Domhan
Dans un univers féerique, des personnages aux destins héroïques naissent du bout d’une plume guidée par l’imagination. Cherchant un moyen de réaliser leurs rêves les plus fous au gré d’aventures et de rencontres, magiciens, guerriers ou bandits partent pour un voyage qui changera leur destinée. Ils devront faire preuve de force et de courage, d’ingéniosité et de talent pour trouver la porte qui les guidera jusqu'à l’objet de leur convoitise. Aux quatre coins d'un monde aussi magnifique, qu’hostile, rempli d’êtres et de créatures de légende, le combat ne fait que commencer…
Alors écris ta propre histoire, incarne ton héros et pars à l’aventure dans le passionnant univers magique de Domhan !

Domhan

Ce forum est un lieu de Rôle-Play et d'évasion créé par un cercle d'amis.
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrer

Partagez | .
 

 Orzaal, les origines [Mial 1294]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Orzaal, les origines [Mial 1294]   Lun 20 Juil 2015 - 0:02

« Il faut que nous avancions »

La Serchane semblait sur le qui-vive, tous les sens en alerte.

- Qu’y a-t-il ? demandai-je inquiet.

- Il existait deux castes chez les Serchanes lorsque je suis partie. Les gorgones, qui forment la caste dirigeante, sont contre la fuite de notre peuple et tuent toutes celles qui s’approchent du porche. Si elles nous voient nous sommes perdus, il nous faut absolument rejoindre mon clan rapidement.


Sans plus de discussion nous nous mîmes en route, suivant Isa. Elle semblait connaitre les lieux par cœur, malgré ses années d’exil. Je faisais attention à chacun de mes pas, tout comme les autres car le sol recelait des pièges comme des sables mous particulièrement. Quand je levais les yeux c’était pour découvrir un paysage morne. Les arbres semblaient malades comme le reste et montraient des traces de blessures, l’eau jadis poissonneuse était maintenant trouble et saumâtre, même les rochers semblaient troublés par toute cette dégénérescence et paraissaient ternes.

Plus nous avancions plus les abords des ilots semblaient hostiles et marécageux. Nous progressions en usant de la magie ce qui épuisa vite Raphael, cependant, impossible de faire autrement. Nous étions tous silencieux, attentifs au moindre bruit. L’inquiétude de notre guide était palpable, instaurant une sorte de tension sur notre groupe. Moi-même j’étais anxieux pour toutes ces âmes piégées.

Et puis soudain, au détour d’un bosquet nous arrivâmes. L’endroit était construit de bâtiments en pierres calcaires. De grandes colonnes montraient toute la prospérité antique de ce lieu. Il y avait de nombreuses sculptures dont des statues. L’une d’elle se démarquait par sa majesté et sa finesse : une splendide statue d’albâtre représentant une Serchane à l’air altier dont le visage était partiellement couvert par un masque. Pourtant, je n’avais aucune envie de les contempler. Les lieux étaient propres, mais l’on y sentait la pauvreté et le désespoir. Il y avait beaucoup de Serchanes, toutes désœuvrées et désemparées. Les voir me faisait mal. Elles avaient les traits creux, les écailles ternes qui semblaient prêtes à s’effriter, le teint presque cadavérique. Leur minceur famélique me tordait les boyaux, j’en étais bouleversé. Il n’y avait plus de lumière dans leurs yeux, plus de combativité, il n’y avait que celles de révolte et de rage dans ceux d’Isa.

- C’est encore pire que quand je suis partie, murmura t-elle.

_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Orzaal, les origines [Mial 1294]   Lun 20 Juil 2015 - 15:22

La cité semble ancienne, vestige d'un passé florissant et prospère. Des colonnades, des statues, des arches de pierre, les bâtiments sont bien conservés, peu de traces d'usure, signe d'un savoir faire de qualité, donnant vie à la richesse d'une ville d'antan. Les habitantes contrastent donc cruellement avec ce lieu, modèle de décrépitude, de maigreur et de misère. Où que mes yeux se posent, je ne rencontre que des visages creux, l'expression défaite et le teint maladif. Notre arrivée ne déclenche que quelques regards vagues, comme si même la curiosité était devenue trop dure à surmonter. La plus proche ne fait que lever le menton pour le laisser retomber sur sa poitrine, la lassitude baignant chacun de ses mouvements.

Si les Sershanes, de part leur aspect reptilien, leur grande taille et la sévérité de leurs traits m'effrayaient au premier abord, je ne peux plus ressentir que de la pitié à la vision de ce peuple dévasté. La plupart de mes compagnons affichent des expressions proches de la mienne, n'y ajoutant que diverses nuances : gêne, malaise, bouleversement, compassion, tristesse. Seule Isa détonne parmi eux, son visage crispé évoquant plutôt une sourde colère, symptôme de l'injustice, exact opposé du désespoir de ses semblables. Elle s'avance au devant de notre groupe et lance cette harangue :
"Mes sœurs ! Je reviens d'un autre monde où la fierté nous sourira de nouveau ! Que nos enfants ne meurent plus de faim, que la peur ne nous étreigne plus, que notre peuple se relève de ses cendres pour un renouveau inattendu ! Ecoutez-moi et reprenez espoir !"

