Bien qu'en ce moment ce n'est pas comme d'habitude car tout le monde est un peu sur les nerfs.
- En effet, je ressens cela depuis quelques jours. Qu'est ce qui ce passe ? Je comptais d'ailleurs aller voir Erg' pour qu'il puisse me renseigner.
- Bonne idée, il t'expliquera sûrement ça mieux que moi. Je pense qu'il se trouve dans l'herboristerie en ce moment... Comme d'habitude en fait, me dit-elle avec un petit sourire.
- C'est bien ce que je pensais... J'y vais de ce pas alors. Bonne journée Mademoiselle Freespirit.
- Je t'en prie, appelle moi Lucyll, dit-elle en me glissant un clin d’œil.

J'arrive à l'herboristerie quelques minutes après ma rencontre avec Lucyll.
Je suis d'abord frappée par la luminosité de cette pièce puis par l'absence d'Ergaïl, qui d'habitude est toujours dans cette endroit du manoir. Je décide alors de me rendre dans son bureau car c'est le deuxième endroit où on est quasiment sûr de le trouver. Il est effectivement là, en train de ranger une multitude de papiers dispersés un peu partout sur son bureau. Ne pensant pas qu'il ai remarqué me présence, je m'avance prudemment vers lui mais c'est alors qu'il lève la tête et me gratifie d'un grand sourire.


Dernière édition par Chloé Tülbend le Lun 15 Avr 2013 - 20:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Ven 12 Avr 2013 - 22:27

Après avoir vérifié les défenses magiques et les ressources du Manoir, à la suite de ma rencontre avec Chloé, je me rends au village dans l’intention d’aller prendre un verre à la taverne en laissant à Chana le soin de me faire découvrir une nouvelle saveur. Bien sûr, mon objectif est de trouver des informations sur les denrées alimentaires disponibles et stockables au Manoir, mais l’Ajanile a un don tout particulier pour identifier quelle boisson convient le mieux à votre humeur (même s’il faut se garder de dénigrer les talents d’Arho, son acolyte, pour son savoir-faire en matière d’alcools ! Néanmoins, son style plus brut me convient moins…) alors, autant se faire plaisir, d’autant que la taverne reste selon moi, le meilleur foyer des conversations utiles.
Quelle n’est pas ma surprise quand je découvre le village agité d’une effervescence peu ordinaire. Aussitôt, je marche d’un pas rapide vers ma destination première, ouvrant la porte à la volée. Au sein de l’établissement, les habituels ragots calmes et sereins ont laissés place aux chuchotements anxieux. Les armes brillent aux ceintures, la nervosité se lit sur les visages. De plus en plus inquiète et intriguée, je me dirige directement au comptoir, y pose les deux coudes et me penche en avant avant de chuchoter : « Mais qu’est-ce qui se passe ? »
Chana sursaute, manquant de casser la tasse délicate qu’elle essuyait, puis me fait face. « Lucyll, ne me dis pas que tu n’es pas au courant ! Tu es l’une des premières averties dès qu’il se trame quelque chose au Manoir… » Affichant un air surpris, elle scrute un instant mon visage puis se rendant compte de mon ignorance devant mon expression d’attente elle murmure : « Nous sommes en état de siège. Le Duc a fait une annonce ce matin. Tout le village se prépare et s’arme. »
Je me frappe le front, ébahie par l’indélicatesse d’Ergaïl. Toujours sur le ton de la confidence, je réponds : « Un conflit se profile effectivement, mais rien ne nous indique pour le moment une attaque de quelque envergure que ce soit ! Nous n’en sommes qu’à la phase du pourparler ! Enfin… il faut évidemment nous tenir sur nos garde mais il est inutile de s’affoler pour le moment ! Je compte sur ta discrétion… il faut que j’aille dire deux mots à Ergaïl… »
Sans plus attendre, je sors, sachant pertinemment que la tenancière est incapable de garder un bon potin plus de quelques minutes. En toute connaissance de cause, je viens de lui transmettre une information rassurante, devinant que dans la demi-heure suivante, la totalité d’Orzaal sera au courant. Souffler un vent de panique sur le village est loin d’être une bonne stratégie à mon sens… De plus, nous n’en sommes pas encore au point de céder à la violence. Je préfère attendre d’en savoir plus sur l’histoire de notre nouvelle pensionnaire et sur ses ennemis et leurs intentions avant de dégainer. Reprenant le chemin que j’ai suivi en sens inverse, je retourne au Manoir : direction l’herboristerie !

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Sam 13 Avr 2013 - 10:31

- Salut Chloé ! Tu vas bien ?
- Très bien ! Dis-moi, qu'elle est la cause de toute cette agitation ?
- Mmh, tu l'as senti dans l'air n'est-ce pas ?
- Oui,
répondit presque timidement la petite fée.
Tout d'un coup très pensif, le Duc se tourna pour regarder à l'extérieur.
- Le Royaume d’Émeris risque de très bientôt nous attaquer. J'ai prévenu tout le monde ce qui les rends anxieux, mais je préfère ça plutôt qu'ils soient prit de court dans une bataille inattendue.
- Tu es sûr que nous seront attaqués ?
- En fait, je me suis renseigné un peu. Tu sais qui est Dimna ?

- Oui, elle est très gentille ! C'est la jeune femme qui est arrivée récemment et qui à des bandages ?
Comme d'habitude, la petite fée faisait preuve d'innocence. Ce qui inquiéta quelque peu Ergaïl. Dimna semblait plutôt réservée comme Chloé, et surtout elle était le plus souvent sur la défensive. Peut-être avait t-elle craquer sous le charme de la petite fée ? Ou bien la manipulait-elle ? Dans tout les cas il se promit de les surveillées. Même si il lui semblait peu probable que Dimna soit une tueuse de sang-froid, il ne devait pas endormir sa méfiance. Il décida de ne confier qu'une partie de la vérité à Chloé pour ne pas trop l’émouvoir. De toute façon, personne ne serait traité d'assassin chez lui temps qu'il n'en aurait pas la preuve.
- Elle te l'a peut-être dit, elle est la princesse légitime du puissant royaume d’Émeris, son père est mort récemment et d'après mes information elle est traquée par le nouveau dirigeant.
- J'ai un petit peu discuté avec elle, elle n'a pas beaucoup parlé, mais elle était très amicale...
Visiblement la petite fée avait réussi à attendrir Dimna. Tout le monde à besoin de confier ses soucis, et il semblerait que Dimna avait trouver une personne ouverte et avec qui elle s'entendait bien. Il était amusant que la princesse se soit un peu ouverte à la fée, cela montrait qu'elle était plus sensible qu'elle voulait le laisser paraître. Cependant, Dimna aurait encore un peu besoin de paraître insensible durant la bataille. Ergaïl prit donc les devant:
- Dit-moi, je sais bien que tu déteste faire des cachotterie mais pour son bien il faudrait que pour le moment tu ne dise pas tout ce que tu sais sur la princesse à tout le monde.
- Je ne sais pas grand-chose, elle est restée très réservée tu sais. Elle m'a juste confié qu'elle n'avait pas tué son père, et que le nouveau roi l'avait accusé à tort.
[i]- Bien sûr, c'est normal...
lui répondit Ergaïl avec un grand sourire.
Même le Duc ne pouvait résister à l'envie de sourire à la petite fée, malgré cela il reprit légèrement son sérieux.
- Et donc tu es sûr que nous allons être attaquer ?
- Oui, ce nouveau roi ne voudra rien laisser au hasard et supprimer tout les prétendant. Il parait qu'il à déjà établit une purge dans les rangs des Seigneurs et Dignitaires d’Émeris. De plus, j'ai eu des informations me confirmant qu'une troupe armée imposante marchait sur Orzaal.
Il ne lui dit pas que les menus services secrets d'Orzaal était sur le coup mais quand la fée lâcherait l'information, ce ne serait un secret pour personne. Chacun savait que des espions étaient de garde à Orzaal, seulement personne ne savait qui ni comment.

_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Dim 14 Avr 2013 - 0:46

Pendant ce temps où l'inquiétude générale était de mise, far, far away dans la fôret...
Üdjinn chantonnait gaiement.
Elle farfouillait dans ses étagères, dans des niches, piochait trois ou quatre herbes dans un bocal puis dans un autre, remplissait des petites bourses en cuir de baies, de lianes, de petits champignons. C'est rigolo de partir en guerre, ça fait plein de désignés volontaires pour les expériences médicales que la populace qualifiait "d'effrayantes" et dont personne n'avait envie d'être le cobaye! La dryade (dont le chant et le sourire commençaient à devenir inquiétants) se réjouissait de ce genre d'occasions qu'elle trouvait trop rares.
....
Non, mais réfléchissez un peu: vous la pensiez vraiment sadique à ce point? Mais quelle espèce de pervers vous faites!! Bien sûr que non, qu'elle n'aime pas la guerre! Bon, je vous rassure : elle a des moyens autres que des cobayes humains pour d'éventuelles expériences. Satisfait?
En fait, son visage fin arborait une mine sérieuse. Concentrée. Tendue. Elle n'aimait pas la guerre. Elle la détestait, même. La haïssait plus que beaucoup d'autres choses.
Ça fait souffrir les gens, ça tue ceux qui ne souffrent plus, et le malheur n'est jamais aussi présent qu'au moment où les familles découvrent que leurs proches qui sont partis ne reviendront plus jamais. Les problèmes ne sont jamais résolus de cette façon. Pourquoi faut-il se battre pour des causes qui ne le méritent pas?

