Domhan
Dans un univers féerique, des personnages aux destins héroïques naissent du bout d’une plume guidée par l’imagination. Cherchant un moyen de réaliser leurs rêves les plus fous au gré d’aventures et de rencontres, magiciens, guerriers ou bandits partent pour un voyage qui changera leur destinée. Ils devront faire preuve de force et de courage, d’ingéniosité et de talent pour trouver la porte qui les guidera jusqu'à l’objet de leur convoitise. Aux quatre coins d'un monde aussi magnifique, qu’hostile, rempli d’êtres et de créatures de légende, le combat ne fait que commencer…
Alors écris ta propre histoire, incarne ton héros et pars à l’aventure dans le passionnant univers magique de Domhan !

Domhan

Ce forum est un lieu de Rôle-Play et d'évasion créé par un cercle d'amis.
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrer

Partagez | .
 

 Vielles scènes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 1421
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Domaine d'Orzaal
Humeur : Renfrogné

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Ancien général des peuples alliés, Commandant de la légion Dryadique, Bras armé et conseillé de Dame Selendia et accessoirement Duc d'Orzaal.

MessageSujet: Re: Vielles scènes   Lun 2 Juil 2012 - 23:40

Il faisait nuit. La lune éclairait de son étreinte blafarde l'obscurité. Je griffonnai avec un morceau de charbon un morceau de tissu, puis le mis bien en évidence sur la cheminé de la salle de réception. Les habitants ne le verraient qu'au petit matin ce qui était parfait. Après avoir vérifié que tout était en ordre, que tous dormaient, je me faufilai vers l'extérieur en jetant des regards autour de moi. Il fallait être discret, car Amy, qui avait tendance aux escapades nocturnes, pouvait me croiser, et ce n'était pas souhaitable. Je fis un détour par la bibliothèque, montai l’escalier qui menait aux laboratoire. Je frappai à la porte, Thaddeus vint m'ouvrir discrètement, me fit signe de rentrer. Je retirai la capuche de ma cape. Elle était inutile car n'importe quel habitant reconnaîtrait rapidement ma silhouette, je l'avais mise par pure habitude de ce genre d’excursions nocturnes. Je me tournai vers Thaddeus, après être rentré dans son capharnaüm habituel.
-Vous êtes prêt ? Lui soufflai-je, Ça ne vous gène pas de m'aider ?
Sur le même ton :
-C'est la moindre des choses que de vous aider !
-C'est pas ce que penserait la plupart de nos camarades, ils m'en voudront. M'enfin j'ai besoin de prendre l'air, ce prétexte est le bienvenu ! Deux ans sans bouger d'Orzaal moi qui avais l'habitude de voyager … Ça va me faire voir du pays. Mais assez tergiversé, allons y !
-Quel moyen utiliserons nous pour y aller. Téléportation? Attelage? Autre ?
-La téléportation est trop risquée, j'ai opté pour un autre moyen de transport.
-Ah oui? Lequel ? Me répondit Thaddeus soudain vaguement inquiet.
-Des griffons !
-Quoi ?! S'exclama t-il, Ne vous ai-je pas dis que …
-Chut ! Moins fort ! Ne vous inquiétez pas, ce sont des bestioles fort sympathiques !
Bien sûr, lorsque je fis apparaître les deux griffons, mes deux préférés, Thaddeus ne partagea pas mon opignon.
-PAR TOUS LES DIEUX ! Mignons ? Mais vous êtes cinglé ! Ils ont des serres aussi longues que... que deux fois ma main !
Puis presque timidement :
-Ne pourrais-je pas monter avec vous ? Je ne sais pas diriger ces animaux !
-Vous vous en tirerez parfaitement, faîtes moi confiance ! Et puis il ne supportera pas notre poids additionné même si vous êtes tout comme moi léger.
Après un laborieux premier essai, le scientifique tentant de se donner une contenance réussit à monter sur l'oiseau géant et nous partîmes enfin.
Dans la salle de réception tu tissu blanc ostensiblement disposé. Dessus un message succin :

Mission Diplomatique Urgente. Je pars avec Thaddeus.
Ergaïl


Je rigolais d'avance de leur réaction qui ne manquerais pas d'ëtre explosive! Leur quotidien risquait d'en être un peu chamboulé, pour mon plus grand amusement!


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domhan.forumgratuit.org

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Vielles scènes   Jeu 5 Juil 2012 - 10:37

Ce matin, je me lève plus tôt que d'habitude : le soleil pointe à peine à l'horizon. Enfilant mon manteau pour me protéger du vent froid de l'aube, je sors silencieusement de ma chambre et m'immobilise sur le palier. Une respiration appuyée et régulière s'échappe de la chambre d'Ades à quelques pas de là. Il dort. Le reste du manoir baigne dans un calme profond. Pas un chat... enfin... façon de parler... Continuant sur ma lancée, je descends sur la pointe des pied les quatre étages du manoir. En faisant le moins de bruit possible, je me faufile à l'extérieur de la grande bâtisse et referme doucement la lourde porte, me mordillant nerveusement la lèvre. Bon, une bonne chose de faite, la porte est refermée et personne ne m'a entendu. Super. Je me mets en marche, les yeux rivés au sol. Il faut que je tire certaines choses au clair... Quelque chose cloche, j'en suis sûre...
Ce n'est qu'en arrivant à la lisière des bois que j'aperçois les premiers indices. Là, là et là. Dans la terre humide. Des empreintes. Je m’accroupis au dessus de l'une d'elles. Ce sont des bottes qui ont causé ces creux. Des bottes de type militaire à la semelle renforcée pour les longues marches sur terrains inhospitaliers. Des bottes de combattants professionnels.
Ce n'est pas tout. A plusieurs reprises, les traces d'une bête énorme sont discernables au milieu des autres. Ce sont celles d'un canidé, mais de simples chiens ou loups peuvent-ils faire cette taille monstrueuse ?
Il y a eu une lutte. Des pointes de flèches retrouvées dans la boue et la dispositions des empreintes ne permettent pas d'en douter. Les combattants étaient nombreux. Plusieurs dizaines au bas mot. Sont-ils tous morts ? Blessés ? Dans ce cas où sont les corps ? Ou les survivants ? Je remarque alors des sillons profond menant à la cascade. "Ouais, je vois... on a trainé les dépouilles..."
D'autres traces s'enfoncent vers la forêt. Je les suis dans l'espoir qu'elles mèneront aux éventuels survivants du combat. "Ah... euh... je ferais peut-être mieux de m'éloigner..." En effet, les empreintes conduisent tout droit à un nid singulièrement gros de rapcers. Ces bestioles deviennent très agressives dès que l'on s'approche trop de leurs œufs. Néanmoins, il est plutôt avantageux d'en avoir à proximité puisque leurs écailles extrêmement résistantes sont un matériau très prisé. On en récupère en grande quantité au moment de la mue, c'est pourquoi personne n'a chassé la colonie qui s'est installé non-loin du manoir... Il n'empêche que je ne vais pas me risquer à m'approcher du nid si je tiens à... Une minute... C'est quoi ça ?
A une centaine de mètres, au milieu du nid, des objets que je n'arrive pas à identifier brillent tandis que des rapcers les fouillent de leur museau. Brillent ? Qu'est-ce que ça peut bien être ? "Nár" je prononce, faisant jaillir des flammes au creux de ma paume. Les rapcers en ont une peur bleue. Des flammes je veux dire, pas de mes paumes ! Je m'approche prudemment sans gestes brusques, les créatures m'observent sans oser s'avancer. A quelques dizaines de mètres du nid, je fais demi-tour. C'est bon, j'ai vu. Ce sont des pièces d'armure et des épées. Et aussi quelques os fraichement nettoyés. Miam. C'est génial... Mais qu'est-ce qui s'est passé bon sang ?!
Je retourne au manoir, avec plus de questions que quand j'en suis sortie. J'entre sans discrétion cette fois et me dirige vers la cuisine avec l'intention de me prendre un énorme petit déjeuner. J'ai faim, tracassée ou non ! Sauf que je n'ai même pas le temps de m'assoir avant qu'Amy débarque dans la pièce avec un air de furie.

"REGARDE !" me hurle-t-elle dans les oreilles avant de me brandir sous le nez un bout de tissus blanc sur lequel sont tracés au charbon ces quelques mots vagues :"Mission Diplomatique Urgente. Je pars avec Thaddeus. Ergaïl."
"Oh super... Il ne manquait plus que ça...
- Tu étais au courant ? demande-t-elle suspicieuse
- Non, sinon je te l'aurais dit et on se serait liguées pour les retenir, je réponds avec un sourire
- J'espère bien ! T'étais où ? Ça fait une heure que je te cherche ! J'ai cru que t'étais partie aussi !
- Non, je suis allée faire un tour dans les environs du manoir... et je peux te dire que notre soi-disant Princesse ne nous a pas tout dit...
- Comment ça ?"
Je lui raconte dans les grandes lignes ce que j'ai découvert.
"Je pense qu'ils étaient au moins vingt... ou trente... quoi qu'il en soit, c'est trop pour une seule personne non-armée tu ne trouves pas ? Et puis ces traces de chiens énormes... ça me perturbe...

- On n'a qu'à aller lui... poser la question ?"
Nous échangeons un regard. Puis soudain, pour la deuxième fois de la journée la porte de la cuisine s'ouvre à la volée. Dimna, couverte des bandages qu'Üdjinn lui a mis hier soir, rouge de mécontentement surgit et nous hurle à la figure :
"BANDE DE BARBARES ! ÇA FAIT UNE HEURE QUE J'ATTENDS MON PETIT DEJ' ! OÙ EST MON CHOCOLAT CHAUD À LA CRÈME DE CITRON ??"
Nous restons ébahies toutes les deux, complètement déstabilisées par cette question saugrenue. Son quoi ?
Dimna reprend alors un air angélique.

"Quoi ? Vous n'avez pas de chocolat à la crème de citron ?
- Euh..."
Quelques minutes plus tard, nous sommes attablées devant nos bols respectifs. dans celui de la Princesse, un chocolat certes, mais sans crème de citron. (Non mais je vous jure... --') Puis je prends une inspiration :
"Dimna, on a quelques questions à te poser..."