Tout comme les Dryades, les Sershanes semblent n'être que des femmes. Ce détail insolite pique ma curiosité mais je ne m'y attarde pas, l'heure n'est pas à cela. La tension de notre marche silencieuse ne m'a pas quittée. Je scrute l'assemblée à la recherche d'un rictus ennemi, d'une fuite discrète, n'importe quoi qui puisse trahir l'un des membres de la caste de Gorgones, réticente à notre échappée. Je sais que nous sommes censés nous adresser au clan allié de notre guide, mais je doute néanmoins que nous soyons parfaitement en sureté. La méfiance fait partie de moi et pour longtemps. Je suis donc sur le qui-vive, attisé par la franchise de l'annonce d'Isa qui affiche clairement ses intentions et attend visiblement une réponse, que l'une des Sershanes se désigne comme porte-parole ou que quelqu'un pose une question.

Le ciel gris au dessus de nos têtes s'assombrit, le temps tournant à l'orage. La pluie commence timidement à tomber.

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Orzaal, les origines [Mial 1294]   Mer 22 Juil 2015 - 0:52

Les regards se tournèrent lentement vers nous, hagards. Une seule d’entre elle se leva. Elle semblait bien plus vieille que les autres et lorsqu'elle ondula légèrement vers nous je cru que ses écailles blanchies allaient se détacher avec le frottement du sol. Pourtant, malgré la faiblesse, ses yeux étaient encore alertes.

- Bienvenue chez toi Isa dit-elle doucement.

- Merci Sonora, répondit-elle émue, mère est ici ?

Un silence triste répondit à la question, avant que la vieille Serchane ne le lève.

- Les gorgones ont décidé de diminuer encore notre nombre pour pouvoir survivre à la famine. Pour résoudre ce problème pacifiquement elles nous on fait une offre. Celles qui se sacrifiaient volontairement pouvaient donner une partie de leur ration à l’un de leurs proches. La santé de ta sœur ne cessait d’empirer et ta mère a donné son âme à la Déesse pour la sauver et lui donner une chance de se rétablir. Elle ne pouvait plus supporter la faim et la souffrance de sa fille.

La statue de cette divinité nous dominant me parut tout à coup sinistre.  Les larmes silencieuses de notre amie me firent mal au cœur.

- Maudites soient les Gorgones et leur Déesse ! Elle et ce monde n’ont plus rien à nous offrir, je suis venu avec de grands guerriers qui ont accepté de nous aider pour nous en délivrer.

La vieille sage se fit pensive.

- Vous avez réussi à passer l’Hydre, c’est un exploit. Mais comment pourraient-ils toutes nous délivrer ? Il a fallut plusieurs guerrières pour te permettre à seulement toi de passer. Loin de moi l'idée de mettre en doute vos capacité, dit-elle en nous regardant, mais je ne pense pas que vous soyez à la hauteur de l'insurmontable.


_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Orzaal, les origines [Mial 1294]   Mer 29 Juil 2015 - 2:52

Les extrémités auxquelles sont réduites les Sershanes me tordent l'estomac. Un coup d'œil à la statue divine me fait serrer les poings : comment peut-on élever un être au dessus de tout et perpétrer de telles atrocités en son nom sans être puni pour ces crimes ? Réduire des gens à mourir afin de laisser à d'autres une maigre chance de survivre à une famine morbide, n'est-ce pas là la preuve de la faiblesse d'un Dieu et de son culte ? Un malaise qui m'est familier depuis peu remue mes entrailles, une bouffée de haine à l'encontre des divins enflamme mon regard. Nous sauverons ces Sershanes. En cela nous surpasserons leur Déesse, misérable et absente. Si un œil avait été suffisamment attentif, il aurait pu voir une faible lueur pulser à travers le bandage de mon bras droit, ma main s'ouvrir et se refermer dans un sursaut nerveux, mais tous sont fixés sr Isa. Je me force à me détendre d'un mouvement de la nuque, déplie mes doigts et les agite pour les décrisper. Je surprends Frode à m'observer, me questionne sur ce qu'il a aperçu, mais la colère que j'éprouve pour le moment me détourne de cette préoccupation.

Isa entraine quelques Sershanes avec elles vers l'intérieur de l'un des bâtiments pour discuter. Cela ressemble à des bains dallés de marbre gris perle veiné de vert émeraude. Tout le mobilier y est de pierre, souvent émoussée, figurant de petites tables. La lumière y entre par un savant jeu de reflet sur les surfaces polies des murs. Un grand bassin central et circulaire, dont l'eau clapote doucement, orne le centre de la salle. Probablement un espace de repos, de discussions et de rencontres pendant son âge d'or, il n'est plus qu'un vestige triste d'un passé révolu. Notre guide expose à la matriarche la façon dont nous avons tenu l'hydre à distance, nous permettant de passer à sept sans encombre. La vieille Sershane l'écoute sans l'interrompre, une once d'espoir animant son regard creux et intelligent. "La fureur du monstre est sans doute sans égal, mais si ce stratagème permet de faire échapper notre clan à la fin misérable qui nous attend, alors tentons notre chance." argumente Isa tentant de la convaincre plus que toute autre. Sa voix est pressante, presque suppliante. Il est évident que nous parviendrons à sauver un grand nombre des siens, même si affronter une seconde fois l'octocéphale semble terriblement risqué.