Tout cela la répugnait au plus haut point. Les multiples poches de la ceinture de cuir qu' elle avait déjà accroché à sa taille se remplissaient peu à peu. La préparation au combat fut complète lorsque des fioles de toutes teintes vinrent rejoindre les plantes et que les bracelets de lianes tressées et de végétaux choisis avec soin furent noués autour de ses avant-bras, de se chevilles et de son cou; enfin Üdjinn saisit son bâton et sauta hors de sa cachette, en bondissant de branche en branche. L'être agile grimpa jusqu'à être au-dessus de la cime des arbres, contempla un moment le paysage magnifique qui s'offrait à elle puis s'assit en tailleur et ferma les yeux : elle entrait maintenant en communion avec le centre de la forêt, saisissant toutes les informations qui y passaient et attendit le signal.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Dim 14 Avr 2013 - 20:53

Ce n'est pas dans l'herboristerie mais dans son bureau que je trouve finalement Ergaïl en compagnie de Chloé. Dès mon entrée, les deux compères s'aperçoivent de mon trouble.
"Ergaïl ! La guerre est-elle aussi imminente que ce que ton annonce a fait ressentir au village ? J'ai tenté de répandre un message rassurant mais tout le monde est sur ses gardes. Eméris est-il réellement sur le point de nous attaquer ?"
Je n'attends même pas la réponse orale : l'expression du Duc m'apprends tout ce que je voulais savoir.
"Très bien... Le nouveau dirigeant ne m'a pas l'air des plus diplomates à ce que je vois...
- En effet... Nos espions ont remarqué des déplacements de troupes armées importantes venant vers le village. Ce genre d'information est sans équivoque... Nous devons nous préparer au pire."
Je réfléchis quelques instants, puis, lentement, j'expose les pensées qui s'affrontent dans mon esprit :
"Ergaïl. Nous mettons tout le village, toutes les vies d'Orzaal en jeu pour la protection de la Princesse. Je sais que le Manoir a toujours été une terre d'accueil, je suis bien placée pour le savoir... Mais... Est-ce que... Peut-on considérer que notre cause, que la cause de Dimna, est juste ? Je veux dire... Est-elle réellement une meurtrière ? Le mystère de son échappée miraculeuse nous est encore inconnu...
- Tu te demandes si nous ne ferions pas mieux de la livrer à Eméris ?
- Non, ce n'est pas ce que j'ai dit..."
Mais je vois la colère enflammer les yeux de Ergaïl, il est préférable de le laisser terminer...
"Parce que dans ce cas, tu suggères de la mettre à mort sans possibilité de jugement impartial. Tu la condamnes sans preuve de sa culpabilité. Orzaal est un lieu de justice Lucyll. Je ne le permettrai pas."
Inconsciemment, le Duc s'est redressé de toute sa hauteur et s'est imperceptiblement rapproché, me dominant physiquement de sa colère. J'aurais presque souri si notre conversation n'était pas si grave. En réponse à cette manœuvre autoritaire, j'avance moi-aussi d'un pas, le toisant sans être perturbée le moins du monde par les trente bons centimètres supplémentaires d'Ergaïl.
"Non, ce n'est pas ce que je suggérais. Je soulevais simplement une faiblesse qui, je pense, n'est pas négligeable. Les Orzaaliens ne sont pas idiots. Alors si moi je me permets d'énoncer mes doutes, imagine leur réaction quand ils verront l'ennemi s'avancer en leur réclamant un assassin réfugié chez nous dans le plus grand secret ? Et c'est ce que l'armée d'Eméris fera pour justifier son attaque et semer la zizanie dans l'opinion adverse ! Tu peux en être sûr !"
Ergaïl réfléchit longuement à la question. Il sait que la loyauté de son peuple est sans faille, mais pas inconsidérée : l'honnêteté de Dimna n'est pas établie. Les Orzaaliens ne mettrons pas la vie de leurs proches en danger pour une cause mal éclaircie.
"Que proposes-tu ? demande-t-il finalement
- La vérité. Il faut que quelqu'un parvienne à connaître le fin mot de cette affaire. Que la survie de la Princesse d'Eméris devienne une évidence pour tous. Dimna est-elle la cible d'un complot ? Que nous cache-t-elle ? Pourquoi tant d'acharnement de la part du nouveau dirigeant ? Et ce qui m'intrigue le plus : comment s'est-elle échappée d'un royaume possédant sa propre amée, seule contre tous ?"
Chloé, restée jusqu'ici en retrait, apeurée par le ton houleux que prenait la conversation, s'avance soudain d'un petit battement d'ailes : "Je peux peut-être vous aider..."

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 562
Date d'inscription : 29/06/2012
Localisation : Hmmfqwaaa? *sors d'une boîte à cookies*
Humeur : Gambade joyeusement tel un poney

Caractéristiques du personnage
Race: Loup-Garou
Magie:
Profession: Princesse (déchue) Dévoreuse de cookies et couturière à ses heures perdues...

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Jeu 18 Avr 2013 - 15:38

Dimna était étendue dans l'herbe, appuyée contre un des murs du Manoir, éclairée par le soleil désormais parfaitement réveillé. Elle pensait au village très proche en contrebas qu'elle avait vu avant d'entrer au manoir, aux corps des soldats qu'elle avait traîné dans la cascade, s'il ils seraient retrouvés, ou s'ils avaient disparu définitivement. Elle se faisait la réflexion que les habitants de ce Manoir étaient un peu étranges, de recueillir ainsi une parfaite inconnue et de lui offrir l'asile sans poser de questions. Ou bien était-ce elle qui avait grandi dans trop de méfiance ? Après tout, elle avait été recueillie par les tullus d'Imfa avec une égale générosité. L'air était chargé pourtant, et Dimna sentait que son arrivé avait déclenché des remous. Ils savaient qu'elle était recherchée par tout le royaume d'Emeris pour le meurtre du Roi. Atlantar ne tarderait sans doute pas à venir, peut-être était-il déjà en route.
Un léger bruissement d'ailes lui fit ouvrir les yeux. La petite fée avec qui elle avait un peu parlé le matin même voletait vers elle. Dimna ne put retenir un sourire, Chloé l'avait attendrie par sa fragilité et son caractère pétillant, et elle continuait de la trouver adorable.
- Tu prends un bain de soleil ? demanda celle-ci en se posant près de la princesse.
- Oui... J'étais perdue dans mes pensées... Qu'y a-t-il ? répondit Dimna en souriant de nouveau.
- Rien, je... je me demandais ce qui t'avais poussé à quitter le royaume, pour venir jusqu'ici. Parce-que.. heu... c'est plutôt loin Emeris, non ?.. balbutia Chloé en rougissant.
Dimna se força à garder son sourire, mais elle vit que la question de la fée n'était pas naturelle. On lui avait sans doute demandé de lui tirer les vers du nez... Dimna se leva, sans se départir de sa mine affable, et annonça à Chloé :
- Je vais aller au village, ça ne t'embête pas ? C'est une longue histoire, et je voudrais aller faire un tour avant de te raconter tout ça. A plus tard !
Elle s'éloigna à grands pas sans laisser le temps à Chloé de répondre. Lucyll, qui observait la scène du haut d'une fenêtre, soupira devant le mutisme évident de la princesse.
***
Le Général Ereh leva la main, l'imefäo qu'il montait s'arrêta et toute le régiment derrière lui s'immobilisa. Les six autres troupes, à l'arrière, imitèrent le mouvement, et un silence à peine troublé par le vent sur l'herbe haute, et les cliquetis métalliques des armures s'installa sur le cortège. L'un des lieutenants s'avança sur sa monture, une carte parcheminée à la main.
- C'est ici mon Général. Il faut traverser cette forêt, dont on aperçoit la lisière au loin, Orzaal se situe juste de l'autre côté, au bord des chutes. Nous y serons en quelques jours.
- Parfait. Faîtes transmettre aux laquais à l'arrière et à la charrette transportant la rançon de presser le pas, je veux y être le plus tôt possible. Notre Roi veut venger le Défunt Remur. Il lui est insupportable de savoir son assassin toujours en vie.
***
Dimna atteignit le village rapidement. Elle avait pris soin avant de partir de prendre une cape courte pourpre dont la capuche large dissimulait son imposante chevelure rousse et le haut de son visage, juste par précaution. Elle déambula dans les rues pavées, cherchant simplement à se vider la tête et à profiter du beau temps et de la beauté du village. Mais partout, les gens chuchotaient, et l'ambiance semblait tendue. Titillée par la curiosité, Dimna s'approcha d'un pas nonchalant vers un petit groupe de villageois qui parlaient à voix basse, l'air si passionnés par leur conversation qu'ils ne remarquèrent pas la manœuvre de Dimna qui faisait mine de regarder les tissus d'un étalage.
-... pas pour le moment... chuchotait l'un d'eux.
- Chana m'a dit la même chose. Seulement du pourparler...
- Si le Duc a mis Orzaal en état de siège, c'est que l'heure est à la guerre ..! Mais on va les attendre ! Qu'ils viennent !
Dimna s'éloigna sans en attendre d'avantage. Ainsi une guerre se profilait, et elle ne doutait pas un instant avec qui. Elle décida de rentrer au Manoir. Il valait mieux pour elle qu'elle se réfugie là-bas le temps que les choses se calment... Mais si Orzaal la livrait ? Ou s'il ne réussissait pas à tenir face à Emeris ? Peut-être devait-elle partir tant qu'il était encore temps ?..
Dimna secoua la tête. Pas question s'enfuir comme une voleuse, à nouveau.
Mais que raconter aux habitants du Manoir ? Chloé avait tenté une approche amicale pour connaître la vérité, elle l'avait évité, mais elle ne pouvait pas tout cacher plus longtemps.
Les parole de Le Noir lui revinrent, semant le doute dans son esprit "Tu es un loup-garou, ils saisiront la première occasion pour te tuer". Il ne fallait pas qu'ils découvrent qu'elle était un loup-garou. Mais elle leur raconterait son voyage jusqu'à eux, en omettant du mieux possible tout ce qui touchait à Le Noir et aux loup-garous.
Résolue, elle traversa le dédale de rues et quitta le village.