Spoiler:
 

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amras Súnil

EnracinéEnraciné
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 11/01/2012
Localisation : nulle part de connu
Humeur : respire la joie, si ce n'est cette désagréable impression d'être totalement perdu

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Enchanteur
Profession: découvreur

MessageSujet: Re: Vielles scènes   Jeu 12 Juil 2012 - 23:08

"Ahh, ça fait du bien de rentrer au manoir de bon matin."
Amras franchit la grande porte et débouche dans le hall d'entrée.
"Youhou ! Il y a quelqu'un ?... personne, à cette heure ils doivent être dans la cuisine."
Amras chemine donc vers la cuisine, quand il ouvre la porte, surprise, avec Amy, Lucyll et Ades il y a une jeune fille couverte de bandages.
"Bonjour à tous !"

"Amras ! Tu étais où ? Lucyll elle a été méchante avec moi, il faut la punir !
-Oh le menteur, c'est lui qui s'est amusé à gribouiller la moitié de notre bestiaire. Et je peux savoir ce qui t'a pris de partir comme ça, avec Thadd et Ergaïl partis on ne sait où, on est un peu limites question défense. Et en plus hier on a vu arriver ça.
-Vous êtes offensante, ce n'est pas comme cela que l'on parle d'une princesse !
-Une princesse ? Que faites-vous ici mademoiselle et pourquoi recherchez-vous notre hospitalité ?.
-Elle est arrivée devant notre porte couverte de sang après avoir vraisemblablement été aidée par un gros animal à tuer une dizaine de ses poursuivants et les avoir traînés jusqu'au nid de rapcers.
-Je me suis enfuie de chez moi après que l'on ait essayé de me tuer.
-C'est tout, vous n'omettez rien ?
-C'est ce que je vous dirais.
-Auquel cas nous ne vous offrirons que l'asile, mais ne pourrons avoir confiance en vous car certains secrets peuvent nuire à ceux qui ne les connaissent pas.
- Cette phrase, elle est de Karl Diche...
-Dans la "légende du cœur", c'est exact, traité sur la magie très intéressant, quoiqu'un peu simpliste mais Diche n'était pas pratiquant.
-Un traité sur... vous plaisantez, c'est un recueil de légendes anciennes réécrites.
-Ce que l'on voit n'est pas forcément ce qui est vrai.
-Ca aussi c'est dans le...
-Enchanté mademoiselle, je me nomme Amras Súnil, et vous êtes ?
-Dimna, Dimna d'Emeris...
-Bien, Ades tu le sais, j'étais en voyage pour voir des amis. Lucyll tu disais que Thaddeus et Ergaïl sont partis, je sais je les ai aperçus hier soir, ils étaient à dos de griffon, c'est ce qui m'a poussé à rentrer plus vite.

-Tu veux dire que tu étais par ici depuis plusieurs jours ?
-C'est exact, j'étais dans la forêt au nord depuis trois jours, après trois semaines d'absence cela ne risquait pas de changer grand chose, et j'ai pu trouver quelque chose."
Amras sort un paquet très délicatement de son sac, il le déplie, à l'intérieur avec sa motte de terre il y a une petite plante grisâtre aux feuilles pointues d'un vert noirâtre, elle ne paye pas de mine.
"Ades, est-ce que tu peux toucher une feuille de cette plante s'il te plait ?

-Pourquoi ?
-Parce que ça me ferais plaisir."
Ades s'exécute, qu'est-ce que ça peut faire de toute façon ? Il effleure une première fois la feuille mais comme rien ne se passe il recommence avec plus d'insistance.
"Tu peux nous expliquer à quoi ça sert ?
-Je voulais voir quelque chose mais je me suis trompé.
-Je peux garder la plante, elle est jolie !
-Tu es sûr, une plante ça demande beaucoup d'entretien.
-Oui !
-Qu'il la garde, ça sera bien pour lui. En attendant moi je vais reprendre possession de ma chambre."


Une fois que tout le monde est sorti Ades reste seul dans la cuisine à regarder, fasciné, la petite feuille d'un noir violet au centre de la plante.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1611
Date d'inscription : 22/03/2012
Localisation : Le jour dans un lit. La nuit, juste derrière toi...
Humeur : Tellement de travail....(*o*)

Caractéristiques du personnage
Race: Sang-Mêlé
Magie: Non magicien
Profession: Assassin, mercenaire

MessageSujet: Re: Vielles scènes   Mar 14 Aoû 2012 - 16:36

Amras tourna les talons et sortit de la cuisine sous le regard impavide des trois jeunes femmes restées dans la pièce, Ades, quand à lui, observa sa nouvelle plante intrigué et fier.
_ Je vais la mettre dans ma chambre ! s’écria-t-il tout heureux de son cadeau, puis il quitta lui aussi la pièce en courant, tout en serrant la fleur pour éviter qu’elle ne tombe.
Le silence était désormais maitre des lieux, Lucyll, Dimna et Amy se dévisagèrent du regard pendant quelques instants, la tension était palpable. C’est alors que Lucyll prit la parole.
_ Dite moi Dimna-
_ -Princesse Dimna d’Emeris ! Lança vivement la concernée en posant son bol de chocolat sur la table.
_ Heu oui bien sûr suis-je bête, réplica la blonde avec un soupçon d’ironie dans la voix. Princesse Dimna, comment vous êtes-vous retrouvé ici dans un tel état ? Hier soir vous aviez mentionné que vous aviez été attaquée pourtant je n’ai pas entendu parler d’une quelconque guerre entre le royaume d’Emeris et un autre pays.
La princesse baissa les yeux et observa son chocolat le regard dans le vide.
_ Vous vous trompez, le royaume n’as pas été attaqué, c’est moi qui était poursuivi.
_ Pour quelle raison ? Demanda Amy avec toute la compassion du monde.
A ces mots, Dimna leva les yeux vers elle, son regard embué de larmes.
_ J’ai été poursuivis parce que j’ai été jugé et condamné pour trahison, on m’a accusé à tort d’avoir tué mon père le roi d’Emeris et son conseiller Atlantar veut me tuer. En réalité tous ce qu’il désire c’est de porter la couronne et gouverner le royaume à sa guise.
_ Je vois, repris Lucyll, vous n’avez pas eu d’autre choix que de vous enfuir sans doute poursuivit par les hommes du conseillé n’est-ce pas ?, mais comment êtes-vous arrivé jusqu’ici ? Le royaume d'Orzaal, ce n'est pas la porte à coté.
_ Je veux un autre chocolat ! Les larmes de la princesse avait entièrement disparu.
_ Pardon ? S’offusqua l’épéiste.
_ Je répondrais à vos questions si j’ai un autre chocolat et cette fois ci je veux en accompagnement un gâteau à la crème parfumé au miel !
_ Non mais attendez une seconde ! Protesta la blonde.
_ Et tout de suite j’ai horreur qu’on me fasse attendre !
Quelques minutes plus tard la cuisinière ramena un morceau de gâteau prévue pour le midi et le déposa devant Dimna qui continuait de déblatérer des inepties au sujet de la qualité du service et de la présentation du gâteau qui ne lui plaisait évidemment pas. Elle termina sa longue tirade par un « Enfin c’est mieux que rien » désagréable aux oreilles de ses deux hôtesses.
Au moment où elle saisit les couverts finement décorés posés auprès de son assiette, elle laissa échapper un cri et les lâcha subitement, sous le regard étonnée de Lucyll , Amy observait la princesse, pensive.
(Il y a quelque chose qui cloche avec cette fille)
_ Est-ce que tout va bien Dimna ? demanda la blonde en tendant la main vers elle. Laissez moi regarder.
_ Oui, oui, ça va merci. dit-elle en se levant. Je retourne dans ma chambre !
Elle quitta la cuisine précipitamment sous le regard abasourdit de Lucyll. Celle-ci se retourna vers Amy qui était resté assise.
_ Elle a un problème cette fille, enfin on sait ce qui la attiré ici maintenant. Qu’est-ce que tu en pense toi ?
_ Je pense aller prendre l’air, dit-elle en prenant sa cape accroché à sa chaise. J’en ai marre de rester enfermée, tu n’as qu’à aller bouquiner en attendant. Elle s’habilla et sortit de la pièce.
_ Amy ne sort pas par la fenêtre ! tss trop tard.
Quelques minutes plus tard, la blonde avait terminé son petit déjeuné et marcha dans les couloirs, elle arriva à la bibliothèque et à ce moment, elle se souvenue des paroles d’Amy.
« Tu n’as qu’à aller bouquiner. »
Faire des recherches à la bibliothèque en voilà une idée ! pensa-t-elle un sourire malicieux au coin des lèvres.


Dernière édition par Amy Wicardomma le Dim 19 Aoû 2012 - 20:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 562
Date d'inscription : 29/06/2012
Localisation : Hmmfqwaaa? *sors d'une boîte à cookies*
Humeur : Gambade joyeusement tel un poney

Caractéristiques du personnage
Race: Loup-Garou
Magie:
Profession: Princesse (déchue) Dévoreuse de cookies et couturière à ses heures perdues...

MessageSujet: Re: Vielles scènes   Jeu 16 Aoû 2012 - 14:40

Dimna s'enferma à double-tour dans sa chambre et s'appuya contre la porte en chêne. Avec une grimace de douleur elle observa sa paume dont la peau brûlée était rouge vif. Les couverts étaient en argent ! Il ne manquait plus que ça ! Ils ne pouvaient pas avoir des couverts en or ?!
La princesse soupira. Il aurait été plus simple de dire toute la vérité aux habitants du Manoir... Pourtant les paroles de Le Noir avaient fait leur chemin et Dimna restait encrée dans une certitude : les humains détestaient les loups-garous. Elle était certaine que ces gens, particulièrement les deux femmes hostiles, saisiraient la première occasion pour la mettre à la porte.
Dimna secoua la tête, décida que la part de gâteau au miel n'était pas suffisante et redescendit à la cuisine...
☆☆☆
Adès se faufila dans la cuisine à la recherche de bonbons / chocolats / gâteaux / trucs sucrés. Il s'approcha furtivement du placard renfermant potentiellement les sucreries convoitées quand un bruit le fit se retourner d'un bond.
L'étrangère était assise au fond de la cuisine, avec sur les genoux une montagne de biscuits.
Elle braqua des yeux surpris sur lui.