La vieille sourit de ce sourire triste qu'ont les gens espérant avoir tord : "Ma chère, tu sais bien que la présence des gorgones est inévitable ? Ce seront-elles qui anéantiront notre peuple si nous tentons de passer. Elles combattront avec l'hydre et alors tout sera perdu." J'en ai assez entendu. De la peur, du désespoir, voilà ce qui anime encore les quelques âmes qui survivent ici. Je m'avance pour m'introduire dans le dialogue, ignorant leur haute taille intimidante face à ma propre carrure, petite et frêle en comparaison. Tandis que les Orzaaliens laissaient la discussion au soin du peuple concerné, respectant certainement un code de politesse en présence d'autorités étrangères, j'ai décidé d'agir. Je capte l'attention de la matriarche. J'attaque sans plus attendre.

"Pourriez-vous nous décrire ces gorgones que vous craignez tant ? Sont-elles plus terribles que vous ? Mieux armées ? Mieux nourries ? Soutenues par leur Déesse magiquement ou de quelque façon que ce soit ?" Comme Isa, j'ai volontairement exclue son clan des adorateurs de la divinité, comme s'ils étaient affranchis de ce joug. "Doit-on les craindre de par leur nombre ? Possèdent-elles des pouvoirs dont vous êtes dépourvues ? Un essor sur l'hydre ? Combien êtes-vous ? Combien de valides ? De quoi disposez-vous pour vous défendre ? Vous déplacer ? Vous dissimuler ?" Mes questions s'enchainent, strictes, presque militaires, comme un adjudant recueillant des informations pour son général. Je cerne peu à peu la situation en recoupant et affinant mes demandes. Je ne m'interromps pas, alignant simplement mes interrogations J'observe le visage mi-femme mi-reptile, guettant ses réactions, anticipant les réponses qu'elle me donnera et ce qu'elle taira, devinant ce que sa fierté sera capable d'avouer. Quand je n'ai plus rien à demander, je m'arrête, croise les bras et la regarde dans les yeux, en silence, attendant qu'elle parle à son tour. Mon visage reflète un sérieux profond. Mon regard est franc, direct et sans appel.


_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Orzaal, les origines [Mial 1294]   Ven 14 Aoû 2015 - 19:22

Je vois Lucyll s’approcher un peu plus, agacée. Au moment où elle capte l’attention de la matriarche, elle la bombarde de questions. L’Aïeule d’abord étonnée répond tranquillement à ma camarade :

- Nous avons des bâtons et quelques arcs, elles ont les armes et les vivres. Moi sommes environ quatre cent et les Gorgones une quarantaine, mais ce ne sont pas de simples Serchanes, à leur naissance la déesse les a prédestinées à garder son temple grâce à un signe simple : des tâches d’écailles au dessus de la ceinture. Elles ont toutes une magie puissante et des talents exceptionnels. Mais Isa ne vous a pas dit … ?

La vielle Serchane se tourna vers notre guide qui prit la parole, énervée.

- Que j’étais une Gorgone d’après elles ? A quoi bon, quelques écailles ne prédestinent personne, même celles dans mon dos ! Je suis allé dans leur ordre et il n’y avait que la misère pour notre peuple. C’est pour ça que j’ai décidé de partir et de ne pas devenir l’une d’elles.

Elle se calma en répondant à Lucyll :

- Peu d’entre nous sont valides, sans nourriture chaque jour certaines n’arrivent même plus à ramper. Les Gorgones possèdent des pouvoirs que les autres Serchanes n’ont pas. Ergaïl en a fait l’expérience, je peux terroriser les gens, ce n’est qu’un exemple banal parmi d’autre. En revanche, ne pense pas qu’elles aient une emprise sur l’hydre, mais elles possèdent tout les trésors des Serchanes, c’est certain. Pour nous déplacer nous savons nager mais de nombreuses anémiées sont à porter dans notre fuite.

_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Orzaal, les origines [Mial 1294]   Ven 28 Aoû 2015 - 4:00

La magie fait pencher la balance. Mais quatre-cent Sershanes contre une poignée ne sauraient être arrêtées par cela. La peur et la faim sont là pour affaiblir d'avantage le clan dominé. Comment leur faire comprendre que, oui, plusieurs d'entre elles tomberont, mais que c'est en faisant front qu'elles parviendront néanmoins à se sauver ? Leur clan semble s'effriter chaque jour. Pourquoi ne pas sacrifier sa vie à s'en sortir plutôt qu'à se résigner ?

"Vous surpassez de dix fois vos si craintes Gorgones. Je suppose qu'elles comptent sur votre nombre pour alimenter un culte qui vous a tourné le dos depuis longtemps ? Alors je vous pose la question : entre mourir ici à attendre que la faim vienne vous prendre toutes une à une, et mourir en sauvant certaines de vos sœurs dans leur fuite, que préférez-vous ? Nous n'allons pas vous proposer d'utopie. Nous ne sommes que cinq et nous ne connaissons pas vos ennemis. Tout ce que nous pouvons vous offrir c'est le maintien d'une porte ouverte sur un monde meilleur en tenant son gardien à l'écart. L'hydre peut être distraite pendant votre passage. Le renversement de l'autorité n'est pas de notre ressort. Une déesse absente et une caste minoritaire privilégiée, voilà ce qui vous gouverne. Si une rébellion était possible, vous l'auriez déjà faite. La fuite est donc votre seule échappatoire. Pour survivre, il faudra quitter ce monde."