_________________
- Qu'est ce que tu veux être quand tu seras grand ?
- Heureux!
- Tu n'as pas compris la question...
- Vous n'avez pas compris la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Dim 12 Mai 2013 - 10:43

Comment allait-il tirer ça au clair... Cette histoire d'assassinat était plus que louche, ça sautait aux yeux de toute personne un minimum consciente. Comme le disait Lucyll il fallait se préparer à répondre à l'armée d'Emeris pour éviter que les gens de son camp ne se questionnent et que le moral ne soit au plus bas. Dans tous les cas, ceci se passait chez lui et donc avec un procès équitable. Cependant, le Duc se doutait que le banc des accusés sera vide cette fois, car il suspectait de plus en plus le nouveau souverain. Impossible de demander à la principale intéressée, non seulement elle n'était pas là mais en plus elle ne répondrait probablement pas à ses questions. Non, il savait très bien à qui demander ses renseignements. Il faisait maintenant bientôt nuit et c'était le moment idéal. Ergaïl se dirigea d'un pas vif vers le grenier. Frappa trois coups à la porte et entra sans attendre de réponse.
Une feuille de contrat à la main, Eliott remplissait de la paperasse tandis que Amy restait dans le coin à l'ombre. Elle jonglait avec un couteau suffisamment long et effilé pour épingler un homme, ce qui était le plus souvent le but ! Les deux comparses étaient souvent dans des coups douteux et surtout toujours bien informés de ce qui se tramait.
- Thaddeus m'a dit de venir te voir Amy ?
- Oui regarde ça. Lui répondit Elliot
Sur un morceau de papier, figurait un contrat d'assassinat. Une somme mirobolante, cinq pièces de Palladium en échange de la tête de la jeune Princesse. Il était de plus en plus clair que le nouveau souverain trempait dans de très mauvais milieux. De là à le soupçonner d'un complot il n'y avait qu'un pas qu' Ergaïl s’astreignait à ne pas faire. Pourtant il suffisait de voir la jeune princesse pour savoir qu'elle n'était pas la tueuse de son père. Elle avait beaucoup de défauts mais pas celui-là.
- Merci.
Le duc allait partir sans plus de cérémonie mais Amy l'interpella:
- Je suis allé à la rencontre de la patrouille ennemie, je devrais plutôt parler d'armée. Cependant, vu la somme qu'il balade avec eux, ils souhaite des pour-parler. A vue d’œil y'a plusieurs fois la salle aux trésors du manoir.
- Je m'en moque, lui répondit Ergaïl presque agressif.
- Toi oui, mais d'autres non. Il me semble que je ne suis pas la seule à te faire cette remarque.
- Les murs ont des oreilles ?
- Quand je suis dedans oui. Répondit malicieusement la tueuse dont les yeux rouges flamboyaient dans le noir.
Le visage d'Ergaïl se décrispa quelques secondes pour la remercier une seconde fois, cette fois si moins sèchement, puis il reprit un visage grave et redescendit au rez de chaussé.

_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.


Dernière édition par Ergaïl d'Orzaal le Jeu 23 Mai 2013 - 10:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org

Messages : 1611
Date d'inscription : 22/03/2012
Localisation : Le jour dans un lit. La nuit, juste derrière toi...
Humeur : Tellement de travail....(*o*)

Caractéristiques du personnage
Race: Sang-Mêlé
Magie: Non magicien
Profession: Assassin, mercenaire

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Mar 14 Mai 2013 - 22:34

Tsss… La jeune femme commençait à faire les cents pas dans la pièce tout en faisant jongler entre ses doigts son couteau avec habileté. Le duc ne semblait pas d’humeur à négocier et elle essaya de réfléchir à un moyen simple d’arriver à ses fins.
_ A quoi est-ce que tu penses ? Demanda son partenaire sans lever le nez de ses documents.
Amy se concentra quelques instants marmonnant des semblant de phrases sans queues ni têtes, du moins en apparence. Puis elle afficha un sourire victorieux et exclama le fond de sa pensée :
_ Elliott ! Elle posa violement ses mains sur la table et se pencha en avant afin d’obliger son acolyte à cesser son travail. Nous allons voler cet argent !
_ Attends, quoi ? S’exclama-t-il, Non mais as-tu perdue l’esprit !?! Nous avons à faire à un bataillon armée jusqu’aux dents-
_ -Et avec un trésor faramineux comme accompagnement, c’est justement ça qui est génial ! Elliott ce sera le cambriolage du siècle ! Continua la jeune femme sans prendre en compte ses paroles. Et puis, en plus, Ergaïl m’a bien fait comprendre qu’il s’en moquait de cet argent non ? Donc si je le garde il ne m’en voudra pas !
Elliott soupira et réfléchit quelques instants en prenant un air sérieux, il se doutait que malgré ses interdictions, sa partenaire ne l’écouterait pas à moins bien sûr qu’il trouve une idée meilleur que la sienne et c’est ce qu’il fit.
_ D’après l’opinion du maitre des lieux, il va y avoir une bataille non ? Donc si Orzaal gagne cette guerre, le trésor appartiendra forcément aux Orzaaliens où il se retrouvera dans les coffres du manoir. Pourquoi est-ce que tu n’attendrais tout simplement pas la fin de la bataille ?
La jeune femme le regarda avec grand étonnement comme si elle avait eu une révélation soudaine puis elle se remit à faire des allés et venue dans le grenier en jouant toujours avec sa lame.
_ Tu as parfaitement raison Elliott, pourquoi n’y ai-je pas pensé plus tôt ? Si Orzaal gagne cette guerre pour empêcher la princesse de se faire tuer alors ceux d’en face perdront leur trésor resté sur place ! Et donc par toute logique : il sera officiellement à moi !
_ Tu veux dire à Orzaal.
_Non à moi ! Tu ne crois quand même pas que je vais leur refiler le butin. Bon ! Quoi qu’il en soit, il faut à tout prix qu’Orzaal gagne sinon mon plan parfait va disparaitre en fumée.
Elle partit en direction de la fenêtre prétextant l’envie de retourner vers l’endroit où se trouve l’ennemi mais en passant la tête vers l’extérieur, elle aperçut une ombre se diriger vers l’entrée de service du manoir. Elle sortit sa dague, se mit à la suivre par les toits et le tout dans la plus grande discrétion. L’inconnu entra dans la cuisine, la tueuse sauta du toit avec agilité, rebondit sur un mur et descendit les derniers mètres la séparant du sol et s’est arrivée sur le plancher des vaches avec une habile roulade qu’elle entra, elle aussi, dans la cuisine.
La pièce était calme, les domestiques et la cuisinière n’étaient pas présents et la pièce était désormais déserte ou du moins elle aurait dû l’être.
« Alors comme ça on veut jouer à cache-cache » Pensait Amy dont l’excitation et l’envie de tuer s’affichait sur son visage.
C’est à ce moment-là qu’un fracas de casserole suraigu résonna dans la pièce, la tueuse bondit vers la source du bruit et trouva la silhouette repliée sur le sol.
_ Je t’ai trouvé ! Exclama la jeune femme fière de sa victoire.
Elle brandit sa dague tout en saisissant l’inconnu et en pointant l’extrémité tranchante de la pointe à quelques millimètres de sa gorge. C’est alors que les lampes de la cuisine se mirent à briller accompagnées d’un « Mais enfin qu’est ce qui se passe ici ? Si c’est toi Nyan : je te mets dehors ! »
On découvrit ainsi Lucyll dans l’entrebâillement de la porte dont l’expression de son visage changea du tout en tout lorsqu’elle découvrit l’origine du capharnaüm.
_ Amy range cette arme tout de suite ! Non mais ça ne va pas !
La jeune femme ne comprit sont énervement que lorsqu’elle se tourna vers sa victime présumée, dont la chevelure rousse flamboyait à la lumière des lampes.
_ Je suis désolée, je…je viens du village et…je pensai qu’il n’y avait personne ici ? Lança-t-elle en regardant intensivement la dague pointée sur elle.
_ Ça c’est ce qui aurait pût te tuer il y a de cela quelques secondes, enfin heureusement que Lucyll est arrivée. Hein Lucyll ? Finit-elle par sourire.
Celle-ci lui jeta un regard noir et la tueuse retira avec un air résigné, sa lame, la rangea dans son fourreau puis se contenta de ne plus rien ajouter. Lucyll aida la princesse à se relever et c’est une fois sur ses pieds que la rouquine prit un air sérieux et ajouta :
_ Euh j’aurais quelques choses à vous dire, à tous.

_________________

Votre conscience est comme une plaie : le sang y coule à flot. Vous croyez que sauver un homme plus vertueux que vous changera quoi que ce soit ? Ce n’est là que vulgaire sensiblerie !
Vous n’êtes qu’une fillette en prière. C’est pathétique ! Vous mentez et tuez, au service de menteurs et de tueurs. Vous prétendez être différente, obéir à votre propre code, dans le but de racheter ces horreurs…mais elles font parties de vous. Elles ne disparaîtront jamais...


Loki, Dieu de la discorde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Jeu 30 Mai 2013 - 16:15

C'est réunis au grand complet dans le bureau du Duc que nous écoutons le récit des aventures de Dimna, depuis l'assassinat de son père, le Roi Rémur, par son propre conseiller Atlantar, jusqu'à son arrivée à Orzaal. Nous restons ébahis et horrifiés devant l'acharnement et la cruauté du traître qui - non content d'avoir pris le pouvoir par la force et d'avoir accusé l'héritière légitime d'être l'auteur du crime - persiste à pourchasser la princesse et de demander sa tête comme nous le confirme Amy, montrant une mise à prix promettant une somme démentielle. Dimna est au bord des larmes, je ne sais pas si elle surjoue pour intensifier notre compassion, mais son histoire sonne vrai. Personne n'oserait remettre sa parole en doute après l'énonciation de ces faits. Quand la princesse déchue conclut par "voilà vous savez tout...", Ergaïl me jette un regard signifiant "Tu vois, elle est innocente je te l'avais bien dit !". Je me retiens à grand peine de lui faire remarquer que l'héritière a omis un détail de taille : la façon dont elle s'est enfuie nous est toujours inconnue, même si la raison est à présent évidente. Je me promets de garder cette pensée dans un coin de ma tête pour la ré-exploiter plus tard. Je suppose que, ne s'étant pas débrouillée toute seule, elle cherche par son silence à protéger un ami... A moins que je ne me trompe et qu'elle ne se préserve elle-même de je ne sais quoi... Toute à mes doutes, je suis tirée de mes interrogations par l'arrivée inattendue d'Üdjinn.