Dimna identifia immédiatement le gamin qu'elle avait entrevu au petit-déjeuner. Il la dévisageait avec stupéfaction de ses grands yeux rouges, sa main à la peau blafarde serrée sur un pli de cape écarlate.
elle se dépêcha d'avaler le gâteau fourré à la pistache qu'elle avait dans la bouche et essuya d'un air coupable les miettes sur sa robe. Elle doutait que ses hôtes apprécient qu'elle dévalise leur garde-manger et si le petit se mettait à....
- Méchante !!!! MES GÂTEAUX !!!!!!
...hurler ce serait catastrophique.
Paniquée Dimna se jeta sur lui et lui fourra un biscuit dans sa bouche grande ouverte pour le faire taire.
- Si tu parles j'te tue ! menaça-t-elle.
- Quoi ?!
-J'te tue !
-Mais...
-J'te tue !
* Hahaha !! (Le trafiquant de drogue, François Pérusse, pour les incultes) *
Adès se mit à pleurer et tenta de s'enfuir en courant.
Dimna lui saisit une cheville et il s'étala sur le carrelage.
- Je suis très sérieuse le gosse ! Tu n'as pas intérêt à aller cafter !
Elle le libéra et lui jeta un adorable sourire.
- Et puis de toute façon je dirais que c'était toi, ajouta-elle tranquillement.
Elle sortit un mouchoir et lui essuya le visage tandis qu'il la regardait, sidéré. Quand sa main effleura la joue de l'enfant elle sentit un frisson et découvrit avec stupéfaction une aura rouge démoniaque autour de lui. Ce gamin était un démon !!
- Un démon ?! s’exclama-t-elle.
- Et alors ? marmonna l'autre.
- Tu es un démon !
- et toi tu sens le chien, rétorqua-t-il.
- QUOI ?!! Espèce de sale petit...!!!
- T'ES BÊTE !
Et il détala.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1611
Date d'inscription : 22/03/2012
Localisation : Le jour dans un lit. La nuit, juste derrière toi...
Humeur : Tellement de travail....(*o*)

Caractéristiques du personnage
Race: Sang-Mêlé
Magie: Non magicien
Profession: Assassin, mercenaire

MessageSujet: Re: Vielles scènes   Jeu 23 Aoû 2012 - 0:02

Amy ne tarda pas et se dirigea vers le village, elle n’avait pas de temps à perdre avec des futilités pareilles, la journée avait déjà bien commencée et elle était fatiguée. Elle décida donc de chercher un coin tranquille pour faire une sieste, les cascades par exemple, et décida de passer par les petites rues pour aller plus vite. Amy arrivait à la limite du village, lorsqu’elle passa devant l’auberge et aperçut un groupe d’homme en armure et solidement armé sortant de la taverne, des soldats visiblement. L’un d’eux la remarqua tout de suite et l’aborda le plus grossièrement possible. Il était blond aux yeux bleu et était vêtu d’une armure en argent, d’une épée au fourreau et au manche finement ouvragée et devais mesurer près d’1m90, donc imposant pour la jeune femme.

_ Dit-donc ma jolie, viens par ici, on a des questions à te poser.

Amy les ignora et les dépassa sans s’arrêter, en regardant droit devant elle. Elle en avait vu des abrutis dans sa vie mais ceux-là battait des records et elle n’avait aucune envie de « répondre à leurs questions », ce qu’elle voulait c’était se rendre dans un coin paisible pour dormir, c’était apparemment trop demander. L’homme qui l’avait interpelé n’avait pas eu l’air d’apprécier son comportement et s’empressa de se retourner et de se diriger vers la jeune femme tout en râlant.

_Eh, toi ! Je vais t’apprendre à m’ignorer, tu vas voir !

Il agrippa Amy par l’épaule et la retourna vers lui avant de l’empoigner par le col de sa cape.

_ Tu sais ce que je fais aux petites effrontées dans ton genre ?

Amy était tellement fatiguée qu’elle baillât involontairement à la figure du soldat qui se retrouva complétement déstabilisé par sa réaction. Il s’empressa avec sa main de libre de dégainer son épée et proférer une multitude de menaces plus morbides les unes que les autres. Amy le regarda droit dans les yeux le regard complètement indifférent et rongé par la fatigue.

_ J’en ai rien à faire des imbéciles comme toi et range ton épée tu pourrais te blesser.

_ C’est plutôt toi que je vais massacrer lança-t-il avant de lever son épée au ciel.

Les amis du soldat riaient et s’amusait de la scène tout en plaignant la future victime.

Le blond lâcha un dernier « crève » en souriant et abaissa son épée vers Amy qui le regardait toujours droit dans les yeux. L’épée fendit l’air et arriva au niveau de sa gorge quand elle se bloqua subitement, l’homme surprit regarda sa main qui tenait l’épée et s’aperçut que le revers de la main de la jeune femme bloquait nonchalamment la sienne.

_ Je n’ai pas de temps à perdre avec des idiots de ton espèce, tu ne mérites même pas que j’utilise mes deux mains, murmura-t-elle à l’homme qui ne comprenait toujours pas la situation.

_ Quoi ?

Avant qu’il ne puisse faire un geste, Amy pris son bras avec sa main gauche. L’emprise était tellement forte que l’homme hurla de douleur et la lâcha. La jeune femme ayant de nouveau les pieds à terre se retourna et le balança par-dessus son épaule comme s’il ne s’agissait que d’une vulgaire balle en chiffon. L’homme atterri une bonne vingtaine de mètre plus loin, son armure l’avait protégé du choc et il se releva mais complétement déboussolé par ce qui venait de se passer. Ses camarades qui avaient assisté au combat, s’empressèrent d’aller l’aider, trois d’entre eux dégainèrent à leur tour et se placèrent devant la jeune femme qui bailla de plus belle.

_ Tu vas payer ça ! lança un des soldats.

_ Tu vas crever, prépare toi à mourir ! Cria un autre

_ Bon les gars, on s’occupe de celle-là, puis on retourne chercher l’autre. S’empressa de rajouté le soldat de droite.

_ Bonne idée, de toute façon elle ne doit pas être loin ! Rajouta celui du milieu

_ L’autre ? demanda Amy intriguée mais toujours aussi épuisée.

_ Ça ne te regarde pas, pigée ? On n’est pas venue ici pour toi, mais si t’insiste on va te tuer toi aussi.

Les autres approuvèrent d’un signe de tête et chargèrent en direction d’Amy tel des bêtes sauvages assoiffées de sang. La jeune femme les regarda arrivée comme elle regarderait de l’herbe pousser, c’est-à-dire sans grand intérêt mais elle se préparait tout de même à riposter, on ne sait jamais. C’est alors qu’une voix ce fit entendre près de la porte de la taverne. C'était un homme également en armure mais avec beaucoup plus de prestance, il leur ordonna de s’arrêter immédiatement, c'était sans aucun doute leur supérieur hiérarchique.

_Nous ne sommes pas ici pour agresser les passants, mais pour une mission que le Roi nous a confié, aussi, conduisez-vous en soldats digne de ce noms où je me débarrasse de vous sur le champ, c’est compris ?

Les soldats se retirèrent en bougonnant et celui-qui venait de parler se dirigea vers Amy, il la saluât et s’excusa du comportement de ses subordonnés. La jeune femme ne compris rien étant donnée son état de somnolence et s’apprêta à partir, quand il la stoppa.

_ Attendez mademoiselle ! J’aimerai savoir si vous avez déjà vu cette jeune personne dans les parages. Il sortit un parchemin de sa poche, le déplia et montra à la brune le portrait d’une personne dessiner sur la feuille. C’est une personne très dangereuse, il faut l’arrêter au plus vite, donc si vous avez la moindre information n’hésitez pas à m’en faire part. S’empressa-t-il de rajouter.

_ Non, désolée, je ne l’ai jamais vu. Je ne peux pas vous aidez. Dit-elle en partant en direction des cascades comme si rien ne s’était passé.

_ Si vous voyez cette personne, prévenez moi sur le champ, moi et mes compagnons résideront dans ce village quelques jours ! Lui cria l’homme en la voyant s’éloigner.

Amy en signe d’approbation leva la main au niveau de sa tête tout en continuant de son chemin.

Finalement arrivée en vue des cascades, Amy chercha un coin où dormir tranquille et aperçus devant elle un tapis de mousse au pied d’un arbre, le coin idéal pour une sieste. Elle s’allongea, pris ses aises et elle s’apprêta à s’endormir lorsqu’elle se rappela les évènements qui venait de se produire.

« Alors comme ça, elle est vraiment recherchée, j’ai du mal à le croire »

« C’est normal, tu as bien entendu son histoire comme moi non ? La pauvre il faut faire quelque chose tu ne crois pas ? »

« Je crois que cette fille ne nous a pas tout dit, voilà ce que j’en pense et ces types qui la recherche…hm. Je n’aime pas ça. »

« Alors laisse-moi la place, je vais lui parler »

« Ok mais après la sieste, sinon le corps ne tiendra pas longtemps, ça fait déjà deux nuits blanches en plus de ce combat, ce mec pesait son poids, j’ai mal dans tout le bras maintenant. »

« Ça ira mieux quand on se réveillera. »

« Ouai sans doute. »

Et elle s’endormit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ades Krân

EnracinéEnraciné
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 23/12/2011
Localisation : Sans doute proche de la vérité
Humeur : Gné...? *Baille*

Caractéristiques du personnage
Race:
Magie:
Profession: _

MessageSujet: Re: Vielles scènes   Lun 27 Aoû 2012 - 11:48

Ades passa la tête dans l'encadrement de la porte. Il pénétra dans la cuisine a la recherche de...mmmh...j'ai l'impression d'avoir déjà vu ça quelque part...Bref. Il approcha discrètement de l'étagère ou se planquaient le rayon pâtisserie. Ouvrit la porte, salivant d'avance de ce qu'il allait y trouver mais...vide...Ah ! La p********* de Princesse (C'est pas un mot très employé par les enfants, mais je suis un narrateur omniscient alors je m'en fous, d'autant que la rage d'Ades, est, dans ce cas précis, difficile a dire avec des mots d'enfants.) Elle était déjà passée et avait encore cambriolé la cuisine de ses délicieuses gâteries. Ades descendit du tabouret sur lequel il était et réfléchit. C'était décidé, il fallait qu'il se venge. Mais comment... ? Il sortit de la cuisine et eut soudain une idée. La princesse buvait des boissons bizarres. Il lui suffisait de les piéger. Mais avec quoi... ? Oh ! Un idée lui vint et il se précipita dans la forêt a la recherche d'Udjinn. Il finit par la trouver accroupie, en train de ramasser des feuilles.