Je ne suis ni douce ni gentille. Il faut qu'elles sachent qu'il ne faut attendre aucun miracle. Aucune lumière divine, aucun message mystique adoucissant leur peine et confortant leur choix. Il faut se battre et accepter de tout tenter sans être sûr d'apercevoir l'autre bout du tunnel. Il ne s'est écoulé que trois secondes après la fin de ma tirade quand je suis prise d'un doute affreux :

"Vous… avez tenté de vous révolter n'est-ce pas ? Au moins une fois avant cela ?"

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Orzaal, les origines [Mial 1294]   Jeu 3 Sep 2015 - 22:31

La doyenne sembla se braquer :

- Que pensez-vous ? C’est un massacre qui nous attend si l’on essaye de passer l’hydre ainsi. Nous ne pouvons pas nous battre contre elle et les servantes de la déesse, jeune fille, et vous non plus d’ailleurs. Nous avons déjà essayé, des centaines de Serchanes sont mortes en défiant l’autorité des Gorgones et la vigilance de l’Hydre Gardienne ! Seules trois d’entre nous sont passées et les autres ont subit la colère de cette « caste » comme vous dites, durant toute leur triste vie. Ce n’était pas un sacrifice, c’était une folie, alors épargnez moi vos grandes idées !

Elle nous tourna le dos avec difficulté mais dignité et lança :

- Si vous voulez une chance pour nous, essayez de convaincre les Gorgones !

J’appuyai Lucyll dans ses idées mais visiblement il ne fallait pas s’attendre à une révolte chez les Serchanes.

_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Orzaal, les origines [Mial 1294]   Jeu 3 Sep 2015 - 23:56

Tant de résignation et de fatalisme me dégoute. Notre présence leur assure que l'un des deux barrages à leur liberté sera tenu à distance, et elles ne peuvent imaginer que si l'ensemble de leur peuple fuit vers un monde meilleur, une quarantaine de Sershanes ne saurait toutes les annihiler. Les dieux ont besoin de leurs fidèles. Leur extinction n'est qu'un affaiblissement à sa renommée et son culte. Comme un roi sans sujet. Tant de faiblesse me consterne. Cela doit se lire sur mon visage et je suppose que cela n'est en rien politiquement correct, mais à vrai dire je n'ai pas la moindre envie de cacher la déception que m'inspire cette défaite anticipée d'un peuple qui aurait pourtant toutes les raisons du monde de vouloir se battre pour un avenir. Le renoncement à la liberté est une chose que je méprise. L'esquisse de solution a été jetée avec une telle incongruité que c'en est lamentable. Comment cinq humains pourraient-ils se justifier devant une race et une religion qu'ils ne connaissent pas, afin de réclamer ce qui est puni de mort au sein même du peuple concerné ? Je jette un vague coup d'œil à Isa. Si elle-même ne réagit pas, elle qui nous a prié de l'aider à secourir les siens, elle qui semble posséder des pouvoirs d'ampleur, elle qui est venue guider les Sershanes vers la lumière, je ne vois aucune raison d'aller plus avant pour l'évasion d'un peuple qui refuse de se sauver.

Tout le monde ne peut ou ne veut être sauvé. L'univers est ainsi fait.

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Orzaal, les origines [Mial 1294]   Sam 12 Déc 2015 - 19:25

Le visage de Lucyll exprimait toute sa frustration et plus encore. Pas besoin d’être dans sa tête pour savoir ce qu’elle pensait de tout ça. Personnellement cette histoire me lassait plus qu’autre chose, c’était une énième fois la même histoire dans une version à peine différente : une caste élevait son autorité au dépend de tous, simplement pour obtenir un maximum de privilèges. Etait-ce l’instinct de toute société de tendre vers cela au travers de son histoire ? Je n’en savais rien mais cela faisait réfléchir. Je me dis que pour prévenir, à Orzaal, cet égoïsme des dirigeants, la meilleure façon était d’être au sommet. Solution malheureusement valable pour une seule génération. Mais ce n’était pas vraiment le moment d’approfondir la question. Il fallait régler ce problème et nous n’avions pas des semaines entières pour le résoudre. Chaque jour nous affamerais et nous affaiblirait jusqu’à ce que nous n’ayons plus la force d’affronter l’hydre pour pouvoir sortir.

- Je n’ai jamais aimé les tyrans, énonçais-je d’un ton froid, pas plus les privilèges abusifs. Le mieux serait peut-être d’aller rendre une visite de courtoisie chez ces Gorgones.


Sonora se tourna vers moi, me remarquant.

- Comme je vous l’ai dis, elles sont toutes-puissantes chez elle. J’ai peur que vous ne finissiez mal et que l’on ne retrouve pas grand-chose de vous si vous les contrariez.


- Je vais effectivement les contrarier ! Vous n’avez pas réussi votre révolte, sinon c’eût été une révolution. Mais avec nous, ne voulez vous pas retenter votre chance ? Tous ensemble contre elles, elles ne pourrons pas refuser cette porte de sortie
.

L’avis de la vielle Serchane ne m’importait pas, je le connaissais déjà : elle refuserait acceptant son sort comme une fatalité. Je lui coupais donc toute possibilité de répondre :

- Qu’en penses-tu Isa ? Et vous mesdames ?