"L'armée d'Emeris vient de pénétrer dans la forêt. Les dryades sentinelles l'ont repérée et l'information est arrivée jusqu'à moi. Elles ne l'ont pas approchée mais la troupe compte une cinquantaine d'hommes en armes biens équipés, dont un bon tiers montés sur des Imfäos. A l'allure où ils vont, ils seront à nos portes demain matin."

L'annonce jette un froid. J'échange un coup d'oeil nerveux avec Thaddeus qui semble aussi inquiet que moi quand à la tournure des évènements. Ergaïl et Üdjinn se font face, séparés d'une longueur de bras, plongés dans un dialogue muet de regards et de mots suggérés que seul leur lien fraternel leur permet de comprendre. Amy semble prête à en découdre, Chloé terrifiée à l'idée d'un conflit de cette ampleur. Quand à Dimna, elle s'est laissée tomber dans un fauteuil, angoissée par l'annonce de la dryade.

Soudain, Ergaïl se redresse. Je connais cette posture. Ça sent le roussi...

"Nous ne livrerons pas la princesse d'Emeris à ce roi despote ! Nous ne le laisserons pas non plus imposer sa loi sur nos terres ! Si l'armée vient en paix, alors nous les écouterons et les prierons de repartir au plus vite. Peut-être que l'assurance de savoir Dimna définitivement établie hors de leur royaume leur suffira. En revanche, s'il tente de l'enlever par la force, alors Orzaal se battra, au nom de la liberté et de la tolérance que nous avons toujours défendus ! Êtes-vous avec moi ?"

Et voilà, je l'avais dit.

"Nous sommes avec toi."

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Sam 22 Juin 2013 - 8:33



Ergaïl posa ses deux mains à plat sur la table. Ils étaient tous penchés sur un plan du Manoir. Clairement Lucyll détestait ça, ça se voyait rien que dans ses yeux, si on ignorait la moue contrariée. Les autres semblait simplement concentrés :
 - Vu d'où ils viennent nous allons devoir les recevoir du coté de la muraille du Sud-Ouest. Thaddeus je veux que tu nous prépare au moins cinq tonneau de ton meilleur explosif. J'aurais aussi probablement besoin de quelques artifices dissuasif, quelque chose d’extrêmement impressionnant. Activable par magie ou non. Amy, je veux que tu surveille le manoir, que tu le protège des différents Assassins qui vont y venir ou y sont déjà, fait leur une belle réception comme on les aiment, je les veux dans la salle.
Amy eu un sourire des plus cruels, les yeux comme injectés de sang tellement ils semblaient écarlates. L'heure était au ordres et à l'organisation, la politesse n'était plus de mise et Ergaïl continua sur sa lancée, d'un ton autoritaire parfaitement approprié :
 - Üdjinn j'aimerais que tu laisse passer l'armée jusqu'à la porte, ils installeront leur camp à deux-cent mètres du mur probablement. Or de la portée des flèches. En revanche pour tous soldats s'éloignant dans les bois, capturent les. Je les veux aussi dans la salle, si ils te donne du fil à retordre utilise ta tanaisie. Je les veux désarmés, baillonné et enchaînés. Ils sauront ainsi que la forêt n'est pas inoffensive, ils se feront méfiants, bloqués entre la forêt et les murailles. Ça baissera le morale des troupes ennemis. Nous ne ferrons rien au prisonniers tant qu'il n'y aura pas de guerre de déclarée, ils nous serviront de monnaie d'échange.
Cependant, chacun ici connaissaient la salle ou on emprisonnait les ennemis à interrogés et personne ne souhaitait être à leur future place.
Il regarda tous ceux à qui il avait donné des ordres puis rajouta :
 - Bonne chance.
Chacun parti à sa mission, ne restèrent plus que Lucyll et Ergaïl. La jeune femme toujours penchée sur la carte semblait perplexe. Elle était bras droit du Duc depuis plusieurs années maintenant, il savait donc désormais bien cerner ses expressions. 
 - Je t'écoute.
 - C'est absurde ce que tu vient de donner comme ordre ! Tu ne pourra pas défendre toute la muraille contre l'armée, tu as donc probablement prévu de défendre que celle du manoir. Si tu les bloquent entre la forêt et le mur il vont allez au village s'installer. Et une guerria dans le village créera beaucoup trop de dégâts et de combats sanglant pour les deux camps. Les murailles du manoir peuvent être tenues à un contre six mais tu ne sacrifierais pas le village quand même ?
 - Jamais de la vie ! Répliqua t-il avec un sourire sur les lèvres
 - Alors tu vas faire quoi ? J'imagine que tu as le même plan en tête que moi ? Demanda Lucyll
 - Je vais les laissez entrer dans le village si ils veulent. Mais avec les Serchanes en embuscade si ils les titillent et les élémentaires dans les canaux pour empêcher qu'ils ne brûle la moindre maison, notre précieux village ne craint rien. Si ils y vont, nous n'aurons plus qu'à les harceler la nuit. Je j'espère qu'il y iront. Ça nous aiderait Exposa le Duc.
 - Oui peut-être, mais t'as intérêt à parlementer avant de te lancer dans une guerre ! Dit-elle d'une voix menaçante.
 - A vos ordres ! Rigola t-il.
Elle savait bien, qu'il ne sourirait plus comme ça avant un moment.

_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.


Dernière édition par Ergaïl d'Orzaal le Sam 22 Juin 2013 - 16:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org

Messages : 732
Date d'inscription : 22/03/2012
Localisation : Ailleurs que devant mon bureau!
Humeur : Crevé et débordé!

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Non magicien
Profession: Homme de science et vagabond.

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Lun 24 Juin 2013 - 1:15

Lucyll referma derrière elle la lourde porte du bureau, la tête pleine de questions. Le tout était de rester calme. D'abord, il fallait qu'elle aille...

"J'ai tout entendu."

Elle sursauta. Mais ce n'était que Thaddeus, qui s'approchait à sa droite.

"Votre conversation. J'ai écouté à la porte.
-Thadd'! Je ne pensais pas que...


Il l'interrompit d'un geste de la main.

-Nous devons arrêter tout ça, miss Freespirit. Nous ne pouvons pas risquer la vie de tout le village. Et je sais que vous partagez mon opinion...

Il avait un air grave qu'on ne lui voyait pas souvent.

-Oui, mais Ergaïl a raison : on ne peut pas non plus leur livrer la fille. Ils la tueraient. Ou pire...
-Il doit bien y avoir une solution! La magie ne peut pas nous aider?


La jeune femme secoua la tête, affirmant qu'elle n'était pas du tout assez puissante pour prendre possession de l'esprit de tous les soldats. Ils continuèrent à réfléchir ensemble en marchant vers le salon, et s'assirent auprès de la cheminée. Un clone? trop complexe. Une taupe dans leur rangs? Trop lent. Ils finirent par se lasser de cette discussion stérile, le conflit semblait inévitable. Le professeur changea de sujet :

-Vous savez, dit-il, j'ai déjà vu une guerre. Quand j'étais enfant.
-Que s'est il passé?
-Des Ajanils. Pas comme ceux d'ici. Leur dévotion envers les dieux s'était élevée au stade de fanatisme. Ils menaient une guerre sainte. Ils ont presque atteint mon village, mais ils ont été stoppés avant... 


Lucyll ne l'avait jusqu'alors pas remarqué, mais la main droite du scientifique tremblait, triturant nerveusement la montre qu'il gardait toujours dans sa poche gauche. Elle mit une main apaisante sur son épaule. La peur qui se dégageait de lui était facile a discerner. Thaddeus lui sourit en retour. Il raconta les massacres qu'ils avaient découvert aux alentours, les villages brûlés, les blessés qui revenaient du combat.

-Ça ne m'a pas traumatisé, j'étais trop jeune pour comprendre, mais avec le recul... Je ne veux pas que ça se passe ici. Pas maintenant que j'ai trouvé une maison.

Il y eut un silence. Lucyll savait qu'il avait longtemps voyagé, changé de résidence très souvent. Orzaal était un refuge pour lui, un havre...
Il regarda sa montre encore une fois, puis se leva, et la rangea dans sa poche.

-Le Duc négociera-t-il?
-Tu commences à le connaître je crois, répondit Lucyll. A tous les coups, il ne leur proposera que 2 options : la reddition ou la fuite.


Il soupira. Le calme, c'était la clef. Il avait déjà des explosifs, ce n'était pas un problème. Des barils plein de réactifs, des bombes fumigènes, des appareils à choc, basés sur la morphologie de certaines anguilles. Mais il fallait empêcher les dégâts sur les bâtiments...

-Bon. J'irais installer ses explosifs. Je reviens d'ici une heure.
-Et on peut savoir où tu vas comme ça, sieur Dreadstone?


Il avait enfilé son manteau et, sur le pas de la porte, se retourna vers Lucyll.

-Ramener les villageois et voir les Serchanes. Vous m'accompagnez?

_________________
nyancat  Attention à ce que vous dîtes sur le chat!  nyancat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Mar 25 Juin 2013 - 12:12

"Bien sûr !"

Je lui emboîte le pas de bon cœur. Les discussions avec Thaddeus sont toujours des moments très florissants pour l'esprit, et une idée bien connues des chefs de guerre vient de traverser le mien. Je me promets mentalement de m'en souvenir au moment opportun si nous devons effectivement entrer en conflit armé avec Eméris. Je souris. Distraitement. Sans aucune joie. Je n'en reviens pas d'envisager de faire une chose pareille, mais je sais que si nous devons affronter des soldats d'élite, tous les avantages seront bons pour lutter. Je m'en veux d'ailleurs de devoir impliquer Amy dans mon plan risqué, mais elle sera la mieux qualifiée pour m'épauler le moment venu, et malgré le danger (ou peut-être à cause de ça) elle sera ravie... Je secoue la tête : nous n'en sommes pas encore là !