« Eh ! Coucou ! 

-Oh tiens ! Ades ! Mais qu'est ce que tu fais là... ?

-Mh...dis moi t'aurais pas une plante qui a des effets bizarres quand on la boit ?

-Eh bien...j'ai bien le « Fucus laxus » mais...Tu veux en faire quoi ?

-Oh rien...tu peux m'en donner ?

-Mh...toi je sens que tu prépare un mauvais coup. Mais bon, comment te résister. 


Udjinn donna a Ades quelques feuilles. Il remercia Udjinn et reparti vers le manoir, ses feuilles bien cachées entre ses doigts. Il arriva au manoir et vit Dimna attablée

-Bon ! Il arrive ce chocolat !
 
Ades pouffa de rire discrètement et se dirigea vers les cuisines. La cuisinière s’apprêtait a amener sa boisson a Dimna.

-Laissez je vais la prendre ! Dit Ades.

Il se dirigea vers la salle a manger et ajouta au chocolat les feuilles qui infusèrent rapidement. Ades les retira et donna son chocolat a Dimna

-Tiens ! Ton chocolat 

Dimna paru étonnée mais ne fit pas plus attention. Ades lui, sortit de la salle a manger mais resta derrière la porte a observer. Dimna bu son chocolat et se figea un instant. Elle se leva d'un coup et se précipita en dehors de la salle a manger.

-Les toilettes sont a gauche ! Lui cria Ades, hilare.

-Sale petit ! Cria Dimna, en courant vers les toilettes

Il sorti dehors, tordu de rire et s'assit sur une chaise pour profiter du soleil. Quelques minutes plus tard il se sentit soulevé. Dimna était juste derrière.

-Ouah ! Mais qu'est ce que tu fais !

-J'ai ma façon bien a moi de m'occuper des sales gosses dans ton genre ! 


Elle le coucha sur ses genoux et commença a lui mettre une fessée

-Mais ! Aie ! Arrête ! 

Dimna continuait mais eu soudain un doute sur ce qu'elle fessait. Elle souleva le pantalon d'Ades et vit...

-Une couche ??? 

Dimna pouffa, puis éclata de rire. Elle n'arrivait pas a s'arrêter. De son coté, Ades rougit de honte

-Mais euh.... !Arrête de te moquer de moi...

Ades se leva des genoux de Dimna, toujours hilare, et s'enfuit en pleurant, les fesses un peu douloureuses de la fessée.
Il s'enferma dans sa chambre, ne descendant pas pour manger et pleura longtemps. Il finit, au beau milieu de la nuit, par penser a une vengeance. Il se leva, descendit a la cuisine en silence et le plus discrètement possible
Il arriva dans la cuisine et pris un verre. Il pouffa et remplit le verre d'eau glacée. Il remonta les escaliers en se retenant de rire et arriva devant la chambre de Dimna. Il entra sans gêne et détailla du regard l’intérieur de la chambre. Il vit des touffes de poils, du sang et des traces de griffures un peu partout dans la salle. La fenêtre était grande ouverte et les rideau volaient au vent, mais Dimna était bel et bien allongée sur son lit, épuisée. Ades s'approcha en pouffant et arriva au niveau du lit. Il vit la main de Dimna pendante en dehors du lit et s'approcha encore plus. Il trempa les doigts de Dimna dans l'eau glacée, pouffant une dernière fois. Il sorti et referma discrètement la porte, notant au passage tout ce qu'il avait vu dans cette chambre. Il retourna dans la sienne, fier de sa vengeance et s'endormit.
Le matin se leva et Ades descendit de sa chambre. Pas mal de membres du manoir étaient déjà levés.

-Ah ! Bonjour Ades fit Amras

-Bonjour tout le monde...Dites ! Hier soir j'ai vu dans la chambre de la nouvelle, pleins de poils, du sang et des traces de griffures.

Lucyll et Amras se regardèrent, hochant la tête

-Bon, je suppose qu'il va falloir que je change ta couche toi, dit Lucyll

Et soudain, un hurlement strident, caractéristique de la voix de Dimna se fit entendre a travers le manoir. Tous se précipitèrent dans la chambre de la princesse. Il virent, certes, les touffes de poils ensanglantés, les marques de griffures...mais surtout une princesse qui avait fait pipi au lit !
Lucyll la regarda, mi-surprise mi-moqueuse

-Si tu veux...il reste les couches d'Ades...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Vielles scènes   Mer 29 Aoû 2012 - 11:58

Le regard que me lance Dimna m'aurait tué s'il avait pu. Malheureusement pour elle, il ne me fait que pouffer de rire... Puis, la prenant en pitié, je lui indique la salle-de-bain la plus proche, fouille dans l'armoire et lui tends un peignoir bleu vif qui y trainait. Elle quitte la pièce en fusillant Ades des yeux, l'air suspicieux, ce dont je m'étonne brièvement. Puis je me tourne vers Amras et désignant les touffes de poils à terre et les griffures sur certains meubles et même quelques murs, comme si un chien fou avait couru dans toute la pièce.
"Qu'est ce que tu penses de ça ?

-Je n'ai aucune idée d'où ça peut provenir mais en tous cas, la chambre n'était pas dans cet état avant que la Princesse arrive... affirme Amras
- Tu crois qu'elle cache un animal blessé dans le manoir ? Il y avait déjà des traces semblables sur les lieux où elle a été attaquée...
- Mais une bête de cette taille... ? On l'aurait forcément vue ! Ou alors...
- Ou alors ce n'est pas un animal. Un sortilège peut-être ? complété-je
- Mmh... Voilà précisément la raison pour laquelle je n'étais pas très enjoué à l'idée de l’héberger... Elle m'a l'air bien plus dangereuse qu'elle ne veut bien l'avouer. Il va falloir la questionner, et obtenir des réponses cette fois ! Comment a-t-elle pu échapper à ses poursuivants alors qu'elle était seule ? Même en imaginant qu'elle les aie réellement attirés dans le nid de rapcers, elle doit être sacrément rapide pour y avoir échappé elle-même !
- Oui. Je pense qu'on devrait avoir une petite discussion. Au fait, où est Amy ?
- Elle dort dans un coin, quelque part dans la forêt ou près de la cascade... Tu la connais ! fait-il avec un sourire amusé
- Dommage, c'est elle la mieux placée pour les interrogatoires..."
C'est ce moment que choisit Dimna pour hurler : "La couleur de ce peignoir est vraiment infecte ! J'en veux un autre !!"
Je lève les yeux au ciel, agacée. "Mais quelle boulet !! Bon, je vais descendre prendre mon petit déjeuner... et aussi demander un chocolat à la crème de citron à la cuisinière histoire d'amadouer notre CHERE invitée.
- Moi aussi j'ai faim !! déclare Ades afin de rappeler sa présence et par conséquent, celle de son estomac
- Je vais attendre Dimna pour être sûr qu'elle déjeune avec nous, ajouta Amras d'un air entendu, je vous rejoins."
"ET MON PEIGNOIR ÇA VIENT ?!"

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 562
Date d'inscription : 29/06/2012
Localisation : Hmmfqwaaa? *sors d'une boîte à cookies*
Humeur : Gambade joyeusement tel un poney

Caractéristiques du personnage
Race: Loup-Garou
Magie:
Profession: Princesse (déchue) Dévoreuse de cookies et couturière à ses heures perdues...

MessageSujet: Re: Vielles scènes   Jeu 30 Aoû 2012 - 11:40

Dimna descendit, toujours enveloppée dans un peignoir (rouge cette fois) accompagnée d'Amras qui la surveillait d'un air agacé. Quand elle arriva à la cuisine, Lucyll et Ades étaient attablés devant des tartines que ce dernier engloutissait à toute vitesse. Un chocolat à la crème de citron reposait comme une relique sacrée sur la table, à la place de Dimna qui s'installa et jeta un regard émerveillé à la cuisinière qui amenait des pots de confiture.
- Un chocolat !!! A la crème de citron !!! Oh, vous n'êtes donc pas si barbare ici !
Elle adressa un sourire ravi à toute la tablée et but le breuvage fumant tandis que Amras et Lucyll échangeaient un coup d’œil satisfait.... qui se transforma en regard horrifié quand Dimna tendit la main et renversa (sans le faire exprès bien sur) la tasse d'Ades sur lui.
- Oh non ! Pardon je suis désolée, qu'est-ce-que je suis maladroite !! s'exclama-t-elle avec un léger sourire laissant clairement entendre qu'elle n'était pas désolée du tout.
Ades la fusilla du regard, dégoulinant de lait chocolaté.
- Pourquoi t'as fait ça ?! grogna Lucyll. Rooooh je vais être obligée de te laver, t'en as plein partout Ades.. Viens.
Elle quitta la cuisine accompagnée du bambin ruisselant, non sans avoir adressé un regard furieux à la princesse qui terminait tranquillement son chocolat citronné.
Amras se retrouva seul avec Dimna.
- Bravo. Tu viens d'arroser Ades de chocolat. On peut savoir ce que ça t'apporte ? grommela-t-il.
Celle-ci se contenta de sourire et attrapa une tartine qu'elle commença à grignoter. Amras, profondément agacé, la regarda droit dans les yeux et commença à la questionner comme prévu :
- Au fait... Ce matin Lucyll et moi avons remarqué des traces étranges dans ta chambre... Tu n'as pas eu de problèmes ?
- Non, aucun, mais c'est très gentil de se soucier ainsi de ma santé...
Amras resta un instant interloqué, puis décida d'abandonner la subtilité :
- Dimna, je suis très sérieux. Tu caches un animal dans le manoir ? demanda-t-il en prenant un air sévère.
- Bien sur que non, j'ai horreur des animaux ils mettent des poils partout... rétorqua-t-elle d'un ton parfaitement paisible.
- Justement il y avait des poils dans ta chambre... ricana Amras.
La princesse se redressa sur sa chaise et ses yeux devinrent soudain plus sombres.
- Ecoute-moi bien, Amras : j'ai mes secrets, et je tiens à ce qu'ils soient respectés, tous comme les vôtres.
- Nous n'avons rien à cacher... Contrairement à toi ! gronda-t-il.
- Ah oui ? Et le fait qu'un démon se ballade dans le manoir alors ?
- Ades ? Ce n'est pas un secret ! Et.... d' abord comment le sais-tu ?
- Va savoir... Maintenant je vais te laisser, je pense que Lucyll va avoir besoin d'aide...
- Quoi ?
Dimna sortit de la cuisine.