Dis-je en interpelant deux autres Serchanes qui se rangeaient trop sous l’autorité de Sonora à mon goût mais qui semblaient ne pas être insensible à nos arguments.

_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Orzaal, les origines [Mial 1294]   Dim 13 Déc 2015 - 1:52

Je tourne mon regard vers l'assemblée, guettant une raison de ne pas quitter immédiatement ce monde voué à l'échec et à la perdition. La diatribe d'Ergaïl semble avoir pris au dépourvu les silencieuses et dociles Sershanes qui assistent à l'échange sans mot dire depuis le début. Se ranger sous l'égide d'un porte-parole a sauvé maints et maints peuples… mais en a condamné aussi. Je balaye les visages qui nous fixent de leurs yeux caves, espérant que l'un d'eux perde sa muette attitude d'attente soumise et clame soudain : "Je me souviens de mon libre arbitre, et je ne veux pas mourir ! Pas seule, pas ici, pas inutilement, pas misérablement, pas sans me battre, pas sans m'élever contre cette vie indécente qui ne me contente pas."

Et il y en a.

Parmi ces dizaines d'anonymes, certains se tournent résolument vers Ergaïl, crevant d'espoir. La plupart sont encore jeunes, bien que creusés par la dureté de la vie, et aspirent à autre chose qu'à la fatalité. Personne ne dit rien mais beaucoup se rangent simplement aux côtés d'Isa d'un vague mais tacite mouvement de foule. La Sershane émue répond simplement :

"Je ne suis pas revenue pour mourir de faim. Je suis revenue pour nous donner une seconde chance et pour nous sauver toutes, dussé-je me sacrifier pour cela. Il n'y a plus une minute à perdre. Allons à leur porte ensemble et mettons fin à tout cela."



_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Orzaal, les origines [Mial 1294]   Mer 23 Déc 2015 - 0:06

Ce cri de révolte fut un véritable appel. Très vite les Serchanes se massèrent autour de nous, armées de lances de simple facture, de bâtons et parfois d’arcs. C’était la même réaction que celle d’un animal qui acculé devient beaucoup plus dangereux. L’impérieux besoin de s’engouffrer dans cet espoir, dusse t-il être jugé minime par beaucoup, prit le dessus. C’est ainsi que les Serchanes décidèrent de reprendre leur destin en main. Je me dis qu’être fort c’était aussi de pouvoir instiller l’espoir ainsi, et pas simplement de pouvoir déplacer des montagnes.

Quelques minutes plus tard Isa menait, en notre compagnie, une foule mouvante de près de quatre cents femmes. Les plus résignées ou les invalides étaient restées sur place, mais leur faible nombre était encourageant. Notre amie nous guida sur les terres infertiles et malades de son enfance jusqu’à nous mener au pied d’un mont. A son sommet un temple monumental se dressait, peint de bleu et de doré, ceint de multiples sculptures de la divinité esclavagiste. Les arbres alentours semblaient moins atteints par la décrépitude de ce monde, entre eux serpentait un chemin rocailleux menant au monastère. Nous montâmes jusqu’à ce  qu’une cloche sonne trois coup. Toutes les gorgones étaient prévenues de notre arrivée cela ne faisait aucun doute.

Un silence tomba sur notre expédition, tous regardèrent Isa. Elle, elle était sortie de cet enfer. Ils avaient envie de la suivre, envie qu’elle les rassure, qu’elle leur dise que faire. Certains attendaient ou auraient sans doute fait un discours pour motivés les troupes.

- Libérez-vous de vos chaînes, dit-elle simplement. Arrachez votre liberté !

Il n’en fallait pas plus pour galvaniser toutes ces femmes affamées. En peu de temps nous fûmes à quelques mètres du pied des remparts en face d’une grande porte circulaire. Il se dégageait de ce lieu une tranquillité et une sainteté dérangeante malgré toute sa beauté. J’avais la sensation que quelque chose clochait ici. Ca semblait transpirer de l’intérieur même.

Une douzaine de sentinelles étaient présentes en haut des murs. Certaines avaient le visage taché d’écailles, d’autres avait une collerette de cobra. Et puis vint une Serchane avec un masque de bronze et d’or lui cachant entièrement le visage, un immense sceptre à la main. Quelques formes semblaient onduler dans sa chevelure.

- Je suis venu réclamer la liberté de notre peuple ! Vous nous disiez que le monde extérieur était invivable mais nous savions que c’est faux,
clama Isa, aujourd’hui j’en ai la preuve !  Il n’y a aucune raisons pour que nous restions affamées dans ce monde hostile.

La Serchane au masque se rapprocha du mur.

- La déesse le demande, oui nous pourrions vivre dehors mais sans avoir permit son retour et sans sa bénédiction nous serions très vite balayées !


Sa voix était grave et belle, chaude même. Pourtant, on y sentait comme une fêlure impossible à caractérisé. Très loin de l'idée que je m'en faisais, celle d'une voie criarde de fanatique ou froide de despote.

- Quelle déesse demande à son peuple de souffrir autant. Ce n’est en tout cas pas celle que le peuple veut porter dans son cœur, répliqua Isa.