Nous entrons dans le village. Thadd'et moi devons arborer des visages emprunts d'une joie sans borne aux vues des mines graves que les Orzaaliens nous retournent. Tous s'assemblent sur la place d'un mouvement tacite avant même que nous n'annoncions que la déclaration est d'importance. La guerre est à nos portes, tous le sentent à présent.

"Orzaaliens, l'heure est grave ! expose Thaddeus d'une voix retentissante qui ne tremble pas, Les Dryades ont averti le Duc que l'ennemi atteindrait le village demain matin."

La nouvelle tombe comme un couperet. Je prends la parole à mon tour.

"Nous estimons qu'il est de notre devoir de vous faire connaître la raison de ce conflit. Il y a quelques jours de cela, nous avons accueilli la princesse Dimna d'Eméris sur nos terres. Elle a été chassée de son royaume après que son père a été assassiné. Le coupable du meurtre l'a en effet désignée injustement comme responsable afin de prendre la pouvoir. Il cherche à présent à éliminer l'héritière légitime pour devenir le maître incontesté d'Eméris."

Cette fois des murmures de consternation se font entendre au récit des agissements du tyran. C'est bon signe. On ne se bat que si l'on pense sa cause juste.

"Les soldats sont trop nombreux pour être affrontés sur plusieurs fronts, reprend le Professeur, Nous nous rassembleront donc dans la place forte d'Orzaal : le Manoir. Ce soir, au crépuscule, chacun devra être dans ses murs, à l'abri du danger. Prenez avec vous ce qui vous semble nécessaire mais ne laissez personne en arrière, seul au village."

Un grondement monte de la foule. Des protestations fusent.
"Laissez le village sans défense ?! Aux mains de ces étrangers ?!
- Que vont devenir nos biens ? Nos récoltes ?
- Et s'ils décident de tout brûler ?!"


Avant que la situation ne nous échappe, je lève les mains en signe d'apaisement.

"Le village ne sera pas laissé sans protection. Les soldats d'Eméris seront en effet confrontés à deux problèmes de taille..."

Je laisse passer un silence pour maintenir l'attention de l'auditoire. Puis, avec une assurance délibérée je poursuis : 

"Les Sershanes et les Elémentaux."

Les Orzaaliens méditent la réponse. Certains hochent la tête, satisfaits. Tous se dispersent pour préparer leur départ. Une silhouette solitaire, pourtant, s'avance ; Ambre se plante devant nous.

"Vous avez conscience que les Sershanes se feront massacrer si elles tentent une attaque massive ? assène-t-elle à voix basse d'un ton sans équivoque
- Oui. Nous allons de ce pas leur parler. Nous voulons privilégier les attaques de nuit, isolées, ciblées, jouant sur la peur et la surprise, explique Thadd'
- Ça n’empêchera pas les soldats de tout brûler si l'envie leur en prend.
- Je sais... , je soupire, Nous comptons essentiellement sur les Elémentaux pour cela, et c'est un maigre obstacle pour l'armée, mais nous sommes impuissants face à cela. Ergaïl préfère concentrer nos forces plutôt que de risquer l'éparpillement ou la prise d'otage de tout le village.
- Sur ce point, je suis d'accord."

Nous partageons un silence plein de gravité, puis Ambre s'éloigne. Je tourne les talons ainsi que Thadd'.

"Allons-y. Espérons que les Sershanes seront d'humeur conciliante aujourd'hui. Je ne voudrais pas réveiller de vieilles querelles houleuses maintenant."

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 732
Date d'inscription : 22/03/2012
Localisation : Ailleurs que devant mon bureau!
Humeur : Crevé et débordé!

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Non magicien
Profession: Homme de science et vagabond.

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Lun 22 Juil 2013 - 2:04

"Lucyll?

-Oui Thadd'?répondit elle.

-J'ai...bien réfléchi.

-A quel sujet?

Il stoppa net sur le chemin du temple des Dryades.

-....Oubliez, j'veux plus y aller!

Et il tourna les talons.

-Urgh! pesta Lucyll, je savais qu'il me ferait un coup comme ça! Oh THAAAAAAAAAD!!!

Deux baffes et quelques mètres de traînage par le col plus tard, ils ouvraient la porte. Thaddeus détestait le temple. Non seulement il n'adhérait pas au culte des dryades, mais il trouvait dérangeant de voir que tant de ressources avaient été investies pour un temple dans un village qui, somme toute, n'était pas si riche. Et puis...cette immense statue qui siégeait au fond du bâtiment lui donnait des sueurs froides. Le sculpteur qui l'avait imaginée (et qui devait maintenant bien s'ennuyer) avait tant voulu glorifier la dryade qu'elle en devenait inquiétante, un monstre de puissance et d'arrogance... A ses pieds, on pouvait lire :

Lizzy, à notre salvatrice.

Ils descendirent l'allée centrale, traversant les rangées de bancs destinés aux fidèles, et contournèrent l'autel. Là, entre eux et la statue de Lizzy, il y avait un bassin, d'environ 3 mètres de diamètres, cerclé de carrelage, dont l'eau vert-sombre ne laissait pas apercevoir le fond. Un bassin? Non, un puis! En effet, ce n'était pas une cavité remplie d'eau, mais bien un orifice qui donnait sur les canaux eux mêmes, qui coulaient sous le temple.

-Après toi, professeur! dit Lucyll, en tendant à l'intéressé un long bâton, terminé par une sphère métallique.

Poussant un long soupir, Thaddeus s'en saisit, et frappa un puissant coup vers le fond du puis. Le son cristallin d'un gong retentit sous leurs pieds.

-Voilà, dit-il, plus qu'à attendre.

Quelques minutes passèrent, le silence de la nuit seulement troublé par le bruit du vent. Soudain, un chapelet de bulles remonta vers la surface. Les deux bretteurs se tendirent, aux aguets. Le haut d'une tête émergea, ses épais cheveux noirs flottant autour d'elle, tels à une funeste couronne de fleurs. Puis la serchane sortit de l'eau complètement. Son torse, vaguement humain, s'élevait à près de 3 mètre de haut, et ses écailles noires luisaient à la lumière de la lune, lui donnant une aura fantomatique. Sortant complètement sa queue de serpent de l'eau, elle se laissa glisser vers les deux amis.
Le tout dans un silence absolu.
Elle les observa un instant, sans mot dire, de ses yeux froids et reptiliens, puis dit d'un ton sec et cassant :

-Parlez, Orzaaliens. Les Serchanes vous écoutent.

Thaddeus inspira puis expira pour calmer son cœur sur le point d'exploser, puis il s'avança d'un pas vers la créature.

-Mon nom, commença-t-il, est...

-Thaddeusss Dreadssstone, coupa la serchane. Nous sssavons.

Il s'interrompit, perturbé et angoissé, puis poursuivit, encouragé par Lucyll d'un hochement de tête :

-N-nous sommes ici au nom du Duc Ergaïl d'Orzaal. Nous venons demander votre assistance.

La créature qui leur faisait face joignit les mains et commença lentement à ramper ramper autour d'eux. Sur un ton mielleux qui surprit les Orzaaliens, elle répondit :

-Nous vous écoutons...

-Des combats se préparent, dit Lucyll. Nous avons besoin de votre soutien contre nos assaillants, il faudrait que....

En un instant la serchane s'était tendue comme une corde d'arc, et son visage fut à quelques centimètres de celui de Lucyll, la nageoire rayonnée de son dos vibrant avec fureur.

-INACCEPTABLE!! cracha-t-elle. Le Duc doit demander l'accord des Ssserchanes avant d'entrer en guerre!

-Nous n'avons pas choisi ce combat! hurla un Thaddeus pris de panique. Eux nous attaquent!

La serchane se détourna d'une Lucyll pétrifiée et se dirigea vers Thaddeus, lentement, silencieusement. Et recommença à tourner autour de lui.

-Je sssens ta peur, humain,sussura-t-elle en faisant crisser ses longues griffes sur l'autel de pierre. Tu dis vrai. Continue...

Thaddeus déglutit et dit :

-Nous allons concentrer les troupes ennemies dans le village. Nous voulons que vous leur t-tendiez des embuscades près des c-canaux, que vous les effrayiez, les dispersiez...

-Et qu'avons nous à y gagner? demanda-t-elle.

Les deux Orzaaliens eurent un moment d'incompréhension.

-Mais... bredouilla Lucyll. Mais le pacte...

-Le pacte, lui rétorqua la serchane, ssstipule que nos peuples doivent sse défendre l'un l'autre. Où ssserez vous quand MES hommes risssqueront leurs vies pour vous?? A l'abri! Dans votre présssieuse citadelle!!

Elle débordait de rage et d'amertume, et l'énorme machoire située sur son ventre émettait un détestable chuintement de chitine. Les Orzaaliens avaient sous estimé l'intelligence et l'indépendance des serchanes, et se retrouvaient avec un allié qui ne voulait plus les aider. La représentante du peuple des eaux s'en retourna vers le puis en disant :

-Vous défendrez très bien vos murs sans notre aide, Orzaaliens. Nous ne vous aiderons pas.

-Mais vous n'avez pas le droit!! s'insurgea Lucyll. Ce n'est pas juste!!

Mais la serchane l'ignora.

-Madame, je vous en conjure, implora Thaddeus. Nous ferons ce que vous désirez!

A ces mots en revanche, la serchane s'arrêta, et se retourna vers eux, un demi sourire sur ses lèvres si étrangement humaines.

-Il y a peut être un moyen... sussura-t-elle. Sssavez vous ce qu'est une dette de sang, Thadeuss Dreadsstone?

Thaddeus le savait. Une dette de sang liait 2 individus par une chaîne. Si il nouait une dette de sang avec la serchane, il devrait la payer, qu'elle que soit la requête de celle ci. "A qui ne respecte pas une dette de sang, les dieux font subir mille tourments" disait la tradition. Et ce genre de présages n'était pas à prendre à la légère. Il hésita, et détourna les yeux. C'était une lourde décision...