Pendant ce temps, Lucyll avait plongé Ades dans son bain malgré les protestations de ce dernier. Elle prit la bouteille de savon et en versa une bonne quantité sur la tête du gamin. Elle fronça les sourcils.
- Ades, le savon est vert. C'est normal ?
- Sais pas... marmonna Ades d'un air boudeur.
Prise d'un doute, Lucyll prit du bout des doigts une mèche de cheveux vert vif. Elle sentit que quelque chose n'allait pas. Vite elle attrapa un seau et le versa sur Ades jusqu'à ce qu'il soit rincé.
- Oh non... balbutia-t-elle.
En effet, les cheveux d'Ades étaient verts.
Soudain Dimna passa la tête par l’entrebâillement de la porte.
- Au fait ! annonça-t-elle. C'est de l'encre indélébile !
Elle repartit en chantonnant.
Ades commença à hoqueter d'un air malheureux.
- T'en fais pas Ades... Heu... Comme ça... Tu seras assorti à Üdjinn ! tenta Lucyll.
- OUUUIIIIIIINNNNNNNNN !!!!!!!!!

La nuit tombait. Dimna était dans sa chambre, recroquevillée contre sa fenêtre.
En début de soirée, elle s'était sentie mal. Elle avait ouvert la fenêtre en espérant que l'air frais de la nuit lui fasse du bien, mais cela avait eu l'effet inverse. Elle tremblait un peu, et un malaise grandissant lui faisait tourner la tête. Un besoin impérieux de se transformer lui enserrerait la poitrine, la bête en elle voulait sortir, elle semblait réellement furieuse. Mais cette fois, c'était différent, elle le sentais. Si elle cédait, elle ne pourrait pas se contrôler.
Soudain la porte s'ouvrit. Ades entra dans la chambre et s'approcha à pas de loup du lit de la princesse, avant de se rendre compte qu'il était vide.
- Ades, qu'est-ce-que tu fais là ? soupira Dimna en tournant la tête vers lui en un geste las.
Il sursauta et fronça les sourcils d'un air mécontent. Il venait de se faire prendre en flagrant délie.
- J'ai les cheveux verts maintenant à cause de toi ! l'accusa-t-il avec colère.
- C'était le but... marmonna Dimna. Tu te vengeras une autre fois Ades. Va t'en.
Le petit garçon sentit que quelque chose n'allait pas.
- Tu es malade ?
- Non. Va te coucher.
- Tes yeux sont bizarres...
Dimna s'empressa de cacher son visage dans un bras. Elle avait complètement oublié que sa vision nocturne lui conférait des yeux de loup.
- Et alors ? Allez, va dormir Ades !
Il fit donc demi-tour et sortit de la chambre.
Dimna soupira et ferma les yeux pour se concentrer. Il ne fallait pas qu'elle craque.
Soudain elle leva la tête. Un nuage noire venait de s'écarter, dévoilant la pleine lune.

- Amras ! Réveille-toi !
Celui-ci leva un visage ensommeillé sur Ades qui lui secouait le bras.
- Ades, il fait nuit là... marmonna-t-il.
- Mais la princesse est bizarre !
Amras se redressa, un peu mieux réveillé.
- Qu'est ce qu'elle a encore fait celle-la ?
- Elle tremble, je crois qu'elle est malade. Et puis ses yeux brillent dans le noir !
Amras se leva et sortit en compagnie d'Ades.
- Bon, je vais voir. Va réveiller Lucyll. Je commence à en avoir assez de cette fichue princesse !
Il s'approcha de la chambre de Dimna et ouvrit la porte...
... pour se retrouver nez-à-nez avec un loup monstrueux, la gueule écumante et le regard fou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amras Súnil

EnracinéEnraciné
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 11/01/2012
Localisation : nulle part de connu
Humeur : respire la joie, si ce n'est cette désagréable impression d'être totalement perdu

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Enchanteur
Profession: découvreur

MessageSujet: Re: Vielles scènes   Dim 9 Sep 2012 - 18:06

C'est bizarre comme parfois on peut avoir des réactions bizarres dans des situations invraisemblables. Cette fois là j'ai dit
"Gentil le chien...
Grrrrr..."
Je ne pouvais m'empêcher d'admirer la beauté de la bête qui était sur le point de m'égorger. On n'a pas souvent l'occasion d'admirer un loup garou d'aussi près. Je ne connais personne de vivant qui puisse s'en vanter. Enfin bref, j'étais en mauvaise posture. J'examinais toutes les solutions qui me permettraient de survivre un peu en attendant le retour d'Ades et Lucyll quand la bête leva la tête, sentant l'air, puis se jeta dans la chambre de Dimna (ou Dimna se jeta dans la chambre de la bête ) et s'enfuit par la fenêtre. Pour je ne sais quelle raison stupide, me disant qu'avec l'énergie accumulée ces derniers jours dans mon quartz de protection je pourrais la courser une heure ou deux je m'élançai derrière elle. C'est au moment de me réceptioner après ma chute que je me dis que quelque chose couchait j'avais atterrit sur une pierre. Cela n'aurait pas dû avoir.de répercussions, j'avais tout un tas de petits sortilèges pour éviter ces désagréments mineurs. Tous liés à mon quartz. Sauf qu'une douleur me transperca la cheville. J'étais là, à deux pas (littéralement) du manoir sans pouvoir bouger avec un garou réellement hargneux (GRH!) pas très loin. ma situation n'était pas très enviable. J'appelais quelqu'un en espérant
voir arriver Amy ou Üdjinn. La douleur était insupportable, beaucoup plus que n'aurait dû l'être une simple blessure. Ma vision se floutait, j'étais en train de perdre connaissance. Juste avant de sombrer il me sembla entendre une voix...

"..."
Qu'est-ce ?
"Debout !"
Mais...
"Allez la marmotte !"
Cette voix...
"C'est l'heure !
-Üdjinn ?" J'étais visiblement dans l'heboristerie, celle qui est à l'extérieur du manoir.
"Ben oui, qui d'autre banane ?
-Qu'est-ce qui s'est passé ?
-Ca serait plutôt à toi de me dire, quand je t'ai trouvé tu étais à côté d'une racine du scorpion au pied du manoir.
-Je suivais... Dimna !" J'essayais de me relever péniblement.
"Du calme le blessé, je t'ai soigné mais ta cheville était cassée, je t'interdis de poser le pied par terre dans les trois jours qui viennent !
-Je ne peux pas rester comme ça sans bouger, les habitants sont en danger.
-Et si tu me racontais plutôt ce qui se passe. Tu as tout ton temps et moi aussi..."
Remontons maintenant quelques heures plus tôt
"Mais oui Ades, Dimna a des yeux bizarres, écoutes, j'ai pas le temps de participer à vos querelles puériles, alors retourne te coucher.
-Mais je dis la vérité !
-Tu dis toujours la vérité, Dimna a mangé les gateaux, Dimna t'a donné une fessée, tu n'as pas fait de mauvaise blague à Dimna.
-Et les poils dans sans chambre alors ?
-Bon écoutes, Amras est parti vérifier, s'il y a un problème il viendra nous chercher, en attendant va dormir.
-Mais !
-Va dormir !"


_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1611
Date d'inscription : 22/03/2012
Localisation : Le jour dans un lit. La nuit, juste derrière toi...
Humeur : Tellement de travail....(*o*)

Caractéristiques du personnage
Race: Sang-Mêlé
Magie: Non magicien
Profession: Assassin, mercenaire