- C’est un blasphème, elle a tout sacrifié pour notre bien ! Toutes nos histoires le clame.



Visuel de la Serchane au masque :
 

_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Orzaal, les origines [Mial 1294]   Sam 13 Fév 2016 - 1:49

La plus grande parmi les divins se dresse entre ses fidèles et leur destruction. De sa force, elle frappe le Chaos, de sa miséricorde, elle nous offre le salut. La plus généreuse parmi les créateurs nous mène vers la porte du paradis et la referme derrière nous pour continuer son combat. Elle se tient, magnifique, terrible, devant le Néant, cruel et dément, qui veut notre perte et celle du monde. La plus grande des guerres commence. Et la plus longue des prières avec elle. Nuit et jour nous prions pour sa victoire et son retour, jour et nuit nous l'appelons avec ferveur. Nuit et jour nous répudions le mal qui sévit, jour et nuit nous le maudissons. Nuit et jour nous ne vivons que pour elle, jour et nuit nous ne mourons que pour elle.

Ainsi chantent les Serchanes dans leurs contes et dans leurs chapelles. Ainsi sont dictées leurs lois et leurs vies. S'il n'est qu'une espérance à avoir, c'est le retour de la déesse. S'il n'est qu'un désir à avoir, c'est de lui faire don de soi. C'est ce que l'on apprend dans les Ordres. C'est ce qui est. La vérité.

- ◊ -

"Alors que la déesse repose en paix. "

Un murmure plein d'outrage monte des murs. Un autre, plus discret et moins affirmé, se propage derrière Isa, plein d'interrogations.

"Nous l'avons remerciée pour la grâce qu'elle nous a accordée en nous sauvant. Rendons-lui honneur en nous sauvant nous-mêmes de ce monde qui part à la dérive. Ne gâchons pas le cadeau qui nous a été fait. Ne disparaissons pas en entraînant son souvenir."

La Serchane masquée ne semble guère impressionnée malgré l'emphase de son adversaire et le soutien manifeste de ses suivantes, nombreuses et tenaillées. Alors qu'une clameur d'assentiment monte de la foule, un étrange bruit fait revenir le silence.

Un soupir.

Un simple soupir, serpentant de sous le masque d'or et de bronze jusqu'aux oreilles de chacun. Long, froid, infime, puissant. On n'entend plus le moindre son. Le monde entier paraît suspendu à ce souffle, bien après qu'il se soit tu. Je me tends comme un arc et comme le reste de la foule. Tout cela n'a rien de naturel. Je réorganise la cape que j'ai sur l'épaule pour qu'elle recouvre parfaitement mon bras droit : la lueur n'est visible que pour des yeux aiguisés mais je suis en terrain ennemi, personne ne doit la reconnaître dans un endroit pareil. Les yeux plissés, je guette les agissements de mes compagnons comme ceux de la prêtresse en haut des murs, mon regard sillonnant les visages, certaine que quelque chose se déclenchera d'un moment à l'autre.

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Orzaal, les origines [Mial 1294]   Sam 26 Mar 2016 - 21:01

Le monde s'était figé sous un simple soupir. Certaines Serchanes, quelque soit le camp semblaient blêmes, complètement terrorisées. Il y eût quelques secondes de silence mortel puis ...

Un javelot gigantesque s'abattit tel un éclair sur Isa. Le pieu doré, de trois mètres de long venait de frapper avec fracas sans que le lanceur ne soit discernable, comme si c'était le ciel lui même qui l'avait envoyé pour empaler la Serchane. Transpercée de l'épaule au bassin, le sang s'échappa à gros bouillons de la Serchane. Elle tenta une fois de tousser sans y parvenir ne laissant que du sang fuir ses lèvres, puis elle mourut, sans un râle. Ses bras tombèrent vers le sol sans que ses épaules ne puissent suivre, ne laissant que la tête retomber. Son corps resta maintenu ainsi quelques seconde, pendant à l'axe du javelot ouvragé fermement planté dans la pierre du sol. Puis finalement la gravité imposa au tronc de glisser le long de l'arme dans bruit de chair ténu mais terrible.
Je vis la folie, la peur et la rage tour à tour dans les yeux de tous devant cet affreux spectacle. Une colère froide s'empara de moi mais Gabriel me devança, il s'élança vers les rempart en vociférant :

"MONSTRE !!! POURQUOI VEUX-TU MASSACRER ET ASSERVIR AINSI LES TIEN.."

Sa phrase se termina avec une écume de sang sur les lèvres. Une hache de géant fendit les airs pour le ficher dans son dos, le fixant comme un insecte au mur. Je reçu quelques gouttes de son sang sur le visage, comme une gifle monumentale. J'étais hébété. Comment était-ce possible ?