-Très bien, dit le serpent, retournant vers le puis. Si votre village vaut si peu....

-Attendez!!

Thaddeus inspira, puis expira.
Tirant son sabre, il se fit une large entaille dans la main, puis la présenta, paume ouverte, à la serchane. Celle ci eut un sourire satisfait, puis de même, s'ouvrit la paume à l'aide d'une de ses griffes. Enfin, attrapant la main du professeur, elle mêla leurs deux sangs.

-Mon nom est Yiilla, dit elle, maîtresse des Serchanes du clan d'Asaray. Nous nous reverrons bientôt.

Et sur ces mots, elle replongea dans les canaux. Sans voix, Thaddeus contempla sa main droite. Elle était couverte du sang noir et épais de la Serchane. Sans prévenir, Lucyll lui décocha un coup de poing dans l'épaule.

-Aouw! Mais ça fait mal!

-Tu l'as bien mérité, grand dadet! lança-t-elle. Maintenant, elle va te le faire payer!

-Vous voyiez autre moyen?

Elle leva les yeux au ciel et sortit du temple à grands pas, éblouie par les premières lueurs de l'aube.

-Bon, dit-elle, suite du programme. Moi je vais voir Erg' pour lui dire comment s'est passé tout ça. Je m'assurerai au passage que les villageois sont bien rentrés. Toi, t'as des pétards à placer! Va me chercher tous les...

L'aube.

Elle s'arrêta, frappée par cette soudaine réalisation. On était déjà le matin. Confirmant ses craintes, elle put enfin entendre le son tant redouté. Le bruit des bottes, au pas cadencé.

_________________
nyancat  Attention à ce que vous dîtes sur le chat!  nyancat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 562
Date d'inscription : 29/06/2012
Localisation : Hmmfqwaaa? *sors d'une boîte à cookies*
Humeur : Gambade joyeusement tel un poney

Caractéristiques du personnage
Race: Loup-Garou
Magie:
Profession: Princesse (déchue) Dévoreuse de cookies et couturière à ses heures perdues...

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Lun 22 Juil 2013 - 19:05

Le soleil pointait son nez orangé lorsque le Général Ereh put enfin contempler à loisir le village d'Orzaal. Le pas cadencé des troupes rythmait les battements de son cœur, et il avait le sentiment délicieux que sa mission touchait bientôt à sa fin. Il arrêta son imefao, lui fit faire une volte sur place pour se tourner vers son armée. Les soldats, dans un ensemble parfait, s'immobilisèrent au "Halte!" que le général hurla.
- Comme vous tous ici peut le constater, nous sommes arrivés devant Orzaal! claironna-t-il avec satisfaction. Nous allons dresser le campement ici même. Chacun ici connait sa tâche, je veux que tout soit finit avant midi. EXÉCUTION!

Tandis que tout ce petit monde s'affairait, le général Ereh alla s'installer dans sa tente s'entretenir avec ses lieutenants. L'un d'eux, un grand maigre impulsif, argua qu'il fallait attaquer immédiatement le village, prendre des otages, brûler les maisons, et pour clore ce joyeux programme, décapiter le Duc d'Orzaal après avoir pris le Manoir.
Ereh écouta sans un mot ce discours enflammé, puis ordonna au lieutenant d'aller éplucher des patates, "et plus vite que ça incapable!"
- Bien, marmonna Ereh une fois le malheureux parti à sa corvée de pommes de terre. Sauf si l'un de vous souhaite ajouter ses idées à ce premier ramassis d’imbécillités, nous pouvons commencer.
Le silence qui suivi fut éloquent.
- Parfait ! De toutes évidences, nous n'allons pas attaquer Orzaal pour le moment. Je veux deux lieutenants, trente soldats, un sorcier et deux laquais aux portes du Manoir dans une heure avec la rançon. Ces.. personnes verront ainsi que nous sommes des êtres civilisés et pacifiques et que nous souhaitons résoudre cette fâcheuse situation de la meilleure façon qui soit. Contrairement à eux d'ailleurs. Poster des Dryades en embuscade, si ce n'est pas lâche et traître!... Nous avons une bonne dizaine de blessés maintenant.
- Dix-sept exactement mon Général ! proclama un lieutenant, l'air fier comme un Corivert.
- Et s'ils refusent devons-nous..? s'enquit le Lieutenant Rnéo.
- Oui. Mais cela m'étonnerait fortement qu'ils restent bornés devant une pareille somme! ricana Ereh.
Sur ce, il se leva et alla faire des papouilles à son imefao (qui répondait au doux nom de BobKiwi), resté attaché devant sa vaste tente de Général.

Une heure plus tard, la délégation Emerisienne se tenait aux portes immenses du Manoir. Quelques instants passèrent après que le Lieutenant Rnéo ai demandé à parler avec le Duc, puis plusieurs têtes apparurent par dessus les murailles, dont celles des deux principaux représentants d'Orzaal : le Duc et sa sœur dryade Üdjinn.
- Nous venons en paix ! déclama Rnéo, sa voix magiquement amplifiée par le sorcier qui se tenait derrière lui, tel un tigre-panda embusqué. Je parle au nom de tout le Royaume d'Emeris, qui suite à la mort tragique de son roi, réclame la meurtrière Dimna d'Emeris! Nous savons que vous hébergez cette dangereuse criminelle sous votre toit, et souhaitons l'emmener à Emeris, où elle sera jugée pour l'assassinat du défunt Roi Remur en toute impartialité, afin que justice soit faite! Nous ne sommes pas vos ennemis, et pour vous prouver notre bonne foi, nous avons ici de quoi vous remercier de nous livrer la princesse déchue!

Sur ces bonnes paroles, deux laquais firent avancer la charrette. Celle-ci était chargée de pièces de palladium retenues par un filet tendu à craquer. Malgré le désintérêt d'Ergail pour l'argent, la somme lui arracha un petit sifflement éberlué. On pouvait dire qu'Emeris mettait le paquet pour retrouver son ancienne princesse ! Heureusement qu'Amy n'était pas à coté, elle aurait sans doute fait une crise cardiaque en voyant tant d'argent refusé... Il prit donc une longue et profonde inspiration avant de répondre au Lieutenant, rassemblant ainsi autant de calme, de diplomatie et d'assurance que possible.

_________________
- Qu'est ce que tu veux être quand tu seras grand ?
- Heureux!
- Tu n'as pas compris la question...
- Vous n'avez pas compris la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Lun 22 Juil 2013 - 20:10

Du calme, il lui en faudrait beaucoup. Il se remémora ses prévisions, se coupa de l'extérieur quelques secondes. Il y eut un profond silence. Puis il proclama :
-Aucun de nos ressortissants ne sera vendu quelque soit la somme.
Le général ennemi en fut profondément choqué, comme si cela dépassait le domaine du concevable :
-Vous êtes fou, il y a de là acheter votre village et plus encore !!
-J'en ai pleinement conscience général. Cependant je préfère que le village soit pauvre et mes gens en sécurité plutôt que l'inverse. Et vous savez général.
-Quoi ? fit-il en serrant les dents
-Nous ne sommes pas pauvre. Asséna le Duc
Udjïnn frappa son front de la main … son frère avait toujours eût le talent de créer des guerres et des batailles de manière très inventive.
-Cependant j'aimerais avoir une entrevue avec vous général. Accepteriez vous de venir me rejoindre dans notre enceinte ? Demanda t-il Conformément à la règle des pourparlers, aucune action militaire ne sera faite, rien ne sera tenté.  
La dryade releva la tête brusquement et regarda Ergail, surprise. Ça c'était une grande première !
-Non ! Répondit le général Ereh fou de rage, vous n'avez qu'à venir vous même ! Je ne suis pas votre laquais.
-Très bien, j'arrive alors. Accorda Ergaïl, toute chaleur disparut de sa voix.

Quelques minutes plus tard, Ergaïl se trouvait dans la tente de Ereh. A l'entré de la tente, Udïnn et une poignée guerriers du village étaient face à autant de gardes du corps richement armés. Les deux camps se regardaient en chien de faïence. L'arrivé d'Ergaïl ne c'était pas passée sans quelques anicroches.
A l'intérieur la discutions commençait tout juste.