MessageSujet: Re: Vielles scènes   Mer 12 Sep 2012 - 15:14

C’était la pleine lune. Le vent était glacial et déchainé cette nuit-là, comme s’il prévoyait un mauvais présage. Amy se réveilla en prenant vite conscience qu’elle avait dormit trop longtemps et se dépêcha de se lever afin de retourner le plus vite possible au manoir. Elle ne voulait pas que les autres s’inquiète pour elle et surtout pas pour une panne de réveil après la sieste et puis il fallait qu’elle parle à Dimna.
Elle se mit debout avec difficulté tout en s’agrippant à l’arbre au pied duquel elle avait dormit, ses membres étaient endoloris et elle avait des vertiges. Etre dans cet état ne lui plaisait pas, dans ces moments-là, la jeune femme était vulnérable et ne pouvais pas se défendre en cas d’attaque même si les chances d’être attaqué ici en pleine nuit sont rares.
« On est mal si tu n’arrives pas à bouger correctement, laisse-moi la place je vais -»
« Pas question !...Pas… question. Je… je vais me débrouiller, tu vas voir. »
Amy tenta de faire quelques pas, au début hésitant et chancelant puis avec un peu plus d’assurance que les précédents pour finalement arriver à marcher à peu près correctement.
« Tu vois que je peux le faire. »
« Un coup de chance rien de plus »
Fière de sa victoire contre elle-même (ce qui n’arrive que rarement) la jeune femme prit la direction du village, quand elle entendit un hurlement sinistre. Elle arrêta sa marche et ne bougea pas en attendant le moment propice pour s’enfuir, car le cri était fort, trop fort. Ce n’était pas dans ces habitudes mais elle n’avait pas le choix : elle n’avait pas de quoi se défendre, ni la force d’entamer un combat dans son état, il fallait donc qu’elle attende patiemment que la chose qui avait poussé ce cris s’en aille en ne remarquant pas sa présence. Pour le moment ne pas bouger était la meilleure chose à faire, du moins c’est ce qu’elle pensait.
« Laisse-moi la place »
« Non ça va aller »
« On ne va pas rester planter la toute la nuit ! Alors avance ! »
« Mais tu as entendu comme moi non ? C’est tout proche. »
« ça doit juste être une bestiole qui dort par ici, aller bouge-toi ! »
La jeune femme, sous les ordres incessants de son double, avança sur quelques mètres, quand un craquement de branche morte retenti dans son dos, puis, plus rien, silence, même le vent s’était arrêté, pourtant elle sentit une brise chaude et humide sur sa nuque. Elle se retourna le plus doucement possible espérant naïvement que ce ne soit que Nyan qui tente de lui faire une farce, c’était possible après tout. Malheureusement la créature derrière elle, n’était pas le chat, la chose faisait au moins trois fois sa taille, couverte de poils, les yeux luisant et des crocs tranchant comme des rasoirs.
« Tu disais quoi à propos d’un bestiole qui dort ?»
« Bon sang ! Mais c’est un - »
_ -Loup garou. Murmura-t-elle, le regard plongé dans celui de la bête.
L’animal était gigantesque et de son regard bestial, injecté de sang il poussa un rugissement à en faire trembler des montagnes.
L’énorme loup leva son énorme pattes musclée vers le ciel avant de s’abattre violement sur le sol, Amy l’esquiva de justesse en roulant sur le côté mais son corps lui faisait tellement mal qu’elle eut du mal à se remettre sur ses pieds.
« Laisse-moi la place ! »
« Non pas question ! Ça va aller je te dis ! »
« Laisse-moi la place idiote ! Ou on va crever toutes les deux ! »
Elle fit semblant de ne pas écouter son alter ego et se mit à courir en direction des cascades, même dans un instant de panique comme celui-ci, elle réussit tant bien que mal à réfléchir à un plan. L’emmener vers les cascades était la meilleur solution, en effet, retourner au manoir dans cette direction signifierait passer par le village et la jeune femme n’osa même pas imaginer si la créature arriverait jusqu’aux habitations. Elle courait aussi vite que son corps le lui permettait tout en évitant comme elle le pouvait les coups de la créature courant sur ses talons et arriva au bord des chutes d’eau. Ce loup était énorme et en sortant de la forêt, Amy avait l’impression qui paraissait encore plus grand et plus féroce qu’auparavant. Elle regarda autour d’elle, elle arrivait à distinguer le manoir au loin mais comment faire pour que les habitants l’aperçoivent, elle était trop loin et il faisait nuit, ils devaient donc dormir à point fermé. Plus question non plus de s’échapper derrière elle s’était le vide, un précipice de plusieurs dizaine de mètres où l’eau poursuivant sa chute, se terminait dans le lac et il n’était pas non plus question de traversé la rivière ici, le courant était trop fort.
« Laisse-moi la place je te dis ! Imbécile ! Il n’y a qu’un seul moyen, c’est de combattre ! Alors c’est mon tour ! Laisse-moi faire où je te vire de force ! »
« Non attends, il doit y avoir un autre moyen, on ne peut pas se battre dans cet état ! »
« La ferme ! Il arrive ! »
En effet, la bête le souffle court et le regard remplis de rage se rua vers Amy, qui ne pouvait plus reculer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Re: Vielles scènes   Mer 12 Sep 2012 - 16:39

Ades n'en a pas fini avec moi. Quelques instants plus tard, le voilà qui revient avec l'air têtu des gamins butés étalé sur le visage.

"Lucyll j'arrive pas à dormir, il y a quelque chose de pas normal...
- Mmh ? est tout ce que j'arrive à émettre, émergeant vaguement du sommeil
- Amras et Dimna sont partis... Y'a plus personne dans la maison."

Les paroles de l'enfant parcourent longtemps les chemins tortueux de mon cerveau embrûmé avant de me faire réagir... "Euh... Quoi ?!?"

Je me redresse et m'assoie sur le bord du lit, me passe une main dans mes cheveux emmêlés - le premier réflexe en me levant - me frotte les paupières et me lève en chemise de nuit, enfin afin de vérifier que le babillage d'Ades tient plus du cauchemard que de la réalité.

"Viens, on va aller voir ça."

Je l'attrappe par la main et prends mon épée dans l'autre (on n'est jamais trop prudent). Nous sortons dans le couloir obscur, Ades me tire par le bras comme pour me signifier d'accélérer l'allure, me menant dans la chambre de Dimna. Arrivés dans la pièce, il me guide vers la fenêtre grande ouverte dont les rideaux battent mollement. Indécise, je me penche par l'encadrement. On discerne comme des traces de luttes en contrebas.

"C'est pas vrai ! Qu'est-ce qui s'est passé ? Et où est Dimna ? Tu dis qu'Amras aussi a disparu ?
- Dimna était bizarre et malade, comme elle étais plus là, je suis allé voir si elle étais avec Amras mais je l'ai pas trouvé non plus. "

Je réfléchis quelques instants puis dévale l'escalier pour émerger dans le jardin. Excédée par cet évènement impromptu, je m'agenouille afin de voir les traces dans le sol meuble, avant de remarquer que ce sont des empruntes semblables à celles que j'ai déjà remarquées auparavant à l'arrivée de Dimna, partant d'un point de chute et s'éloignant vers la forêt. Les idées s'entrechoquent. Dimna disparue... les traces qui réapparaissent... un énorme animal... J'ai compris. La bête mystérieuse était de nouveau présente dans la chambre de la princesse ! Peut-être Amras l'a-t-il suivie ? Reste à déterminer ce que c'est... Quelque chose me dit que la créature n'est pas des plus sympathiques... Et j'ai également la désagréable impression de passer à côté d'une évidence...

Ades est a côté de moi. Je viens de m'en rendre compte. Evidemment, je l'ai laissé dans la chambre tout seul, il m'a donc rejoint.

"Ades, retourne te coucher, ou du moins reste au Manoir... Je crois qu'Amras est sorti pour retrouver la bête qui se balade dans Orzaal : j'y vais aussi.
- Dimna aussi ?
- Nan, je ne pense pas. Tu veux bien rester ici... (je réfléchis pour qu'il accepte) et protéger le Manoir pendant que je ne suis pas là ?
- Non, je veux pas.
- Raaah ! Commence pas ! Rentre à la maison et attends nous."

Ades m'adresse une moue contrariée qui ne me laisse aucune certitude quand à savoir s'il va suivre mes consignes... Je suis même plutôt sûre qu'il ne va pas le faire mais je suis pressée. Je le ramène à l'intérieur et concentre mon attention sur ce qu'il me reste à faire, sans plus me préoccuper de l'obéissance aléatoire d'Ades.


Je remonte quatre à quatre chercher une cape que je jette sur mes épaules et enfile ma bague contenant de l'énergie me premettant d'augmenter la force de mes sortilèges. Pas le temps de m'habiller. Je ressors du manoir et me mets en chasse, à la recherche de l'auteur des mystérieuses traces qui m'obsèdent depuis quelques jours... J'arrive dans une clairière quand j'entends un hurlement monstrueux. Je m'immobilise stupéfaite. J'ai compris. J'ai enfin compris.

Je me mets à courir à la rencontre de la créature dont je connais enfin la nature. Le hurlement lupin est sans équivoque : c'est un loup-garou. Des évènements défilent dans ma tête : Dimna se brûlant avec de l'argent, reconnaissant la nature démoniaque d'Ades, malade un jour de pleine lune, les marques de griffures sur les murs, ... Le mot "loup-garou" pulse dans mon esprit au rythme des battements de mon coeur et de mes pas sur le sol. "Loup-garou... Loup-garou... Loup-garou..." Je m'aperçois que je suis pieds nus. Quelle idiote !

Soudain, je débouche sur les cascades : Amy, visiblement épuisée est acculée au vide ; devant elle se dresse une montagne de muscles écumante de rage et de folie meurtrière. Sans réfléchir, je me rue en avant avec un cri de guerre afin de détourner l'attention de la bête. Tendant la main vers elle, je clâme le mot : "Tacà" faisant surgir des racines de terre afin de l'immobiliser momentanément. Je ne l'attaque pas, je sais très bien de qui il s'agit en réalité. Sous cette apparence terrifiante se cache la fragile princesse d'Eméris.

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 562
Date d'inscription : 29/06/2012
Localisation : Hmmfqwaaa? *sors d'une boîte à cookies*
Humeur : Gambade joyeusement tel un poney

Caractéristiques du personnage
Race: Loup-Garou
Magie:
Profession: Princesse (déchue) Dévoreuse de cookies et couturière à ses heures perdues...

MessageSujet: Re: Vielles scènes   Lun 17 Sep 2012 - 18:27

Le loup-garou poussa un hurlement de rage en sentant les racines noueuses s’agripper à lui et l'immobiliser. Amy le contourna le plus vite possible, les yeux écarquillés.
- BON SANG !! hurla-t-elle. Tu as vu ça ?! Un loup-garou !! Il y a un loup-garou à Orzaal !
- Tu es blessée ? s’inquiéta Lucyll tout en surveillant du coin de l’œil la bête qui déchiquetait les racines pour se libérer.
- Non, je suis tombée nez-à-nez avec ce... ce monstre, dans la forêt ! Mais qu'est-ce-que ..?!
Un bruit de course l'interrompit. Les deux jeunes femmes se retournèrent d'un bond. Les hommes qu'Amy avaient croisés au village se précipitaient vers elles, avec à leur tête, juché sur un cheval à la robe sombre, leur chef en armure.
- Ecartez-vous ! ordonna celui-ci en galopant vers elles. Nous allons nous en occuper !
Amy et Lucyll ne bougèrent pas d'un poil, stupéfaites. Le hurlement du loup-garou les sortir de leur hébétude. Le monstre jaillit de l’entrelacs de racines et se jeta sur la personne la plus proche, en l’occurrence Amy. Il fut stoppé en plein bond par le Général qui s'était interposé. Il donna un grand coup d'épée, sa monture se cabra violemment. Amy reçu un coup de sabot à l'épaule et s'étala sur le sol. Le loup-garou dérapa sur la terre meuble en évitant la lame argentée et feinta de côté. Un soldat se jeta sur la bête, mais il était trop lent. Celle-ci planta ses énormes crocs dans la gorge de l'homme qui s'écroula avec un hurlement.
Lucyll, agenouillée près d'Amy sonnée, vit soudain le Général porter son épée en avant. Le loup-garou n'eut pas le temps de se dérober, la lame s'enfonça profondément dans son flanc. L'énorme loup poussa un grognement aigu en s'affaissant lourdement. La lame en argent brûla la plaie béante qui se mit à fumer.
- NON !
Lucyll se releva et tenta d'atteindre la bête hurlante, mais un soldat lui bloqua le passage.
- STOP ! s'exclama-t-il en lui saisissant un bras. Rentrez chez vous jeune femme, ce qui se passe ici ne vous concerne pas.
- Attendez ! s'écria-t-elle en se débattant. Elle ne sait pas ce qu'elle fait ! Elle ne peut pas..!
- Partez ! ordonna le Général qui avait fait pivoter son cheval. Nous savons très bien ce qui se passe ! Votre amie ici présente pourra vous expliquer ce qu'il en est ! Elle nous a déjà rencontré ! ajouta-t-il en désignant d'un geste Amy qui se relevait en titubant.
Derrière le Général, les hommes s'affairaient à emprisonner le loup-garou gémissant dans de lourdes chaines en argent. Le corps de la bête se tordit brutalement, comme agité de convulsion, et soudain une silhouette humaine apparut. Les chaines trop larges pendaient, inutiles, autour du corps vêtu d'une robe dorée tachée de sang et poisseuse de sueur de la princesse d'Emeris. Les soldats eurent un instant d'hésitation, puis ils resserrèrent les chaines et soulevèrent Dimna sur leurs épaules afin de la transporter vers une charrette, plus bas.
-Mais... Vous... Vous l'emmenez où ? balbutia Lucyll en se dégageant enfin du soldat qui eut une moue contrariée.
- A la taverne. Nous repartons demain matin pour Emeris, ne vous inquiéter pas, ce monstre ne restera que très peu de temps sur vos terres. A présent, partons !
Le général talonna sa monture qui partir au petit trot à la suite de la troupe qui redescendait au village.