Puis ma fureur reprit le dessus, bien plus forte. Cette Serchane jouait ainsi avec la vie ? J'allais lui montrer ce qu'il en coûtait de prendre plaisir ainsi à faire souffrir les siennes ! En quelques secondes je me décidais à attaquer le rempart et ses occupantes. Un trou monumental semblait une bonne idée, j'allais raser toute chose entre ces murs.
Une détonation furieuse eut lieu dans le creux de paume droite suivit d'un sifflement et d'un flash lumineux. Le haut des remparts explosa en tout sens. Ma magie allait réduire cet enfer en un tas de poussière. Une seconde salve partit comme pour irradier ma colère partout et anéantir un peu plus ces tyrans. La troisième ne partit jamais : je ressentis un profond vide dans la poitrine et vis un étonnant spectacle : Le fer d'une hallebarde était planté devant moi, tandis que ce que je voyais de sa hampe suggérais qu'elle vienne de mon torse. Je sentis un liquide chaud couler sur mon ventre, imbiber mes vêtement et ruisseler à l'arrière de mes jambes. Tous me regardaient, ahuris alors qu'une odeur métallique se dégageait, voluptueuse, enivrante. Ma colère sombra, je ne réussi pas à bouger mes jambes, juste à baisser mes yeux pour voir avec détachement qu'il ne restait rien de ma cage thoracique, juste un trou béant. Mes côtes avaient éclaté, mes viscères avaient été projetées et mon sang fuyait. Pourtant aucune douleur. Dans ma tête j'entendis Isa et mes compagnons hurler de rage et de tristesse. Isa ? Pourtant je voyais encore son corps empalé dans mon champ de vision. J'eus ce doute, jusqu'à ce que les ténèbres s'abattent.

_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Orzaal, les origines [Mial 1294]   Mar 5 Avr 2016 - 2:07

Spoiler:
 


Quelques secondes. C'est le temps qu'il faut pour qu'un univers s'écroule. Avec ses espoirs. Et ses leaders. Quinze secondes, et trois meurtres. Voilà qui ferait un excellent titre pour l'une de ces pièces de théâtre de rue qui égayent les gens qui n'ont pas de problème dans la vie. Elle semblerait tout aussi irréelle que la scène qui se joue sous mes yeux. Des cris et des lamentations grêlent mes tympans tandis que, figée, je ne peux détacher mes yeux des trois corps torturés de ceux qui étaient mes compagnons. Les armes hideuses ont mis fin à leur révolte en un instant, avec fatalisme et cruauté. La rage pulse en moi. Devant ce corps qui glisse sur une hampe, cette lame fichée dans une colonne vertébrale, ces viscères répandues au sol. Je retiens un haut-le-cœur. Je fixe le cadavre de la Sershane, Isa, libératrice à jamais silencieuse. Je crois l'entendre murmurer "Non… Pas comme ça, non…". Comme si son esprit vivait encore et que je percevais ses lamentations par delà la mort. Une de ses comparses s'avance vers l'insoumise, sans doute pour ramener le corps dans la retraite qui s'organise difficilement, entre le choc et l'abandon. Une nouvelle arme vient briser ses os, percutant son crâne de plein fouet. Nouveau cri d'impuissance d'Isa. Perçant. Le monde devient comme blanc autour de moi. Une main glacée se referme sur mon ventre. Je crois avoir compris. Cherchant à ne pas attirer l'attention des oppresseurs, en haut de leurs remparts, je me laisse glisser à genoux, comme emprunte d'un désespoir harassant. Je croise par hasard le regard de Raphaël qui semble partager avec moi le même doute et qui lutte pour ne pas se jeter au chevet de son frère. D'un commun accord, nous fermons les yeux… et les rouvrons sur le monde spirituel. L'espace rayonne d'énergie. Elle pulse de ceux qui fuient, de ceux qui pleurent. Elle sourd des Gorgones veillant sur les murs. Elle irradie aussi des quatre corps bien vivants des suppliciés. Les armes ne sont que le résultat d'un charme paralysant. Brume parmi les illusions. Je rouvre les paupières. Il est temps de reprendre une révolution en main.

Une idée se forme dans mon esprit mais ne repose que sur une chose : Frode. Je rejoins le Tullus tandis que le chaos total nous masque presque parfaitement. Les Sershanes aimeraient fuir mais n'osent bouger sur l'exemple de leur sœur assassinée, ne sachant si les impitoyables dictatrices leur permettront le moindre mouvement, attendant une parole de leur part pour savoir à quelle sentence cette rébellion les exposera par la suite. Ces dernières semblent savourer la panique qu'elles instaurent, sentant un exemple historique assurer leur suprématie future. Frode a les yeux fous. Presque exorbités. Sa mâchoire est contractée dans un masque de haine que je n'aurais jamais cru lire sur un visage un jour. Lui qui sort d'une guerre vient de voir des héros s'éteindre, fauchés en pleine course. Si sa raison ne lui hurlait pas que lui aussi serait arrêté en un instant, le temps d'un souffle, je ne doute pas que le massacre engendré par sa vengeance hanterait mes cauchemars aux côtés des noirceurs qui peuplent déjà mes nuits. La violence transparaît dans chacune de ses expirations, chacun de ses frissons. Je frôle son épaule de la main, le faisant tressaillir brusquement. Il tourne vers moi un regard de colère contenue. Je n'ai que peu de temps je le sais.

"Frode, dis-moi que je ne me trompe pas. Dis-moi que tu possèdes, dans tes artefacts, un objet en tantale."

Les trois secondes qu'il met à réagir me donnent l'impression qu'une éternité s'écoule et que le Tullus restera à jamais de marbre, me fixant de son œil furieux, tandis que le monde se délitera. Puis il incline doucement la tête dans un signe d'approbation et sort de l'une de ses nombreuses poches, un bracelet métallique. Toute magie touchant cet objet sera irrémédiablement aspirée par les propriétés dévastatrices du tantale, meilleur ennemi des arcanes, réduisant tout sortilège au néant. Je serre fort la clef de la libération dans mes doigts, à m'en faire blanchir les phalanges. Puis, sans attendre, je m'élance vers Isa.