-De vous à moi, vous ne vous appelleriez pas Ergaïl d'Orzaal que je vous prendrais pour un fou. Vous avez été un général reconnu pour son courage et son sens tactique. Mais malgré toute la considération que j'ai pour vous, je juge votre choix inopportun. Exposa Ereh
-Mon nom est connu ? C'est amusant.
-Oui, aussi pour vos coups de sang je dois dire, dit-il avec un sourire amusé.
-Ha, je comprends mieux ! Vous avez accès aux archives des services d'espionnage d'Emeris n'est-ce pas ? Demanda le Duc
Il acquiesça
-J'ai été général dans une contré à quelques centaines de kilomètres d'Emeris, j'ai combattu durant des années pour les Dryades, pour un camp qui me semblait juste.
-Pourtant ?
-Pourtant un soldat, quelque soit la justesse de ses actes, après avoir donné la mort à de multiples reprises, cherche un foyer.
-Vous me parlez d'Orzaal n'est-ce pas ?
-Oui, nous aurions pu continuer cette guerre mais moi et les miens étions lasses de ces années de batailles et de mort. Je voulais construire quelque chose de bien, plutôt que de de tuer encore et toujours. Je voulais un refuge pour mes compagnons d'arme. Des personnes qui n'étaient pas des soldats mais mes camarades, mon entourage depuis mon enfance.
Le silence régna durant quelques minutes, puis le général le rompit.
-Vous êtes considéré dans mon pays comme des barbares. Vous encore plus que vos gens. Nous savons tout deux la sauvagerie avec laquelle vous avez prit part à cette guerre général. D'aucun pourrait penser en regardant votre comportement que vous n'y avez pas prit plaisir.
-Je ne souhaite pas parler de cette sombre période, répliqua le Duc.
Ereh sourit en voyant la mine renfrognée de l'Orzaalien.
-Que souhaitez vous alors ?
Ergaïl planta son regard dans ses yeux.
-Nous savons tout deux que les généraux d'Emeris ont une espérance de vie limitée. Surtout en ces temps troublés. Vos soldats sont pour beaucoup fait pour les galerie. Je sais que vous même, vous le pensez. Vous avez donc recruté quelques mercenaire pour être entouré de quelques personnes expérimentés. Tout les autres sont des soldats de parade, qui n'ont rien connut de pire qu'une bagarre de taverne. Exposa Ergaïl.
-J'imagine que vous aussi vous avez un bon réseau d'informateurs. Se crispa t-il.
-Tout mes villageois ont connu la guerre, il savent tous se battre. Peut-être qu'ils ont un moins bon armement, mais ils de bonnes raison de ce battre. Abandonnez, et vous pourrez vivre paisiblement ici, plutôt que de finir égorgé dans un cachot à Emeris.
C'est à ce moment que le général s'énerva :
-Pourquoi refusez-vous de nous livrer cette tueuse, cet assassin traître à son sang. Je vous estimait, je pensais que vous seriez raisonnable ! Mais vous ne me laissez pas le choix ! Je vais vous écraser vous et votre ridicule village.
-Elle est innocente ! hurla Ergaïl
-Innocente ? Elle a éventré des dizaine de personne dans sa fuite ! Vous abritez un monstre !
Ergaïl cilla
-Vous ne le saviez pas ? Le railla le général. Vos informateurs ne sont pas si bons que ça alors. La jeune Dimna est une Lycanthrope !
-C'est impossible, ils ont disparut depuis des siècles !
Dans un claquement de cape, Ergaïl sorti de la tente et se dirigea vers les murs d'Orzaal. Ereh attendit qu'il passe par l'ouverture pour hurler. Préparez l'assaut !

Ergaïl retourna sur les muraille et hurla à l'armée ennemi :
-Nous sommes Orzaal et c'est un havre de paix, toute homme qui brisera cette paix le payera ! Un os pour chacune de nos blessures, du sang pour tout les dégâts. Je suis Ergaïl d'Orzaal et si vous venez, vous serez balayés !

_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Mer 7 Aoû 2013 - 16:58

Le son des bottes claquant sur le pavé ne m’a jamais paru aussi effrayant qu’à ce moment précis. Je m’interromps au milieu de ma phrase. Le regard paniqué que je rencontre sur le visage de Thadd’ est sans doute un parfait reflet du mien. Nous avons trop longtemps parlementé avec la Sershane. L’ennemi est à nos portes et nous sommes tous les deux séparés du manoir par une armée de guerriers aguerris, n’attendant qu’un bon otage pour parvenir à leurs fins. Je ferme les yeux un instant et entrevois en un éclair toutes les complications qui résulteraient de notre capture. Avec deux prisonniers, nos assaillants pourraient se permettre une démonstration de force sous forme d’exécution publique sur l’un de nous pour ensuite proposer de livrer le survivant contre la princesse. Ce scénario n’est qu’une possibilité parmi tant d’autres mais je ne tiens pas à découvrir quels autres stratagèmes les soldats d’Eméris pourraient envisager. Je prends une inspiration, longue, profonde, puis expire lentement pour faire table rase dans mon esprit et me plonger dans cet état de concentration intense dont j’ai besoin à l’approche d’un combat. Je rouvre les yeux, Thaddeus m’observe inquiet.

« On y va. »

La réplique ne souffre d’aucune contradiction. Le temps presse. Je suppose que le meneur de la troupe a demandé à ses hommes d’établir un campement près du village avant de partir parlementer avec le Duc. Comme je le sais déjà, Ergaïl va refuser d’accéder à leur demande. Je sais aussi qu’Eméris ne le supportera pas ; les moyens déployés pour récupérer la princesse sont trop importants pour croire à une reddition. Nous devons donc impérativement rejoindre le manoir avant que les choses ne dégénèrent et que les soldats ne s’en prennent au village, risquant de nous y découvrir.

L’épée au clair, dans un silence parfait, le professeur et moi sortons de la chapelle, tous les sens aux aguets. Le calme règne dans les rues désertes, magnifiées par le soleil tout juste levé, dont les pavés luisent d’éclats dorés, reflets des rayons matinaux sur la rosée déposée par la nuit. Les bâtiments vides offrent de multiples cachettes, mais le danger est bel et bien présent. Bientôt ces allées seront sillonnées par les hommes d’Eméris, à la recherche de vivres nécessaires au siège ou venus saccager gratuitement les habitations. Ce n'est qu'une question de temps. J’ai les mains moites, comme à chaque fois que la nervosité tente de prendre le pas sur ma raison. Mais ma respiration est posée et régulière, contenant la peur, repoussant la panique, gardienne de mon sang-froid.

Alors que nous empruntons les ruelles secondaires les moins usitées, nous atteignons les limites du village. Prudemment, nous montons dans les étages d’une maison frontalière pour observer nos ennemis. Un camp immense s’étend sur la clairière séparant Orzaal de sa place forte. Des tentes sont déployées sur tout le terrain, des soldats circulant dans ses avenues bordées de toile. De ce côté, impossible de traverser. De jour du moins. M’écartant de la fenêtre, je m’accroupis et chuchote :

« Je ne pense pas que nous serons à l’heure pour le petit déjeuner. »

Cette remarque arrache un sourire à Thaddeus, accroupi lui-aussi, le visage pâle et le souffle saccadé.

« Je ne vois vraiment pas comment nous allons communiquer avec le manoir, mais une chose est sûre, nous sommes pour le moment coincés ici. Ce serait de la folie de tenter de passer à travers un campement comptant autant d’hommes en arme de jour, à la vue de tous. En cas de fouille du village, nous pouvons toujours nous retrancher dans la cave de la taverne dont la trappe est bien dissimulée… »

Je m’adosse au mur, posant mon épée au sol, étendant les jambes sur le plancher ; nous risquons de passer un moment dans cette cachette de fortune.

« Mais en attendant je suis un peu à cours d’idée. Qu’est-ce que tu suggères ? »

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 562
Date d'inscription : 29/06/2012
Localisation : Hmmfqwaaa? *sors d'une boîte à cookies*
Humeur : Gambade joyeusement tel un poney

Caractéristiques du personnage
Race: Loup-Garou
Magie:
Profession: Princesse (déchue) Dévoreuse de cookies et couturière à ses heures perdues...

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Ven 9 Aoû 2013 - 22:34

Dimna soupira lourdement. Elle était confinée dans la chambre qui semblait désormais lui appartenir jusqu'à nouvel ordre... C'était elle qui avait provoqué cette guerre, elle qui était la principale concernée, et pourtant elle restait totalement en dehors de tout cela. Comme étrangère à ce conflit dont elle était l'objet, tandis qu'au dehors les autres s'affairaient, parlementaient et se menaçaient à qui mieux mieux. Tout cela était d'un absurde... La princesse continua à arpenter la pièce en jetant de temps à autre un coup d’œil dans le couloir désert. Mais elle savait que cette accalmie ne durerait pas. Elle avait entendu de loin la déclaration du Duc. Si Ereh ne trouvait pas une alternative, un plan de dernière minute, ils attaqueraient. Et le carnage de la guerre commencerait.

Le soldat Merlev avait toujours été à part. D'un naturel discret, renfermé, il préférait écouter le chant des oiseaux aux bagarres de taverne, et ainsi ne s'était jamais vraiment intégré dans le bataillon. C'est pourquoi, lors de l'expédition au village, il s'isola et faussa compagnie aux autres soldats, qui s'aventuraient avec des airs bravaches dans les premières maisons pour y récupérer des vivres, tout en saccageant avec sauvagerie les pièces. Merlev s'aventura dans une demeure haute et élégante. Il entra discrètement et visita dans un silence parfait le rez-de-chaussé, récupérant une miche de pain oubliée, un panier de vieilles pommes... Il répugnait cependant à tout vandaliser, et charmé par la maison, se permit d'en gravir les escaliers. Et ce toujours dans un silence idyllique, c'était là sans doute son seul talent. Il jeta un regard dans les pièces par l’entrebâillement des portes, et ne put résister à l'appel de l'unique porte close. Il posa la main sur la poignée, et l'ouvrit avec délicatesse. Son regard se posa sur le squelette d'un immense lit de bois, sur les fleurs fanés à la fenêtre... Puis sur les deux personnes qui le regardaient avec des yeux ronds, lui le soldat d'Emeris silencieux au visage doux et serein. Si Merlev avait de la compassion pour le beau village d'Orzaal, il n'en avait pas pour ses habitants. Il hurla :
"DEUX ORZAALIENS SONT ICI !"

Lucyll et Thaddeus réagirent enfin, passé l'instant de stupeur. Lucyll dégaina son épée, mais avant même qu'elle ai pu s'en servir, une fiole vola et explosa au pied du soldat aux traits délicats. Une fumée grise s'en échappa, le soldat les observa une dernière fois de ses étranges yeux immenses et s'écroula.
- Heu... c'est quoi? marmonna Lucyll.
- Une de mes dernières expérimentations. Le truc, c'est que la fumée se répand vite.
- Ah. Et donc...?
- Il vaudrait mieux qu'on sorte d'ici. ET VITE!!
Lucyll ouvrit la fenêtre à la volée et sauta en s’agrippant brièvement au rebord avant de se laisser glisser dans la rue. Thaddeus l'imita. Avec un peu moins d'habilité peut-être... Une fois en bas, ils firent une chose très intelligente. Ils se mirent à courir. Bon ça aurait sans doute été plus intelligent s'ils étaient partis dans l'autre direction. Parce qu'ils tombèrent nez-à-nez avec le bataillon qui fuyait lui aussi quelque-chose. En effet, les Serchanes qui étaient sorties des caneaux et défendaient de toutes leurs griffes les maisons contre les vandales. Ils se dévisagèrent un bref instant. Ce fut sans doute le crissement d'une Serchane qui arracha le lieutenant Rnéo de son hébétude.
" Attrapez-les!!"
Thaddeus et Lucyll firent demi-tour dans un dérapage presque artistique, et se ruèrent en avant. Les soldats se lancèrent à leur poursuite avec des hurlements barbares, tandis que d'autres restaient combattre les Serchanes enragées. Thaddeus balança au hasard ses fioles derrière lui, semant la destruction sur leur passage et abîmant par la même occasion les belles routes pavées du village. Quel sauvage. Lucyll, jouait de son épée lorsqu'un guerrier un peu trop véloce s'approchait d'elle.