- Bon. On fait quoi ? demanda Lucyll en jetant un regard hésitant à Amy qui se tenait l'épaule en grimaçant.
- On rentre ! rétorqua celle-ci.
Lucyll observa un instant la troupe à quelques mètres d'elle, et s'engagea à leur suite, Amy à ses cotés.
Le général se retourna sur sa selle et les dévisagea un instant, puis il s'exclama :
- Venez avec nous ! Nous allons vous reconduire, ce sera plus sûre.
Amy marmonna quelque chose, Lucyll plissa les yeux d'un air soupçonneux, mais les deux jeunes femmes se joignirent à la troupe, tout en restant légèrement à l’écart.
Amy observait la charrette devant elle où elle distinguait vaguement la silhouette enchainée de Dimna, quand elle se rendit compte qu'un petit groupe s'était formé parmi les soldats et qu'ils ne cessaient de chuchoter en lui jetant des regards mauvais. Elle reconnut au milieu des comploteurs le garde qui avait voulu lui "poser des questions" un jour plus tôt devant la taverne.
Le général galopait au devant de sa troupe sur sa monture et n'avait rien remarqué.
- Encore des ennuis, non mais c'est pas possible ça... grommela-t-elle en essayant de ne pas leur prêter attention.
Le soldat blond se dressa devant la jeune femme de sorte que son imposante armure lui barre le passage.
- Eh, mais on se connait non ? ricana-t-il.
- Va t'en imbécile, va plutôt faire joujou avec tes copains ! lâcha-t-elle d'une voix glaciale en le contournant.
La soldat l’empoigna brutalement par un bras et Amy retint de justesse un juron en sentant son épaule endoloris se tordre.
- Tu vas pas me la refaire deux fois sale garce ! cracha-t-il en lui postillonnant à la figure. Quand je dis que tu vas crever, c'est que tu vas crever !
Il dégaina son épée sous les regards avides de ses compagnons.
- Non mais ça va pas ?! hurla soudain Lucyll en découvrant la scène. Lâche-la immédiatement !
Le blond jeta un regard vague au moustique qui s'interposait, avant de se rendre comte que le moustique en question tenait une épée affutée dans les mains.
- Occupez-vous de celle-la aussi tant qu'on y est ! grogna-t-il à ses comparses qui attendaient sagement ses ordres.
L'épée de Lucyll dessina un tourbillon dans l'air et fit sauter l'arme des mains de la brute. Le soldat lâcha Amy sans manière et se jeta sur Lucyll avec un rugissement furieux. Un de ses acolytes croisa le fer avec la jeune femme qui, complètement déstabilisée, laissa son épée lui échapper. Elle n'eut pas le temps de faire un geste, un violent coup de poing au visage la fit chanceler, un second la jeta par terre. Pendant ce temps là, Amy était au prise avec trois soldats prêt à l'égorgée vive. Et pour finaliser tout cela, le général, qui avait enfin vu l'émeute, revenait à toute vitesse en direction du combat en hurlant.
Le soldat blond se dressait de toute sa hauteur au dessus de Lucyll qui, relevant des yeux hagards, se rendit compte qu'il avait de nouveau son épée et qu'il s'apprêtait sans aucun doute à la découper.
- ASCAT !! hurla-t-elle en tendant les mains.
La terre autour d'elle explosa dans un bruit assourdissant, projetant les combattants. Le cheval du général se renversa en poussant un hennissement aigu, emportant son cavalier avec lui, les soldats s'écroulèrent en lâchant épées et boucliers... Un nuage de poussière s'éleva vers le ciel noir de la nuit tandis que des grognements s'élevaient. Les gardes se tenaient la tête entre les mains en gémissant. Lucyll, étourdie mais toujours lucide, se releva sur ses jambes un peu tremblantes et courut vers Amy qui se redressa à son tour avec difficultés et toutes deux s'empressèrent de s'éloigner des soldats qui reprenaient peu à peu leurs esprits. En passant à côté de la charrette, Amy s'arrêta, indécise.
- Grouille-toi Amy, ils vont nous tuez ! s'exclama Lucyll en lui tirant le bras.
- On ne va pas la laisser là !
La jeune femme se dégagea et grimpa sur les planches du véhicule avant de s'accroupir près de Dimna toujours entortillée dans les chaines d'argent. Elle fit sauter le cadenas en quelques secondes et envoya valser les liens dans un bruit métallique. Le regard que la princesse lui lança avait beau être un peu flou, il valait mieux que beaucoup de mots. Lucyll la rejoignit et l'aida à relever Dimna qui balbutiait des propos incohérents, les mains crispées sur sa poitrine. Sa robe était pleine de sang et les chaines d'argent avaient laissées des marques rouges sur sa peau.
- Dimna ! Dimna, il faut qu'on parte, et vite ! lui cria Amy en la faisant descendre de la charrette.
- Je...vous suis... murmura-t-elle.
Ses contours changèrent soudain et un énorme loup remplaça la fragile humaine. Lucyll et Amy se figèrent, mais la bête qu'elles voyaient là semblait parfaitement se contrôler.
- Où sont ces sales ..? hurla soudain une voix derrière elles.
- Là bas ! Rattrapez-les !!!
Les deux femmes et le loup-garou se mirent à courir aussi vite que leurs maigres forces le leur permettaient. Le loup avait beau être blessé et claudiqué maladroitement, il arriva le premier au Manoir. Amy ouvrit la porte à la volée et s'engouffra à l’intérieur, Lucyll à sa suite et le loup immense sur les talons.
Les verrous claquèrent, Lucyll s'écroula contre un mur, Amy se plaqua contre la porte et le loup se laissa tomber en faisant trembler le Manoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1611
Date d'inscription : 22/03/2012
Localisation : Le jour dans un lit. La nuit, juste derrière toi...
Humeur : Tellement de travail....(*o*)

Caractéristiques du personnage
Race: Sang-Mêlé
Magie: Non magicien
Profession: Assassin, mercenaire

MessageSujet: Re: Vielles scènes   Mer 26 Sep 2012 - 19:42

La blonde écroulée contre un mur se tenait la joue en grimaçant, elle était épuisée par la course et sa chemise de nuit trempée par la sueur lui collait à la peau, laissant une sensation désagréable à chacun de ses mouvements. Amy, qui était plaquée quelques secondes plutôt contre la porte, se dirigea vers l’une des fenêtres du hall scrutant attentivement l’extérieur, les gardes se sont sans doute mis à leur poursuite, ils ne devraient donc pas tarder à arriver. Son épaule était douloureuse mais elle se sentait tout de même prête à se battre, quant au loup garou – ou plutôt Dimna- dont ses gémissements résonnèrent dans tout le manoir faisant trembler ses murs, finit par se retransformer en la frêle jeune femme qu’il possédait un peu plus tôt : Dimna réapparue gisant inconsciente sur le sol. La situation était critique.
_ Il nous faut l’aide des autres ! Lança Amy le regard observant toujours par la fenêtre. Où sont Amras et Udjinn ?
Lucyll lui expliqua la situation comme elle le put, sa mâchoire la faisant souffrir atrocement à chaque fois qu’elle ouvrait la bouche. Elle en était d’ailleurs folle de rage au point d’en vouloir en faire payer à ses soldats de malheur.
_ Udjinn doit-avoir senti ce qui se tramait depuis son arbre, enfin j’espère. Conclut la brune en marmonnant la fin de sa phrase.
Elle se hâta en direction de l’escalier menant à l’étage en contournant le corps de la princesse toujours étalé sur le sol et ouvra une petite porte en dessous des marches. Lucyll la regarda sans comprendre, elle ignorait complètement qu’il y avait une ouverture à cette endroit, elle vit la brune l’ouvrir et en sortir…une arbalète ?? Elle ne pouvait pas parler mais le regard interrogateur qu’elle lança à Amy était largement suffisant.
_ Bah quoi sortie Amy sachant parfaitement ce que son amie pensait, il faut bien être paré à toute éventualité, j’ai entreposé et caché des armes un peu partout dans le manoir, faut bien que j’ai de quoi me défendre n’importe où et n’importe quand, surtout en cas d’urgence comme maintenant.
La blonde lui lança un regard mauvais.
_ Attends, je ne les ai quand même pas mises n’importe où, dit-elle en réfléchissant un moment. Déjà les enfants – Elle pensa à Ades- ne peuvent pas les atteindre, j’y ai songé, ce sont mes armes je te signale et je ne vais quand même pas laisser des personnes inapte à combattre y toucher encore moins à des enfants ! Donc je les ai cachés dans des endroits hors d’atteinte, mais il y en a au moins une dans chaque pièce. Un peu comme des armes de secours si tu préfères.
Lucyll ne savait pas si elle devait être soulagée ou en colère face à cette réponse, elle se contenta donc de faire une moue désapprobatrice tout en se relevant. Elle se dirigea inquiète vers Dimna qui ne bougeait toujours pas.
_ Il faut l’emmener à l’étage, prononça Lucyll avec peine.
_ Je m’en occupe, nos poursuivants ne sont pas encore là, on a un peu de temps devant nous, si ils approchent de trop, le chat va les retenir un petit moment. Toi va faire soigner ta mâchoire chez Udj’ tu leur expliqueras la situation en même temps, ok ?
Lucyll fit un signe de tête en signe d’approbation et aida Amy à mettre la princesse sur son dos avant de partir dans la direction de l’herboristerie. Amy prit son arbalète chargée dans sa main libre et porta Dimna avec son bras et son épaule encore valide et commença à grimper quatre à quatre les escaliers menant à l’étage.