C'est une course complètement désespérée aux yeux de tous, j'entends derrière moi le Tullus hurler un "Noooon ! Cela ne te préservera pas d'une arme ! Même lancée magiquement !". Il a entièrement raison. Mais ce ne sont pas des armes. Ce sont des sortilèges. Il faut dissoudre ces hérésies. J'accélère sur les quelques mètres qui me séparent de ma cible. Une masse d'arme, surgie de nulle part, semble soudain m'arracher la gorge. Elle disparaît dans la seconde. L'illusion assortie d'une paralysie mystique m'a à peine ralentie. En haut des murs il y a du mouvement. La foule qui me fixe s'est arrêtée de respirer devant cette incohérence visuelle. Je n'ai que quelques secondes pour agir. Je me jette en avant, percute Isa de plein fouet et referme le bracelet de tantale sur son avant-bras.

Après un vacillement lumineux, le javelot disparaît.
Isa s'écroule.
Puis repousse le sol de ses mains.

Mais nous n'en avons pas fini.

Un rire sardonique éclate en haut des remparts. Je m'accroupis derrière Isa, mes mains s'illuminent, j'attends le prochain coup de nos adversaires. Le premier échec n'est pas toujours mat. Mais chacun rapproche un peu plus de la défaite.


_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Orzaal, les origines [Mial 1294]   Ven 8 Juil 2016 - 1:48

Hebeny était une jeune Gorgone du haut des remparts observant des insectes. Ces gens étaient à peine bons à se faire épingler comme de vulgaires scarabée. En quelques secondes observa sa maîtresse punir ces impies, puis avec l'action de Lucyll elle s'aperçut que sa majesté était miséricordieuse. Une illusion, elle avait voulu vaincre sans verser le sang, ou bien était-ce juste un jeu ? Forcément, sinon le sort n'aurait pu être levé. Les yeux d'Hebeny brillaient d'admiration, un tel sort juste pour jouer ? Sans doute, la grande prêtresse était au dessus de toutes.

Malgré ça, son attention se porta vers les étrangers, ceux prétendument sortis du chaos de dehors. Elle était sûre qu'ils n'étaient que le fruit d'une abomination contre leur déesse. Un plan fomenté par le désordre et l'obscur. Leur apparence était étrange, pas disgracieuse mais ... déséquilibrée, ils n'avaient que deux petits membres articulés qui semblaient complètement atrophiés et qui gesticulaient en tout sens comme pour tricoter. Et puis, leur torse n'était pas normal, comme si certains avaient été privés de formes, les leur aurait-on coupés ? Elle n'imaginait pas tel supplice.

En vérité, Aneksi, aînée des Gorgone n'avait pas prévu qu'on lui résiste. Derrière son masque d'or, un sourire se dessina. Quelle curieuse et ingénieuse race avait bien pu frapper à sa porte ? Suspecter si facilement son illusion parfaite. Elle n'avait eût vent que de quelques rares légende à ce sujet, de gens extérieurs. Les clouer réellement était une possibilité, mais sa curiosité l'emporta. Elle prit une décision et lança une incantation courte. Une phrase chuchotée. Soudain, ce fut comme si les murs des lieux se déstructuraient, s'ouvraient pour engloutir chaque rebelle. Un nuage de poussière s'éleva, un vacarme terrible s'abattit sur le devant des murs et tout le monde fut happé vers l'inconnu, on entendait des cris de frayeur en tout sens.. C'était comme si ce temple était formé d'entrailles qui soudainement s'étaient mises à fourmiller dans le plus grand des fracas. Puis d'un coup, comme c'était venu, plus rien. Les hurlements s'étaient eux-mêmes étouffés puis tus, par l'épaisseur des murs simplement ?

Certains se retrouvèrent tout bonnement entre quatre murs, sans possibilité aucune de libération. D'autres au sommet d'une tour, piégés par le vide. Lucyll elle se retrouva avec seulement Isa et Frode, au milieu d'une cour déserte pour le moment. C'était une zone de sable avec quelques plantes et petits arbres entourée d'un chemin ceint de colonnes et protégé par un toit. Quelques affaires semblaient traîner : une corde qui paraissait rèche et solide, une caisse en bois, deux jarres. Au milieu de cet endroit trônait une statue comme celle du village et devant eux une grande porte en pierre qui semblait bien lourde, il y avait un grand anneau en acier sur chaque battant. Sinon tout autour un grand mur de calcaire blanc. La statue était en bon état, d'environ trois mètres mais son socle était abîmé, elle ne semblait pas très stable.



_________________
Pensez que vous pouvez ou pensez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Orzaal, les origines [Mial 1294]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Orzaal, les origines [Mial 1294]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

 Sujets similaires

-
» Suivre ses origines
» Quand les origines refont surfaces
» Guildes (La quête des origines et Eldorado)
» Vos origines
» Vidéos - Pokémon: Les Origines.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domhan :: Fauteuils près de la cheminée - RP :: Région d'Orzaal, ses chutes d'eaux, ses forêts, ses montagnes-