A suivre...

_________________
- Qu'est ce que tu veux être quand tu seras grand ?
- Heureux!
- Tu n'as pas compris la question...
- Vous n'avez pas compris la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Sam 10 Aoû 2013 - 10:51

Ergaïl était sur les remparts. Pour le moment il repoussait avec quelques soldats en première ligne les ennemis qui montaient sur les rempart. C'était un exercice de coordination entre les combattants défenseurs plus que d'une quelconque épreuve de force. Et les soldats d'Emeris étaient mis en échec. Il faut dire que ces derniers attaquaient les rempart simplement pour les empêcher d'apporter assistance au village. Un rire sardonique et puissant monta de sa gorge lorsqu'il vit les soldats d'Émeris être rabattu par les Serchanes. Elles avaient l'avantage de la surprise, du terrain et de la terreur. Pourtant, le Duc aurait pensé qu'elles n'attaqueraient que la nuit venue. Il saurait récompenser ce geste entre leurs peuples.
Parade, rire narquois, estoc
Un soldat ennemi peu leste, incapable d'esquiver la pointe de la hache d'Ergaïl, tomba des remparts avec la grâce et la légèreté d'un pavé. Un sourire cruel s'afficha sur le visage du Duc. Puis il gronda :

- Voilà ce qu'il vous attend Soldats d'Emeris !
Il se battait sans carte depuis qu'il était général, car les victoires se jouaient souvent plus sur morale des troupes. Et que la carte étaient dans sa tête. Pas de tente luxueuse pour lui. Mais d'habitude il luttait avec ses lieutenant. Et bien qu'il ne le montrait pas, il se faisait du mouron pour ses deux principaux lieutenant qui n'étaient pas encore rentrés et qui se battaient aussi probablement. Alors, il pris un coup d'avance sur ses ennemis :
- Je veux que les dryades aillent me capturé avec Udjïnn une quinzaine d'ennemis. Nous en aurons besoin.
Puis après que son camarade de gauche soit parti porter l'ordre, Ergaïl se retourna pour trouver deux ennemis face à lui. Contents d'être monté en haut. La chute n'en fut que plus douloureuse. Dans un geste fluide il lança un long couteau de chasse. Parti des frondaisons de sa ceinture, il atteignit sans mal la jointure de l'armure du premier soldat, qui s'écroula au sol. Il se contenta d'un gigantesque coup de pied pour le second. En plein thorax. Ce qui lui permit de retourner rapidement à son camp, malgré un angle de cou qui n'était pas inscrit dans les livres de médecine. Le Duc eût un rire puissant qui porta dans tout le village d'Orzaal. Puis jeta par-dessus les remparts le corps de l'homme inconscient au sol.

_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org

Messages : 562
Date d'inscription : 29/06/2012
Localisation : Hmmfqwaaa? *sors d'une boîte à cookies*
Humeur : Gambade joyeusement tel un poney

Caractéristiques du personnage
Race: Loup-Garou
Magie:
Profession: Princesse (déchue) Dévoreuse de cookies et couturière à ses heures perdues...

MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   Sam 10 Aoû 2013 - 14:03

...

Lucyll frappa un soldat à la jambe, pirouetta pour en empaler un autre. Thaddeus avait sorti son sabre et jouait de sa lame avec autant de dextérité. Mais aussi bons guerriers soient-ils, les ennemis étaient trop nombreux et les avaient encerclés, rendant toute retraite impossible. Lucyll fut séparée habilement de son compagnon, et ainsi isolés, ils furent vite acculés et désarmés. La jeune femme tenta un sortilège, avant de se rendre compte que le soldat qui la tenait portait un bracelet épais de métal. Du tantale. Rendant toute magie impossible. Ils se débattirent, mais on leur passa des menottes (toujours en tantale), les ligota et bâillonna, et ils furent emmenés hors du village. Vers le campement d'Emeris...

Leur arrivé fut accueilli avec une immense satisfaction. Les soldats acclamaient la troupe, la joie et le soulagement se lisaient sur chaque visage, car la venue de ces otages ouvraient de nouvelles perspectives et leur offrait un délicieux avantage. Le général Ereh s'avança. Il dévisagea Thaddeus, puis Lucyll, qui se débattaient en jetant des regards furieux et catastrophés autour d'eux. Un sourire de serpent se dessina sur la figure de l'homme, et il dit d'une voix mielleuse:
-En voilà une bonne surprise! Lieutenant, sonnez la retraite, nous avons là des visiteurs des plus intéressants.
Il se permit une pichenette sur la joue des deux prisonniers, se délectant de leur rage et leur impuissance. La retraite fut sonnée, les troupes d'Emeris firent demi-tour, laissant les Orzaaliens victorieux qui poussèrent un hurlement de joie sauvage et de triomphe, ignorant le drame qui se déroulait au campement.

- Orzaaliens! J'ai un message à faire passer à chacun d'entre vous!
Au Manoir, on se remettait tout juste de la première victoire, et ce cri venant du bas des remparts surprit tout le monde. Chacun prit ses armes, au cas-où, et se rendit ainsi en haut des murs afin de voir ce qu'on pensait être une menace inutile et désespérée, ou mieux, l'annonce de la reddition des armées ennemies.
Le général Ereh en personne se tenait en contrebas, à distance respectueuse, hors-de-portée, mais parfaitement visible. Un sorcier à ses côtés amplifiait sa voix afin que tous puissent entendre son ton menaçant et féroce.
-  Emeris est un peuple fier et impitoyable. Emeris est un peuple conquérant. Emeris est un peuple juste… Qui réclame la meurtrière de son Roi ! Et Emeris écrasera quiconque se dressera sur son chemin ! Orzaaliens ! Voici votre destin à tous si vous ne capitulez pas ! Voici ce qui vous attend !
Le pas cadencé des soldats résonna dans le silence parfait qui s’était créé. Encadrés par le bataillon, ligotés, menottés, un bandeau de tissus enserrant leur bouche sans pitié, les deux otages s’avancèrent alors. Le choc fut brutal lorsqu'en haut des murs, on reconnut les prisonniers. Thaddeus et Lucyll furent amenés devant Ereh qui savourait son effet. Il se glissa derrière la jeune femme et écarta avec délicatesse ses cheveux blonds pour lui dégager le dos et la nuque, ignorant les contorsions de la prisonnière pour se défaire de ses liens. C’était inutile, et elle le savait. Comme les derniers soubresauts d’un animal entre les griffes du prédateur. Déjà mort.
- Ceci est mon dernier avertissement, reprit Ereh, sa voix à présent tranquille, posée, presque amicale.  Livrez-nous la princesse Dimna, et vous aurez la vie sauve. Livrez-nous la meurtrière et nous vous rendrons le second prisonnier  vivant. Sinon… Il subira le même sort que celle-ci.

Soudain, trop vite pour attendre la moindre réaction, Ereh dégaina un long sabre à la courbe parfaite, dans un chuintement métallique délicat. Tout se déroula comme au ralenti, alors que la scène ne dura que quelques secondes.
Sa main gauche agrippa l’épaule de sa victime. Il replia le bras droit.
La lame se lança en avant.
Un crissement, un bruit écœurant, des gouttes de sang étincelèrent brièvement au soleil avant de tacher l’herbe de rubis.
Lucyll baissa son visage livide et son regard accrocha la pointe du sabre, éclat d’argent transperçant la tunique déchirée, ressortant de sa poitrine comme une mortelle anomalie.
Elle poussa un soupir haché. Le dernier.
Un filet de sang glissa de ses lèvres ouvertes sur un cri muet.
Le général Ereh retira d’un coup sec le sabre et glissa son arme funeste, ayant accomplie son œuvre, dans son fourreau ornementé.
Le corps fragile, désormais privé de toute énergie, vacilla un instant qui sembla durer une éternité. Ses yeux  levés vers le ciel croisèrent ceux d’Ergaïl horrifiés, avant de n’être plus que deux pierres brunes et vides.
La silhouette sans vie s’écroula dans l’herbe, doucement, sans bruit.

- Je vous laisse jusqu’à ce soir.
Ereh pivota, et d’un geste de la main il ordonna le demi-tour, avec un regard indéchiffrable au Duc pétrifié. Les soldats poussèrent Thaddeus en avant, incapable du moindre mouvement, le visage figé d’horreur et de stupéfaction.  Le sorcier fixa le cadavre, des flammes s’élevèrent brusquement, d’une couleur bleue lumineuse, en un brasier trop parfait et peu naturel. Quelques secondes suffirent, et du corps de Lucyll il ne resta plus que des cendres sombres qui disparurent avec le souffle du vent.
Seuls restèrent l’étendue d’herbe vide au pied des remparts, et les Orzaaliens encore trop choqués pour réagir.
Et le silence, lourd et glacial.

_________________
- Qu'est ce que tu veux être quand tu seras grand ?
- Heureux!
- Tu n'as pas compris la question...
- Vous n'avez pas compris la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bataille et escarmouche contre Emeris ! [fin Mial 1301]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Clinton : Une bataille féroce contre Obama
» Bataille De Desaix contre De Duroc
» Palais de Caras Galadhon
» Rapport de bataille Eldars d'Iyander contre Korsairs Orks
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domhan :: Fauteuils près de la cheminée - RP :: Région d'Orzaal, ses chutes d'eaux, ses forêts, ses montagnes-