Pendant ce temps à l’extérieur du manoir…

Ades ne voulant pas rester sans rien faire au manoir, comme lui avait ordonné Lucyll, décida qu’il allait chercher la bête lui-même, de cette manière, il pensait quand la retrouvant avant les autres, il serait vite récompensé avec un montage de gâteau. Il se mit à chercher au abord du manoir avant de s’éloigné inconsciemment de la demeure, s’enfonçant toujours un peu plus dans la forêt, quand il entendit des bruits venir dans sa direction derrière des fourrés. Pensant qu’il s’agit de la créature en question il se cacha derrière un arbre attendant le bon moment pour pouvoir l’attraper, c’est alors qu’un homme sortit des fourrés.
« Mince ce n’est pas la bête, c’est juste un homme. » pensa le garçon dépité, il se retourna afin de chercher ailleurs quand il sentit une poigne le prendre par le col de sa cape et le décolla du sol.
_ Eh les gars ! Regardez ce que je viens de trouver !
L’homme tenant Ades était blond aux yeux bleu et avait un sourire malsain qui défigurait son visage.
_ Eh ! Mais lâche-moi ! Lâche- moi, t’es bête, lâche-moi ! Hurla le jeune démon en se débâtant comme il le pouvait. Il voulut frapper dans ses mains afin de se servir de ses pouvoirs mais une douleur vint lui percuter l’arrière de sa tête de plein fouet lui faisant perdre connaissance, il eut à peine eu le temps d’entendre la voix autoritaire d’un autre homme.
_ Bon travail soldat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 2062
Date d'inscription : 10/01/2012
Localisation : Bretagne profonde
Humeur : This is the end, beautiful friend. This is the end, my only friend, the end. Of our elaborate plans, the end. Of everything that stands, the end. No safety or surprise, the end. I'll never look into your eyes, again.

Caractéristiques du personnage
Race: Humain
Magie: Mage
Profession: Voyageuse aguerrie, conseillère du Duc d'Orzaal

MessageSujet: Vielles scènes   Mar 2 Oct 2012 - 12:02

Je sens le sang pulser douloureusement dans chaque veine parcourant ma mâchoire. La douleur lancinante s'acharne dans un cruel va-et-vient. Serrant les dents pour tenter de me concentrer sur le plus urgent : empêcher une bande de soldats enragés d'investir le manoir et de s'en prendre... à une princesse loup-garou enragée elle-aussi. Mouais... Je sais, ça manque de logique tout ça. Pour l'heure, la princesse fait plutôt pâle figure. Sa blessure au flanc présente une plaie béante aux rebords brûlés par l'argent qui est si nocif à son espèce. Amy la porte plus qu'elle ne la soutient quand elle disparait dans les hauteurs de l'escalier. La main crispée sur ma joue, soutenant mon menton sans que cela ne me soulage vraiment, je titube maladroitement vers la grande porte de l'entrée. Je pose ma main sur le battant et marmonne et luttant avec les syllabes "Holtà !" afin de les maintenir clos par magie. Si aucun des gardes ne parvient à briser le sortilège (ce dont je doute, malgré le léger manque de modestie que cela implique) ils ne pourront pas passer par là. Je ne me fais aucune illusion. Une fois qu'ils auront épuisé leurs efforts pour forcer la porte, ils s'attaqueront à une autre ouverture, mais cela devrait néanmoins les retarder, et comme nous manquons d'effectif pour tenir tête à toute une troupe, gagner du temps ne devrait pas nous faire de mal.
Satisfaite de moi, je tourne les talons et me dirige vers l'endroit où j'ai le plus de chances de croiser Üdj', l'herboristerie. Ma vision est légèrement floue. Cet imbécile ne m'a pas ratée... Sa réaction était tellement impulsive ! Je n'aurais jamais cru qu'un type désarmé ose me sauter dessus alors que je tenais une arme pointée sur lui ! Ensuite, les deux coups de poings avaient fini de me désarçonner totalement. Je m'en veux intérieurement de ne pas avoir fait face. J'ai déjà combattu plus coriace, et c'est sûrement leur manières grossières et imprévisibles qui m'ont déstabilisée.
J'entre dans l'herboristerie, la chaleur caractéristique de la pièce me saute au visage. Refermant le battant avec soin, j'avance prudemment en regardant consciencieusement où je mets les pieds car tout le monde connait le joyeux désordre quasi-permanent qui y règne. Üdjinn me tourne le dos, un peu plus loin, penchée sur... "AMRAS !?"
Les deux compères se tournent vers moi, et machinalement, sans même daigner le regarder, la dryade repousse l'enchanteur sur la couchette pour l’empêcher de se redresser. Amras pousse un imperceptible grognement de mécontentement.
"Tout va bien, me rassure Üdjinn, Je l'ai ramassé à côté d'une racine de scorpion tout à l'heure mais je m'en occupe !
- Seulement je ne peux pas me lever, or Orzaal est en danger !
- Le loup-garou ? je demande d'un ton indifférent, C'est Dimna... et elle n'est pas, ou plutôt plus réellement un danger. Par contre, la troupe armée qui tente de l'attraper, qui a juré d'étriper Amy et qui assaille le manoir est nettement plus préoccupante..."
Ma tirade est suivie d'un silence d'incompréhension stupéfaite qui me paraîtrait comique dans un autre contexte. Alors, je raconte ce qu'il s'est passé ces dernières heures, ma mâchoire endolorie se rebiffant pour me faire taire. Au bout d'un moment, Üdjinn s'approche de moi (Amras en profite pour se redresser en position assise sur la couchette et tâte prudemment le sol de l'orteil).
"J'ai dit : trois jours Amras !" s'écrie Üdj' sans se retourner avant d'écarter ma main de mon menton. Elle étouffe une exclamation en voyant ce qu'il y a dessous. Je préfère ne pas le savoir pour ma part.
"C'est en train de virer au violet, m'informe Amras qui observe lui-aussi
- Humrgf... je réponds en préférant ne plus bouger avant qu'Üdjinn ne détermine les dégâts
- Ce n'est pas cassé en tout cas, par contre tu as un énorme hématome d'une jolie couleur qui risque d'empirer si je ne fais rien...
- Empi'er ? j'articule vainement
- Gonfler et virer au noir.
- Humrgf..."
Elle va chercher une paumade d'un vert anis et à l'odeur douteuse et m'en étale une généreuse noisette sur le visage. je sens immédiatement une fraîcheur agréable s'étendre dans ma mâchoire endolorie.
"Bon ! C'est pas tout ça, mais on est quand même attaqués par une bande d'imbéciles ! Ils vont voir de quoi on se chauffe ! je déclare une fois la douleur engourdie
- Combien sont-ils ?
- Je ne sais pas, une vingtaine peut-être ?
- Et où sont Amy, Dimna et Ades ?
- Amy est montée mettre Dimna au lit, elle est sérieusement amochée et Amy elle-même était crevée quand on s'est retrouvées face au loup mais elle a repris du poil de la bête dès que "je vous ramène gentiment chez vous" a tourné à la baston. Et Ades... et ben... je l'ai envoyé se coucher mais... comme il n'obéit jamais à personne ?
- D'accord. Je pense qu'on peut largement tenir un siège contre vingt empotés dénués de magie." acquiesce la dryade confiante.
Elle trouve dans un recoin deux longs bâtons qui serviront de béquilles provisoires à Amras. Puis nous quittons tous les trois la pièce. Des coups retentissent, tentant d’ébranler la porte. Amy nous appelle des profondeurs du manoir. Nous la rejoignons dans la chambre de Dimna et nous penchons à ses côtés à la fenêtre.
Deux gardes s’acharnent contre la lourde porte de bois sans parvenir, comme prévu, à la faire céder. Le chef de la garde se tient bien droit sur son cheval tandis que le reste de ses hommes nous adressent des regards haineux.
"Rendez-vous sans résistance et il ne vous sera fait aucun mal, nous crie le chef, Livrez nous la Princesse !
- Même pas en rêve ! hurle Amy en retour, bien décidée à ne rien leur céder sous peine de mort lente et douloureuse, Essayez de passer cette porte et on vous massacre !
- Nous ne voudrions pas en venir aux mains. Recourir à la violence ne servira à rien !
- On est bien d’accord ! Retournez d’où vous venez ! jette Üdjinn
- Si nous ne pouvons aboutir à un accord, je me verrais dans l’obligation de m’en prendre à un enfant. Même si cela me répugne, il en va de la sûreté de mon royaume !
- Comment ça ? je réponds, Vous n’avez pas fait assez de dégâts ? Vous pensez vous en prendre au villageois maintenant ? Si vous essayez de…
Je m’interromps en pleine phrase. Le type blond et agressif qui en veut à Amy tire du couvert des arbres une petite forme endormie, indubitablement humaine. Exposant à la lumière de la lune pâlissante à la lueur naissante de l’horizon le visage de l’enfant, je sens l’angoisse s’emparer de mes camarades. C’est Ades.
"Je pense que vous avez compris l’enjeux… L’enfant contre la Princesse…
- Relâchez-le ! hurle Amras scandalisé
- Si vous touchez ne serait-ce qu’à un seul des cheveux de Ades, je vous jure que…
- Vous avez une heure. "

_________________
"Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de milles choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis..." E. A. Poe
"Avoir la lune sous mes semelles et les cheveux dans les étoiles..." R. Luce
"Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti." Gandalf

"I'm admin, I've got the power.  Glasses "


Dernière édition par Lucyll Freespirit le Jeu 4 Oct 2012 - 10:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Vielles scènes   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vielles scènes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les meilleures scènes de toilettes
» - Vielles peaux (eu copines de longue date) - PV
» Préval finira par partir avec ces scènes de pillage des magasins par des affamés
» On appelait ça les Vieilles Serres. » Klyde.
» Choléra

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domhan :: Bibliothèque - Univers :: Archives :: RP archivés-